Au centre de la décision et de l’innovation républicaines

Dominique Lacroix – Préfet délégué

Accueilli par le maire de Saint-Martin, Albert Fleming, et le lieutenant gouverneur de Sint-Maarten, Franklin Richards, le préfet délégué pour les îles du Nord, Dominique Lacroix est arrivé mercredi  21 Mars à l’aéroport de Juliana pour prendre ses fonctions.

 albert_fleming_-_dominique_.1174850055.jpg

 Dans le salon VIP de Juliana l’attendaient également le conseiller régional Louis Mussington et le conseiller général Guillaume Arnell qui représentaient respectivement le président Victorin Lurel et le président Jacques Gillot. Après avoir déposé, vers 17 h 30, une gerbe au monument aux morts, Dominique Lacroix a reçu les élus et les socioprofessionnels pour un cocktail de bienvenu dans les locaux de la sous-préfecture.

 lacroix-101.1174850240.jpg

 Après s’être adressé à l’ensemble des convives, c’est dans son nouveau bureau que le préfet délégué Dominique Lacroix a reçu la presse.

« Le principe sur lequel nous travaillons est de faire en sorte que dans les différents domaines d’intervention de l’Etat, il y ait à Saint-Martin même, un responsable d’un niveau suffisant pour que le pouvoir de décision y soit rapproché de son territoire d’application.

C’est de cette idée que procède la nomination d’un préfet délégué, et de la même façon, le ministère de l’Education Nationale a un projet de décret pour créer un poste de chef de service qui, un peu comme un inspecteur d’Académie, aura des responsabilités administratives et pédagogiques.

Le ministère des Finances réfléchi également à une organisation de cette nature. Les choses ne sont pas finalisées, mais il y a une réflexion qui est en cours.

Du côté du ministère de la Justice, il y a une réflexion de même nature. Ce ministère est conscient de ce que le traitement judiciaire, au niveau de Basse-Terre, ne répond pas aux besoins et de la nécessité qu’on puisse apporté une réponse judiciaire adaptée sur place. A termes, ce devrait être la création d’un tribunal de première instance. Il faut bien se rendre compte que ça prendra du temps, et dans l’attente de la mise en place de ce tribunal et de la construction du centre pénitentiaire qui est envisagé, il y aura assez rapidement un renforcement par la nomination de magistrats.

Préfet délégué, ce n’est pas préfet, et vous devrez rendre des comptes au préfet de Guadeloupe.

Tout le monde à un compte à rendre à quelqu’un. J’aurai effectivement des comptes à rendre au préfet de Guadeloupe, mais j’ai été nommé en conseil des ministres par le gouvernement, ça me met dans une position différente et ça me met dans une capacité à la fois d’animer et de diriger les services de l’Etat ici, et de prendre les décisions pour lesquelles le préfet de Guadeloupe me donnera délégation sur Saint-Martin.

 Le fait d’être rattaché à la Guadeloupe, de mon point de vue, n’est certainement pas un handicap, c’est un atout. Ne nous faisons pas d’illusions, nous n’aurons jamais pu mettre en place l’ensemble de l’administration d’Etat ici, telle qu’elle existe dans un département de 400 ou 500.000 habitants. On a la chance d’avoir à moins d’une heure d’ici une administration avec toutes les capacités d’expertises nécessaires sur des sujets complexes et qui pourraient venir nous aider et éclairer les décisions à prendre. Profitons-en ! L’idée ce n’est pas de remplacer le sous-préfet par un préfet, l’idée est qu’ici il y ait un centre de décision.

Est-ce que ça veut dire, qu’à termes, lorsque ces institutions seront installées à Saint-Martin, vous, ou votre successeur, vous n’aurez plus à dépendre de la Guadeloupe ?

Lorsque les institutions de Saint-Martin et Saint-Barthélemy seront en place, ce ne sera plus le préfet de la Guadeloupe. On désignera une personne qui sera préfet de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Il se peut, et selon toute vraisemblance, que ce sera la même personne que le préfet de la Guadeloupe, mais juridiquement ce sera une fonction distincte. Et moi, si le gouvernement décide de me reconduire, ce sera la fonction de préfet délégué auprès du préfet de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Je n’aurai pas de mission concernant la Guadeloupe.

Qu’elles sont les premières tâches auxquelles vous allez vous atteler ?

D’abord prendre contact avec l’ensemble des élus, des services de l’Etat, pour faire un point de la situation et voir les sujets importants.

Je prendrai aussi rapidement rendez-vous avec le lieutenant gouverneur de Sint-Maarten, comme nous en sommes convenu lorsqu’il a eu l’amabilité et la gentillesse de venir m’accueillir à l’aéroport. Nous nous verrons rapidement pour parler de sujets de coopération. Il y a des sujets importants en matière policière, douanière, d’immigration.

Et puis je vais m’engager pour une réflexion sur une organisation adaptée de l’appareil d’Etat, originale, performante, d’optimisation à la fois de la dépense publique mais aussi d’efficacité.

C’est un enjeu que l’on regarde depuis Paris avec un grand intérêt parce que si on peut mettre en place quelque chose d’innovant, ça peut aussi servir de modèle ailleurs, dans d’autres départements ou collectivités d’outre-mer.

prefet-d-lacroix.1174846268.jpg

On dit que vous travaillez entre 14 et 15 heures par jour, que vous êtes une « bête de travail »…

Je ne sais pas si je suis une « bête de travail ». Je m’attache à remplir la totalité de mes missions au mieux et c’est vrai que parfois ça prend du temps.

Propos recueillis par Roger Masip

Dominique Lacroix né le 30 juin 1955, fils de Georges Lacroix Géomètre expert – Marié en 1976 ~ 3 enfants

 Diplômé de l’institut d’études politiques de Lyon et de l’Institut régional d’administration (Metz)

Sa carrière  en outre mer:

79-82  attaché au ministère de la mer

82-86  Dir. de cabinet du Préfet de Mayotte

86 à 90  Nvlle calédonie et Polynésie française

93 à 95 Dir. de cabinet du Préfet de la Réunion

2003- 05 aff. régionales de la Guadeloupe

2005- 07 Dir. adj cabinet ministre Outre -Mer

Print Friendly, PDF & Email

2 thoughts on “Au centre de la décision et de l’innovation républicaines

  1. Shaun Murphy

    Bienvenue à Saint-Martin,

    Sans aller jusqu’à dire que ce sera la Croix et la Bananière, il vous faudra en effet pas mal de Courage, une bonne dose de patience, en un mot : de l’Abnégation… Et pas qu’un peu…
    Ne jamais baisser les bras, comme votre nom le suggère, et, de façon plus pragmatique encore, faire preuve d’ubiquité sans vous disperser.

    Tout est là : SXM a tellement de problèmes qu’il va falloir prioriser, et vite.
    Certains ici vous conseilleront la méthode du tri sélectif pour ce faire…
    Ce que je crôa (comme disait mon maître Edmond Rostand), c’est que lorsque vous allez réaliser l’état des services de l’Etat à Basse-Terre, eh bien, il va vous falloir imaginer quelque chose comme une Délégation Inter Services (mais basée sur quel PASE ?), avec pourquoi pas des contractuels de haut niveau dans un premier temps. ne serait-ce que pour poser un bon diagnostic… What’s up, Doctor ?
    Le Bateau prend l’eau, voyez-vous ?
    J’imagine volontiers une petite équipe resserrée d’un côté (aménagement / développement durable, éducation/jeunesse/immigration/intégration – soit la cohésion sociale), avec de l’autre une affirmation un peu emblématique du Retour de l’Etat (de son arrivée diraient certains…) : pourquoi pas un corps d’inspecteurs du travail digne de ce nom, un G.I.R. dédié au respect du droit du travail et de l’urbanisme (innovant, n’est-il pas ?) et, bien sûr, un substitut au procureur centré sur les affaires les plus intéressantes, pour le dire comme ça.

    Nous ne nous laisserons pas bluffer par un « centre de décision », si cela signifie, encore et toujours, une dépendance vis à vis de la Guadeloupe (avec ses fonctionnaires qui changent tous les trois ans, et, pour ceux qui s’incrustent, une sévère tendance à faire n’importe quoi : vous voulez des noms ? Non, bien sûr…).

    Nous ne nous laisserons pas bluffer par des responsables sans troupes.
    Il manque pas mal de soldats, mais aussi des sous-offs voyez-vous ?
    Pas d’armée mexicaine ici svp… On connaît déjà bien.

    La LOLF a de beaux jours devant elle (original, innovant et d’un niveau Hop Ti Mal pour la dépense publique et l’efficacité…).
    Tiens, si vous commenciez par renforcer – pour un temps – la fonction de contrôle de l’égalité (original et innovant ici).

    Vous priant d’agréer l’expression de nombreuses prières.

    WELCOME !

    Shaun

    Reply
  2. victorin

    Un tres grand interview de Roger Masip.
    Cela fait plaisir de voir autant de qualité journalistique.
    victorin.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *