Les rêves de Bonhomme

Par Julius TREBUCHET

Dans son hamac Bonhomme somnolait. Depuis quelques temps déjà un étrange rêve venait sans cesse perturber ses siestes…
Il se voyait tantôt arpentant un Paris sans pavés migrant vers les plages d’une île mouvante, tantôt fuyant sans casque l’intolérance « gendarmique » prête à lui confisquer son chapeau-coco pourtant si joliment natté par d’habiles mains noires…Tout en sueur, il se précipitait haletant chez son ami le trouvère théosophe qui ne le rassurant qu’à moitié, l’envoyait au diable vauvert visiter quelque peintre de sa connaissance. En fait ce n’est que chez certaines « espagnoles ou haïtiennes » de ses voisines qu’il pouvait alors retrouver le réconfort d’une agréable bandaison par traitement focal interposé.

Ma demoiselle Hibiscuisse

Et à l’instant crucial où le petit oiseau allait sortir, le vrombissement des motos d’un run venait briser son plaisir montant et interrompait la suave douceur de son état second … Alors tel Gog cherchant vainement son alter ego, il ne retrouvait que le pervers Magog flattant l’hypertrophie turgescente de son moi profond. Cela lui permettait au moins de prolonger son demi-sommeil tout en appréciant « la solidité de son background ». Bardé de cette armure, il pouvait alors fustiger ces enseignants trop bien payés, ferrailler contre la bêtise des bleus incultes et dénoncer la versatilité de ces journaleux aux ordres, tous sévissant dans son île mouvante… Ainsi forgeait-il petit à petit son curieux concept de spectateur engagé !

T\\'es beau léon

Ce jour-là, bercé au souffle léger des alizés, Bonhomme sombra aussitôt dans une nouvelle sorte de torpeur où lui apparurent une kyrielle de ses photos composites, quelques tabloïds bigarrés parsemés de versets des Livres Saints et d’articles de l’infâme Code noir, le tout sur fond de mirages exotiques …
Il pouvait y lire en gros caractère Ezéchiel rappelant la menace divine : « J’enverrai le feu dans Magog, Et parmi ceux qui habitent en sécurité les îles, Et ils sauront que je suis l’Éternel« …
Vaguement inquiet, Bonhomme toujours endormi, transpirait. Ses photos préférées d’un Eden où le droit des enfants est suffisamment ignoré pour que nombre de jeunes filles à peine nubiles accouchent dès l’âge de douze ans de géniteurs rarement condamnés , celles surprenantes de touristes américains handicapés dans leurs fauteuils roulants, s’estompaient puis réapparaissaient … accompagnées de curieuses créations picturales où les filles typiques de Atuona peintes par Koké se mélangeaient à d’autres plus brunes et plus dénudées dont les rondeurs pulpeuses furent captées par l’objectif avide du photographe [a]mateur…

2oo5.1185302047.jpg

 Et Dieu créa la femme

Bonhomme cherchant un peu de fraîcheur… se calmait doucement. Absorbé par un autre diaporama, il contemplait avec jubilation sa destinée qu’il imaginait déterminée par l’ensemble de ses actes passés et de ses vies antérieures. Il en était certain, son « karma » était bon… d’ailleurs Esdras dans ses écrits ne lui signalait-il pas depuis près de deux mille cinq cent ans que « … l’oeil de dieu veillait sur les anciens des Juifs » ?
Et l’unité transcendantale de son moi profond veillait. Dans son sommeil, Bonhomme s’étira de plaisir et la sérénité de celui qui sait, auréola son visage de satisfaction.

Oeil de Dieu sur clavier  d\\'après Jan provost L’Eternel venait de lui faire gagner un superbe computer qui allait remplacer bien avantageusement les tables de pierre que Moïse avait reçues en son temps. Après tout son Sinaï n’était-il pas le Pic du Paradis ? Il se sentit soudain détenteur du pouvoir du doigt de Dieu, celui qui par clavier interposé allait transmettre « urbi et orbi » le témoignage issu de son ineffable « expérience de l’audit systémique ».

D’ailleurs lors de la mort accidentelle d’un gendarme, n’était-il pas le seul de son île mouvante qui avait vaillamment « combattu la Rumeur » ? Dans ces conditions quoi de plus normal que de voir « l’œil du psychosociologue » devenir désormais, ni plus ni moins, que  L’Oeil de Dieu !

 

Fouchantant_3 Brusquement le vent se leva. De grosses gouttes de pluie frappèrent violemment le visage du dormeur qui d’un bond sec se redressa. Le hamac s’anima d’un brusque mouvement de roulis grandissant. Bonhomme fit une chute de près de 10 200 dixièmes de millimètres et tomba sur son séant.
En plus de voir des étoiles, il crut alors entendre quelques rires étouffés… Après un bref coup d’œil de Dieu aux alentours immédiats, Bonhomme se ressaisit. Un petit sourire effaça bientôt la moue de son visage …
Il venait de songer à ce mystérieux phylactère qui habituellement disparaissait avant la fin de ses rêves. Jusqu’à ce jour il n’avait jamais réussi à en voir le contenu. Or grâce à ce brutal réveil, il lui fut enfin révélé ce petit morceau de parchemin affichant l’image d’un grand échassier borgne sous laquelle il déchiffra les célèbres mots de l’Ecclésiaste : « Vanitas Vanitatum et omnia Vanitas »…

Davidbailly

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonhomme a la pipe

 

 Narcisse : 70 000 en écho      Sous les pavés, la plage

mise en ligne initiale le 22 o8 2oo6

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *