Scandale à l’hôpital

ENQUÊTE  EXCLUSIVE

Marigot- St Martin

Fait divers habituel. Dans une entreprise, un comptable par qui passe du cash, se cache pour prendre sa part personnelle au passage .

En l’occurrence, c’est de l’argent liquide versé par les malades d’un hôpital public que la Régisseuse empochait au rythme mensuel moyen de 20 000 euros
, sans modifier son train de vie. Un scandale : 300 000 euros détournés, peut être trois fois plus puisque depuis neuf ans le management n’a rien contrôlé contrairement aux principes de vérifications triennales.

En effet, la fraude n’a pas été repérée en interne, pas de complices autour d’elle. La régisseuse avait LA place indispensable et idéale pour tricher. Ce sont rarement les assurés sociaux qui versent des espèces à la caisse. Ils possèdent compte en banque et chéquier. Chaque mois vingt milles euros, pour qu’elle cause Seigneur ? C’est le Trésor Public qui a fait la balance. Comme quoi l’administration française a quand même de la l’efficacité dans ses contrôles. Bravo, Bravo.

Estimation sur les trois dernières années, soit un temps court eu égard à l’ancienneté de la personne dans la fonction. L’enquête recherche dans quels circuits cet argent a été placé.

Papy Biru vous propose ( avec humour) une piste éventuelle. Connaissez-vous le  « Two Four One  » aux Terres Basses ?

110 Recoupements : Clinique privée, Villa de luxe pour le repos et les soins de milliardaires américains …

Comment se faire le max de blé en un minimum de temps ? Time is Money, in God we trust. Le billet vert. Transfert des euros de la main d’oeuvre immigrée d’haiti et de la République dominicaine, sur un compte à Philipsburg.  

Pour Mme L H ( nous dirons « Fleming », car ils sont très nombreux à s’appeler  Fleming sur cette île,) elle cumulait une dizaine d’années de fonction dans ce poste de péage public,   avant son arrestation au service comptable de l’hôpital Louis-Constant Fleming.

 

Compaysecundoetromeofle Dans le même temps, un autre Fleming   a lui aussi des problèmes. Celui là, c’est un neveu du Maire, par lui placé et maintenu à la Présidence de l’Office du Tourisme depuis quinze ans.

Le citoyen Felix a mis l’info en ligne sur ce blog le 26 sept. La presse locale papier ( Week’s + Fax Info + Daily Herald + Today) reste muette depuis la condamnation de Roméo Fleming le 21 Septembre au Tribunal correctionnel de Basse-Terre en Guadeloupe. Le quotidien Pelican informe ses lecteurs le 29 septembre. Cet oiseau des îles version papier fait du bon boulot sur le local.

Roméo Fleming  Maire adjoint et Président de l’Office du Tourisme a pris en correctionnel : deux ans de prison  avec sursis, 100 000 euros d’amende et perte de ses droits civiques. Chaud devant.

103

Retournons – si vous voulez bien me suivre – à notre Villa Clinique des Terres Basses. Parcelle de 10 000 m² . Valeur d’achat en 1987 : 500 000 frs. Vingt ans plus tard le prix marché du foncier est à 110 000 euros. Les chiffres. De la précision.
De l’imagination et du flair mon cher Watson. Super Clinique, super infirmières.

Infirmieresqualifiees

Chaque infirmière disposent d’un véhicule de déplacement motorisé et rapide de chez Harley Davidson.

Harleydavidson

Certaines ont été formées par la Croix Rouge.

Lacroixrouge

Infirmières spécialisées  pour le plus grand réconfort des patients. Soins personnalisés pour VIP. Urgences de Nuit à domicile…

Infirmiere_1 

Un circuit parallèle hospitalier astucieux et clandestin, non pris en charge par le Social Welfare.

Urgences

Equipements louches dans la villa médicale, messes noires, vrais faux malades.


Même le romancier français Michel Houelbecq  y est passé avec ses célèbres Particules élémentaires mon cher Watson ( près du Baobab les sources sont fiables) réclamant de jeunes infirmières de luxe pour les faire reluire…

Servicedenuit

 

Print Friendly, PDF & Email

11 thoughts on “Scandale à l’hôpital

  1. Dulong

    Quelques inéxactitudes concernant le « Scandale à l’hopital »…

    La personne concernée ne s’appelle pas du tout « Fleming »…
    Autre chose, les sommes détournées sont bien supérieures à celles que vous citez…Une enquete est en cours pour déterminer d’éventuelles complicités, notemment vers des personnes qui ne seraient plus en poste.

    Ce qui est ralant c’est que cette personne a piqué le fric de pauvres gens qui n’étaient pas à la sécu…

    Il y a quelques mois, nous avons donné une certaine somme à notre femme de ménage qui avait un problème de santé et qui devait payer « cash » à l’hopital. Quand je pense que c’est cette @#$*$$$ qui a pris son fric…

    Reply
  2. Herrji

    Sujet un peu touffu et qui manque un peu de profondeur, même si certaines images en prouvent le contraire…
    Cet article éclectique à l’avantage de mettre en évidence ce qui mène notre monde : le fric, le cul, le pouvoir et la gloire…
    Mais de là à faire l’amalgame entre l’hôpital, Mme H, le club 242, Roméo Fleming et les fantasmes de Jabiru, il ne faudrait pas prendre tes lecteurs pour des c… ou des trous du c..
    Ces différents sujets auraient mérité des traitements séparés.

    Reply
  3. Papy Biru

    C’est pas un amalgame, c’est un style qui entraîne une réaction du lecteur. Qu’est-ce qui est vrai, qu’est ce qui est roman / songe.

    Je sais que mes lecteurs sont des C..urieux, qui aiment savoir ce qui se passe dans le trou du Cul de ceux qui ont le pouvoir, la richesse et la gloire d’un jour.
    Roméo chutant de bicyclette. Deux sièges. Tandis que la presse papier ne dit rien, alors que lui oui, c’est la pédale. Même en prison il fairait du Home Training;

    J’aime bien mélanger les genres, laissant le lecteur discerner le vrai du faux et les pointes d’humour libre.
    Fête de l’humour libre. Pas la Guerre.

    Reply
  4. Brigitte Delaitre

    pourrais-tu s’il te plaît corriger ton blog et enlever le Pélican de la liste des journaux qui n’ont pas parlé de l’affaire Roméo Fleming, reprise dans nos colonnes vendredi 29 Sept.
    Merci d’avance,
    Brigitte

    Reply
  5. p.dulong

    Finalement cette personne est elle vraiment coupable?

    Je viens d’apprendre que son seul diplome pour avoir obtenu ce poste à responsabilités sans surveillance est un diplome de….cuisine !

    Comme quoi, le principe de Peter s’applique encore.

    Reply
  6. Kasaye Kaoha

    Informations & rumeurs

    Le microcosme de notre sympathique « Friendly Island » qui semble décidément s’intéresser de plus en plus à son évolution citoyenne serait-elle en effervescence ? Deux faits divers, somme toute quasi anodins au regard des mœurs en vigueur dans ce petit paradis, viennent de défrayer la chronique locale. Très diversement relayés par ce que d’aucuns nomment pompeusement médias, ces deux « évènements » ont finalement provoqué quelques réactions et commentaires sur ce site où nous avons choisi de porter notre petite contribution.

    Dès le 21 septembre, tout un chacun écoutant RCI apprenait que pour l’ex-adjoint Roméo Fleming une pénultième messe était dite: avec le succès que l’on sait, le speaker annonçait les dernières condamnations prononcées contre cet élu indélicat par le Tribunal Correctionnel de Basse-Terre. Un article du France–Antilles relatant cette affaire fut intégralement repris sur ce site le 26 septembre grâce à une contribution du citoyen Félix. A ce fait on pourra noter qu’en dépit de son importance elle ne suscita qu’un très modeste signalement, figurant d’ailleurs comme hors sujet, dans une publication qui deux jours plus tard titrait « Scandale à l’hôpital – ENQUÊTE EXCLUSIVE de Papy Biru ».
    Selon toute vraisemblance cette seconde affaire, annoncée sur RFO Guadeloupe dès le 15 septembre, allait se révéler d’une toute autre dimension, permettant notamment de donner à notre enquêteur toute sa mesure de fin limier. Pour s’en convaincre, il suffira de parcourir les hypothétiques explications érotico-résidentielles qui au moins ne manqueront pas de réjouir quelques aficionados d’une littérature plus conforme au style de « Détective » que de celui d’un compte-rendu « gendarmique »…

    Permettez M. le Reporter-photographe! Soit vous ne savez rien de plus que ce qui est colporté par la trop fameuse rumeur insulaire, posture qu’à juste titre vous honnissez par ailleurs, soit vous en dites de trop. A ce stade des investigations policières, il nous semble qu’un peu de recul ne serait pas superflu. D’autant que dans ce type d’affaire, faut-il le rappeler, même si un faisceau important de présomptions autorise la détention provisoire d’un prévenu, celui-ci est « présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées? »

    En tous cas, lorsque d’autres personnes risquent d’être impliquées dans un détournement de fonds publics – notamment suite à des négligences et/ou à des fautes professionnelles – un reporter digne de ce nom est-il autorisé de confondre sciemment le patronyme d’un prévenu tout désigné comme « voleuse », avec celui plus célèbre appartenant à la gente politique locale, au motif que celui-ci est souvent sous les feux de la rampe ?

    Ainsi pourra-t-on regretter que ce qui distingue l’exclusivité dans cette enquête semble singulièrement se résumer à des imprécisions et à des conjectures encourageant surtout les commentaires bien connus en usage chez des imprécateurs avides de parlotes. D’ailleurs l’un d’entre eux – sans doute trop content de participer à la curée – ne tardait pas à manifester sur ce même blog son ressentiment. Affirmant que  » ce qui est ralant c’est que cette personne a piqué le fric de pauvres gens qui n’étaient pas à la sécu », il précisait de plus  » il y a quelques mois, nous avons donné une certaine somme à notre femme de ménage qui avait un problème de santé et qui devait payer « cash » à l’hopital. Quand je pense que c’est cette @#$*$$$ qui a pris son fric… »
    Puis dans un autre commentaire il se demandait à propos de cette @#$*$$$: « Finalement cette personne est elle vraiment coupable ? Je viens d’apprendre que son seul diplome pour avoir obtenu ce poste à responsabilités sans surveillance est un diplome de….cuisine ! »

    Eh bien mes amis, cela promet ! Si le niveau moyen de compétences des nouveaux arrivants toutes origines confondues – sauf en matière de bisness, trafic et truandage – reste en l’état, nous n’avons plus qu’à soutenir ces braves élus saint-martinois qui réclamant l’autonomie comme prochain statut, y voient la seule méthode pour garantir efficacement la préférence locale sur l’emploi…

    Mais au fait, encore une question! Pour quelles raisons la femme de ménage de ce bon patron devait-elle payer cash à l’hôpital pour un problème de santé ? Faisait-elle donc partie « des pauvres gens qui n’étaient pas à la sécu » ?
    Gageons toutefois que ce généreux employeur n’a pas manqué de récupérer intégralement la somme prêtée, et ce dans les meilleurs délais!

    Bien évidemment notre propos n’est certes pas de disculper les agissements des copains et des coquins qui trop souvent sévissent avec l’impunité que nous savons sur notre paradisiaque « Friendly Island ». Cependant si les mots ont un sens l’auteur des conclusions d’une « enquête exclusive » ne se doit-il pas avant tout d’honorer une déontologie dont il dénonce volontiers le non-respect chez les autres.
    Quant à l’indignation à peu de frais qui sied tellement bien à nos vertueux spécialistes de la « défisc » et de la « combinatione » si prompt à crier haro sur le baudet (voir le mulet ou le mulâtre !), ces derniers seraient bien inspirés de méditer ce vieil adage créole rappelant qu’ailleurs aussi « VÒLÈ VOLÉ VÒLÈ, DYAB KA RI »!

    Kasaye KAOHA

    Reply
  7. p.dulong

    Je crois avoir été mal compris, alors je m’explique….

    Je pense que l’avocat de la personne en question (au fait: Un inculpé donc présumé innocent qui reconnait les faits qui lui sont reprochés, comment ca s’appelle ?) aura la facilité de plaider en sa faveur sur le fait que cette personne a été mise en place à un poste à responsabilités et risques (la preuve) par une administration, sans qu’elle en ait les capacités et qu’elle soit restée x années sans le moindre contrôle….Ce qui atténue son éventuelle responsabilité. C’est tout ce que je voulais dire. Point barre.

    Ensuite que l’argent volatilisé provient des versements en espèces…
    Qui paye en espèces à l’hôpital à votre avis??? Bien entendu les gens qui ne sont pas à la SS. Pourquoi ils ne sont pas à la SS et n’ont pas de chéquiers? CQFD

    Rassurez vous chére Madame il n’a jamais été dans notre intention de réclamer à cette honorable femme de ménage le peu d’argent donné pour participer à son problème de santé maintenant résolu. Je crois que nous avons fait même un peu mieux, nous apercevant que cela faisait 10 ans qu’elle était sur l’île, louant à un excellent Saint Martinois un lopin de terre (400 € / mois quand même),sur lequel elle et son mari (ainsi que d’autres) ont construit une minuscule case, sans eau courante..Bref nous avons fait le nécessaire pour qu’elle obtienne au moins la CMU…Je sais, nous sommes encore très loin des chèques « emploi service »….Mais si vous avez une solution….

    Reply
  8. OPERA

    VITE UNE TAXE SUR LES MEDICAMENTS ET SUR L’ESSENCE POUR COMBLER LE TROU DE LOUIS CONSTANT FLEMING…..HOSPITAL!!! OF COURSE.
    OPERA

    Reply
  9. J.T.

    A propos de la « Netiquette » …commentaire éphémère !

    Lorsque Monsieur X exprime sur votre blog son point de vue sur un sujet donné, prend-il volontairement ou non le risque de s’exposer à quelques critiques qui d’ailleurs dans le pire des cas ne devraient pas – ni en leur forme, ni en leur fond – excéder la dérision, le quolibet ou la mystification ?

    Si la réponse est oui, quel crime de lèse-majesté aurait donc commis l’auteur de l’article « Informations & rumeurs » en se permettant d’insister sur un questionnement lui paraissant confus où il se contentait de brocarder des paroles pour le moins maladroitement proférées par Monsieur X ? L’œil de Dieu nous suggère-t-il d’ignorer ces affirmations tout de même un peu péremptoires en favorisant ainsi l’émotionnel au détriment d’une analyse plus pondérée ? Car sinon, quelles seraient donc les « genres de questions délicates « que Kasaye Kaoha aurait évoquées, au point de se voir invité à les traiter « entre adultes sans fournir soi-même les réponses (sic) [dans] une discussion privée  » et donc de se mettre en rapport avec Monsieur X, par le biais de son adresse de courriel ?
    Mais peut-être avons-nous simplement rêvé ?
    D’ailleurs comment notre Reporter-photographe bien aimé aurait-il pu développer une approche aussi limitatrice de son concept de débat, d’autant qu’en respectant les conventions de courtoisie et de correction communément admises – sans négliger l’observation des lois en vigueur – l’ironique Kasaye Kaoha n’avait nulle part failli dans son exposé.

    …Bien sûr si la réponse était non, ces quelques lignes disparaîtraient spontanément à l’instar du fugace commentaire de la « Netiquette » ci-dessus évoqué…
    Mais rassurez-moi ! Quel serait alors encore l’intérêt de ce blog dont le thème récurrent consistait justement à susciter des engagements vers davantage de citoyenneté ?

    J.T.

    Reply
  10. Kasaye Kaoha

    L’absence d’exemplarité aurait une très longue histoire …!

    Au-delà des dernières explications de notre homme de bien, ayant fait le nécessaire pour que sa femme de ménage obtienne au moins la CMU, nous voyons réapparaître certains amalgames sûrement involontaires mais déjà pressentis dans ses précédentes affirmations. Et nous hésitons quasiment à vous remercier cher M. Jabiru, d’avoir fait disparaître votre commentaire furtif sur la « Netiquette »! …

    Mais avant d’abréger définitivement ce débat, permettez-nous de rappeler qu’un individu auquel est imputée une infraction susceptible d’être sanctionnée pénalement et qui fait l’objet d’une procédure d’instruction reste un prévenu mis en examen. Incarcéré ou non, ce prévenu peut jusqu’à son jugement avouer tout et son contraire. Cela ne suffira en aucun cas pour le qualifier de coupable, car c’est la chose jugée seule qui est acceptée pour vérité …RES JUDICATA PRO VERITATE ACCIPITUR !

    Au fait Monsieur l’homme de bien, nous aurions beaucoup apprécié que vous nous indiquiez quelles sont selon vous les qualités requises pour être un « excellent Saint-Martinois ?  »
    Et pour régler le problème des assurances sociales, peut-être faudrait-il commencer soi-même par agir – seul ou en association – pour obtenir la régularisation des situations illégales, refuser d’employer du personnel « au black » et en tous cas boycotter officiellement toutes les personnes et officines diverses qui continuent justement d’embaucher du personnel dans ces conditions?

    Quant aux détournements de fonds publics,  » la sécurité sociale aurait été escroquée de 20 millions d’euros, pour la seule année 2006, dans le cadre d’un trafic de médicaments. Selon Le Parisien, qui révèle ce scandale dans son édition du 5 octobre, des médecins complices délivraient des ordonnances de complaisance à des assurés qui retiraient des médicaments en pharmacie… Ce trafic qui concernerait une vingtaine de départements, dont ceux de l’Ile-de-France, impliquerait une centaine de médecins… »

    Kasaye KAOHA

    Reply
  11. Dulong

    A lire : article du Monde du 7 Oct. page 12

    Les 500 000 euros détournés de l’hôpital de Saint-Martin

    La régisseuse de l’hôpital Louis-Constant-Fleming de Saint-Martin (Guadeloupe) a été placée en détention provisoire le 14 septembre à la prison de Baie-Mahaut. Poursuivie pour « soustraction de fonds public par une personne chargée d’une fonction publique », Bernardine Hanson-Lake est soupçonnée d’avoir détourné près de 500 000 euros des caisses de l’établissement entre 2004 et 2006. Une information judiciaire confiée à la juge Marine Jan a été ouverte par le parquet de Basse-Terre (Guadeloupe). Selon le substitut Renaud Gaudeul, Mme Hanson-Lake a reconnu les faits qui lui sont reprochés.
    C’est le comptable du Trésor public de Saint-Martin qui, en procédant à un contrôle surprise en août, a mis au jour cette fraude. Depuis la fin 2005, l’administration fiscale de cette île franco-néerlandaise, située à une centaine de kilomètres au nord de la Guadeloupe, s’inquiétait du décalage entre le nombre d’actes délivrés par l’hôpital et le niveau des recettes perçues. « L’hôpital est le seul établissement sanitaire de l’île et nous accueillons de nombreux patients étrangers venus de la partie hollandaise ou des îles voisines », explique son directeur, Stéphane Mantion. Ces étrangers règlent leurs soins en espèces – le plus souvent en dollars américains – que seule la régisseuse était habilitée à déposer au Trésor public. Pendant au moins trois ans, elle a profité de cette prérogative pour se livrer à ses actions délictueuses.
    « S’AGISSANT DE SAINT-MARTIN, ON S’ATTEND À TOUT »
    Le comptable qui a déposé plainte a découvert le pot aux roses en relançant des patients pour des factures classées impayées, alors qu’elles avaient déjà été honorées. Ces patients se sont alors présentés spontanément à l’hôpital en brandissant leurs titres de paiement. « Ces sommes n’ont jamais été versées au Trésor. La régisseuse les avait détournées à son profit », déplore M. Mantion, tout en redoutant qu’au final, l’enquête judiciaire révèle des détournements plus importants.
    Mme Hanson-Lake travaillait comme agent du Trésor rattachée à l’hôpital depuis 1994. L’établissement n’avait pas subi de vérification comptable du Trésor depuis 1974. « Cette situation est pour le moins étonnante », commente une source proche du dossier, tout en indiquant que « s’agissant de Saint-Martin, on s’attend à tout ».
    Les policiers ont réussi à retrouver une petite partie de la somme détournée sur des comptes bancaires français et néerlandais, ouverts au nom de Mme Hanson-Lake, mais « la plus grosse partie de la somme reste introuvable », souligne un enquêteur.

    Yves Bordenave LE MONDE | 07.10.06 |

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *