L’ Avent Noël J -5 ~ Plaisirs gratuits

jardins-sucres.1195000285-296x300

LE MASSAGE MUY RICO

LE FRUIT DES FENDUES 

 Cristina interroge Paola  pour savoir ce qu’elle a demandé au Père Noël ? « Comme pour les autres  40 dollars »

Deux semaines avant Noël c’était en 2oo6, un grossier contradicteur m’avait posté un commentaire désagréable:  « Tu iras aux putes Jabiru à Noël comme d’habitude. Il en faut des pervers comme toi de 50 balais pour faire marcher le commerce des bordels qui profitent aux narcos. Je t’imagine bien, vieux dégueulasse que tu es, en train de caresser des jeunes colombiennes misérables qui n’en ont rien à foutre de ta gueule, mais pas de tes tunes.  Tu appartiens à une espèce de gros porcs qui profitent de la faiblesse des autres pour assouvir tes désirs sexuels … comme beaucoup de métro de ton âge sur l’île ! »

Ce commentaire insultant :  vous en  êtes témoin je suis traité de « métro », était signé par un  certain Domi avec une adresse mail bidon chez Wanadoo.  La constante des  Corbeaux  sur les forums c’est le comportement instinctif  consistant à se protéger  sans courage. Le  corbeau se cache dans l’anonymat des boîtes à lettre électroniques . L’âme noire d’un cerveau encombré par ses propres déjections.

VOICI  CE QU’IL TE DIT LE VIEUX DÉGUEULASSE DE  50 BALAIS …

Dans les Bordels de Sint Maarten,  je n’ai pas vu de proxénètes locaux Narcos-trafiquants. A la Casa Blanca , les filles de Santo Domingo sont emprisonnées chez Carmen Price, vieille maquerelle originaire d’Aruba. Totchi Meyers, propriétaire du Petit Chato et de Defiance, recrute des colombiennes.  Ce mafieux local polygame,  travaille en famille avec ses frères et ses femmes. Il gère  des engins de travaux publics défiscalisés et les locaux du Daily Herald lui appartiennent. Voilà pourquoi la presse locale ne dit rien de ses turpitudes. Son frère Charly a présidé la Chambre de Commerce et le politicien Franky Meyers, ministre de la santé publique, embaume ou incinère les morts. Sperme, cadavres et politique, l’histoire              d’ hommes sans foi ni loi à Babel St Martin.

Dans mon reportage «Cristina Psaume 91»,  les  photos    témoignent des conditions d’exercice du plus vieux métier du Monde. Sans fantasmes ni préjugés, vous y trouverez l’observation et ma réflexion personnelle, en commençant par cette question : pourquoi dit-on, le plus vieux métier du monde ? 

Moïse dans son fameux Décalogue pour vivre en harmonie avec nos voisins dit  :  » Ne convoite pas la femme du prochain, ne commet pas l’adultère ». Alors, pour satisfaire son instinct Bonobo, les mâles inventent la fille publique;  contournant ainsi la loi mosaïque pour assouvir les besoins sexuels de la domination masculine. Et la boucle biblique se ferme par la lecture quotidienne et généralisée du Psaume 91,  à l’heure de la prière des filles de joie dans les chambres des bordels saint-martinois.

« Tu seras témoin de la rémunération des méchants » dit notamment ce Psaume n° 91 .  Totchi Meyers, ancien boxeur et policier reconverti dans le proxénétisme  est  « Un oiseleur sans foi ni loi » . Ma liberté d’expression sur ce Blog ne lui plait pas, il m’a boxé la gueule quand il su mes écrits . Chacun son job, chacun ses coups de Jab.

Le flot de sperme  qui s’écoule dans les sept bordels populaires de Babel-St. Martin atteint un niveau annuel de 950 litres .  Pour la mafia italo-russe du côté de Maho ciblant la clientèle touristique de passage, je n’ai pas compté. Les tarifs y  sont plus élevés. Quarante US dollars la russe qui danse nue  3 minutes en cabine Platinium; au même tarif  une colombienne  loue son corps 20 minutes  au Petit Chato, au risque de l’incendie des chambres ou de la mort de l’une d’entre elles par un client fou-violent. Système d’alarme et de vidéo surveillance inexistants  L’oiseleur sans foi ni loi n’est pas allé en prison rejoindre à Pointe Blanche le procureur et le chef de la Police de l’immigration…

Je suis le seul « gros porc » du journalisme local, à dire qu’il devrait immédiatement être condamné. Il propose 5 000 US $ à qui désignera le tueur d’une jeune Cristina , récemment étranglée au travail par un  pervers, avec le même geste que dans le meurtre d’Angélique Chauviré (pas une longue branche enfoncée,mais une brosse à cheveux …)

 Notre corbeau croasse: « Je t’imagine bien, vieux dégueulasse que tu es, en train de caresser des jeunes colombiennes misérables qui n’en ont rien à foutre de ta gueule, mais pas de tes tunes… ».

Sait-il que dans chaque chambre , sur chaque tablette à côté du lit, il y a les préservatifs , le tube gélifiant et la Bible? Ces femmes opprimées,  novices dans le métier ou déjà confirmées, assument leur sacrifice et se protègent l’âme en lisant la Bible, toujours ouverte à  la même page, celle du Psaume 91, avec  promesse de super-protection du Seigneur en échange du courage et de leur sacrifice.

Depuis le début du XXI°, j’ai tiré des milliers de coups numériques  dans les bordels.  Aux bords d’elles … attiré par la beauté  des femmes et la nudité des Blacks callipyges. J’ai mon studio de célibataire à Oyster P… au-dessus  de la plage Coralita. Reporter-photographe avec un enjeu artistique  et le défi de la libre pénétration dans les gynécées. Harems gratuits  pour choisir les modèles.  Un coup d’obturateur = « one shot » . Les clients  connaissent mes photos souvent collées au mur des chambres des filles. Quand ils sortent une Cristina du tapin pour la marier, il me demande pour la photo à la Mairie! Dans ce milieu, pour être respecté artistiquement, ne touche pas à la photo vulgaire  pornographique. 

 Mes Cristina peuvent ainsi s’offrir une séance à 50 dollars,de beaux clichés « Vamos a la playa » . Note bien ça dans ta caboche Corbeau minable et grossier anonyme:  avec une fille publique, pour qu’elle reste une simple amie, faut pas être son client. Le paradoxe est  profitable: du plaisir pour pas chair!

 Le fond de l’âme humaine se trouve dans les Bordels. Myriam à Magdala, la putain juive  récitait elle aussi la prière mosaïque du Psaume 91. L’amie du fils d’un charpentier de Nazareth. Selon la légende, elle l’a accompagné jusqu’à sa torture finale, bras cloués sur une croix de bois.

 Le photographe  portraitiste, messager du narcissisme,  offre  l’effet miroir en Echo au « qui  suis-je ? »   Mes clientes des bordels… Sur le confetti de Babel St Martin, je croise souvent d’anciennes P… redevenues « civiles ». Vive la mariée et le couple fait un bébé. 

Les  jeunes femmes qui se prostituent sont  les victimes de la domination masculine. « Les sous, croyez pas qu’elles les volent » chantait  Brassens. « Si tous les suivants du monde pouvaient se donner la main » … ironise Jacques Brel et Tonton Georges précise  « qu’il s’en fallait de peu mon cher que cette putain ne fut ta mère« .  Maîtres à chanter juste, les profondeurs de l’âme humaine. 
Mon truc  initial  pour pénétrer l’intimité des Cristina, l’astuce imparable  pour toucher son âme par la bande, c’est la vente d’un  porte-clef translucide, avec ses enfants en recto/verso glissés à l’intérieur. A chaque passe, ouvrant la porte de son lieu de travail, ils sont dans le creux de sa main… Thank You Jabi.

LA VIE EST PLEINE DE PLAISIRS GRATUITS  ~ Alain

Année scolaire 1968-69 ~ Lycée Voltaire – Paris,  Épreuve du Bac Philo « La vie est pleine de plaisirs gratuits » dit le philosophe Alain. Commentez

LA ViE EST PLEiNE DE PLAiSIRS GRATUiTS. J’ai été précocement averti l’année du Baccalauréat, au stade terminal de la maladie de la jeunesse, avant d’entrée dans l’âge adulte. Aujourd’hui je suis  un « philosophe hédoniste » toujours en recherche des plaisirs gratuits. Je le confesse, j’ai pratiqué la recette du massage Muy Rico, dont voici le secret dévoilé. 

En journée chez elle dans sa chambre de 10 m², tu l’écoutes, elle te cause de ses enfants, un ou deux pas plus, avec ses projets pour eux: réussite à l’école,  construction d’une maison, les parents à aider. Elle est seule, le mec n’assume plus, il est parti. Cali, Bonaventura ou Bogota  le salaire mensuel pour 180 heures, ne dépasse pas 350 euros. L’équivalant de 3 heures de travail dans un Bordel à Babel St Martin ( 9 passes de 20 Mn ). Sur la tablette, à côté des préservatifs et du  gel lubrifiant, sa Bible est ouverte à la page du Psaume 91. Tout cela l’oeil du client l’ignore, il se vante de réussir à « faire jouir la pute ! Elle coulait la salope …« 

 Tu sais son intimité, elle t’explique les comportements sexuels des jaunes, des blancs, des noirs. Son théâtre, ses  cris de chatte pour faire miauler la queue du chimpanzé avant le terme du temps réglementaire. Alors, tu piges la violence du rut masculin, tu touches du doigt la fatigue que son corps accumule. « Mi banca » dit-elle, posant sa main sur l’entre-cuisse. Tension du stress dans les cervicales, manque de sommeil, les épaules lourdes, les omoplates et les bras endoloris, renaissance de l’énergie dans le creux des reins. La plante des pieds.  Massage gratuit,  cinquo dollars para mi crema  plus Baume  du Tigre Chinois, revivifiant le coccyx. Mi reputacion esta « Muy Rico ». Alors le corbeau, pour donner au cours de ta vie du plaisir gratuit,  comme un cadeau du Père  Noël …

 

… Si par désir elle écarte  ses cuisses, dans les jardins sucrés de Sucker Garden, suce la mangue et le noyau.  Le fruit des fendues.

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

4 thoughts on “L’ Avent Noël J -5 ~ Plaisirs gratuits

  1. JM

    En quoi le terme « métro » serait-il devenu une insulte ?

    Dans le petit Robert, on découvre que le qualificatif « métro » – en tant que substantif – correspondrait à une abréviation du terme « métropolitain ». Depuis 1891, s’il n’indique pas directement un chemin de fer à traction électrique, partiellement ou totalement souterrain, desservant quelques grandes agglomérations urbaines, il permet aussi de nommer des éléments distinctifs de ce modèle de transport. Ainsi parle-t-on par exemple du Métro Nation (Cf. photo avec sous-titre Place des Antilles…et M. Jabiru), d’une rame de métro ou encore de conducteur et de contrôleur de métro.

    L’autre sens du mot métropolitain désigne ce qui appartient à la métropole, ce qui s’y trouve ou qui en provient, par opposition à ce qui relève singulièrement du domaine de la colonie et par extension des départements, territoires et collectivités d’outre-mer. Par la suite, le mot « métro » va devenir un terme quasi générique désignant toute personne originaire de métropole.
    Ce vocable qui dans ce cas englobe son sens et lui sert de classificateur dans une société locale depuis longtemps hiérarchisée selon de subtils clivages, peut-il alors devenir une offense quand il est adressé à une personne ayant par ailleurs constamment déclaré ses origines parisiennes ?
    Je ne le pense pas !

    De plus, sauf à supposer qu’il faille éradiquer de leur réalité quotidienne des tournures langagières antillaises aussi communes que « NÈG NWÈ, BATA ZENDYEN, BOUG WOUJ, MILAT KLÈ, CHABEN, NÈG BLÉ, ZORÈY, KOULI, BÉKÉ et autres NÈGZAGONAL » *, je ne vois pas en quoi l’appellation de METRO pourrait alors plus que celles-ci être ressentie comme étant une insulte …

    Quant à ce « pseudo Domi », cela valait-il vraiment la peine de l’évoquer et de reproduire ses outrances ? Fallait-il en contrepartie – au risque de se fourvoyer parfois – développer ce lourd catalogue de justificatifs attestant d’une sorte de CV saint-martinois ?
    Je ne le crois pas davantage !
    Les gens qui consultent ce blog n’ignorent pas les originalités de son créateur. Et à défaut d’épouser ses analyses ou aller ailleurs, ils peuvent au moins y apprécier le grand espace de liberté toujours offert à leurs éventuelles critiques. Aussi, ne pas comprendre que toute forme de liberté implique un minimum de contraintes reste sans doute le fait d’une minorité d’irréfléchis, sans intérêt.

    Alors M. Jabiru, permettez ce point de vue : laissez donc aboyer ces fâcheux en ignorant leurs pitoyables propos… votre caravane ne mérite pas de s’attarder pour si peu ni de se détourner de son chemin !

    KEMBÉ RÈD TI MAL, PA MOLI

    JM

    * Si nécessaire, je tiens à votre disposition les traductions …

    Réponse de Jabiru @ JM

    1°) Parisien, la présence du réseau métropolitain  a revêtu une certaine importance psychique, lorsque jeune orphelin a douze ans,  j’ai souvent rêvé la présence de mon père errant dans les galeries souterraines du métropolitain.
    Ce souvenir d’enfance  est subjectif,  le mot « métro » évoque pour moi un souvenir peu agréable.
    2°) Dans son terme institutionnel le terme « métropolitain »  désigne la présence d’un  français de l’hexagone vivant en outre-mer. J’y trouve une dimension néo-coloniale  ( ou tout simplement péjorative) lorsque le contact dudit « Métro » avec les autochtones se développe sans scrupules vis à vis du respect de l’histoire et des habitus du peuple noir des territoires antillais. C’est pourquoi je préfère utiliser le qualificatif de « Blanc-France ».

    3°)L’intervention provocatrice d’un corbeau sur le Blog, m’a offert l’occasion  d’une confidence personnelle  sans tabou concernant mon expérience et mes observations au contact avec les « bas-fonds » de l’âme humaine, en l’espèce la question de la domination masculine.

    Reply
  2. Roro

    Insultes ou préjugés ?

    Dans le langage courant des Antilles françaises, les métropolitains sont souvent appelés métros … Bien sûr la manière d’accepter chacun d’entre eux variera toujours à l’aune des ressentiments – mélange complexe d’animosité et de reconnaissance – propres à chaque appréciateur !
    Mais sans connaître véritablement la langue créole et le vécu antillais il demeure délicat de discerner le contexte précis de l’emploi du mot, voire illusoire d’en appréhender la diversité des charges affectives qui l’accompagne. Dans ces conditions toute appréciation extérieure risque fort d’être partielle, en tous cas certainement partiale !

    De même s’il semble difficile de jauger « le » sexe ou « l’ » angoisse, il n’est pas impossible d’estimer les résultats du traitement appliqué à un homme qui souffre d’éjaculation précoce ou de troubles érectiles ; ainsi peut-on mesurer le degré d’affres de quelqu’un qui souffre singulièrement de la phobie du métro (lorsque les « maux » sont pris dans leur sens …
    « générique » ).
    Ensuite, le problème de celui qui subit ces troubles est de pouvoir suivre leur évolution, en situant son degré de craintes sur une échelle subjectivement graduée par exemple de 0 à 4, chaque chiffre correspondant à un niveau de souffrance psychique donné. Il pourra de même évaluer l’effet de la thérapie sur cette souffrance. Ainsi pour celui atteint de la phobie du métro, on aura :

    Niveau 0 = ton normal = élément du discours quotidien utilisé par tous pour indiquer des origines,
    Niveau 1 = galéjade ou plaisanterie = précise quelques façons de faire ou d’être du nouvel arrivant qui prêtent à rire,
    Niveau 2 = reconnaissance et affection = tout le monde il est beau et gentil sous les tropiques …
    Niveau 3 = mépris = incompréhension de prises de positions et rejet de l’autre , il faut prévoir un éloignement
    Niveau 4 = sentiment de haine = les carottes sont cuites, « Adieu foulards adieu madras » = une délocalisation hors de Friendly Island s’imposerait probablement …

    Roro

    =================

    Je vote  pour ton niveau 2, au juste milieu.  

    Respect, Tolérance & Fraternity

    JAB

    Reply
  3. Dominique Hasselmann

    Non, Jabiru, tu as bien fait de nous livrer ce reportage, ce vécu, sans pudibonderie, sans masque posé sur la réalité.

    Sans blaguer, cela m’a fait penser à Albert Londres !

    Bonne année et bons « shoots » !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *