Le 22 Septembre

le 22 septembre

En souvenir de vous …

Un bouquet d´immortelles
que j´arrosais de pleurs en souvenir de vous…

Ma poésie française passe par les chansons , dont celles de Georges Brassens. Il en est une – le 22 Septembre – qui me parle, comme tous ceux qui ont connu le deuil de la perte prématurée d’un être cher. Cette chanson est précisément liée à la tristesse du modèle , une femme de 39 ans. llustrant aujourd’hui ce thème du 22 Septembre, en souvenir des morts, que Brassens développe.

 

mon père, dix mois avant son arrêt du coeur

Cette femme, c’est ma mère ! Veuve de mon père a 39 ans en 1962.  Le souvenir des morts aimés trop tôt disparus, marque longtemps  de son empreinte  la mémoire des vivants. D’aucuns souhaitent et espèrent les retrouvailles éternelles au Paradis, ce n’est pas ma religion. 

Puis …  » avec le temps  va tout s’en va » chante à sa façon Léo Ferré.Brel disait,  » on oublie rien, on s’habitue, c’est tout »

 

 

1- Un 22 septembre au diable vous partites,et depuis, chaque année, à la date susdite, je mouillais mon mouchoir en souvenir de vous…

Or, nous y revoilà, mais je reste de pierre,
Plus une seule larme à me mettre aux paupières:
Le vingt-deux de septembre, aujourd´hui, je m´en fous.

2-On ne reverra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me ressemble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en souvenir de vous…
Que le brave Prévert et ses escargots veuillent
Bien se passer de moi pour enterrer les feuilles:
Le vingt-deux de septembre, aujourd´hui, je m´en fous.

3-Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d´ailes,
Je montais jusqu´au ciel pour suivre l´hirondelle
Et me rompais les os en souvenir de vous…
Le complexe d´Icare à présent m´abandonne,
L´hirondelle en partant ne fera plus l´automne:
Le vingt-deux de septembre, aujourd´hui, je m´en fous.

4-Pieusement noué d´un bout de vos dentelles,
J´avais, sur ma fenêtre, un bouquet d´immortelles
Que j´arrosais de pleurs en souvenir de vous…
Je m´en vais les offrir au premier mort qui passe,
Les regrets éternels à présent me dépassent:
Le vingt-deux de septembre, aujourd´hui, je m´en fous.

5-Désormais, le petit bout de coeur qui me reste
Ne traversera plus l´équinoxe funeste
En battant la breloque en souvenir de vous…
Il a craché sa flamme et ses cendres s´éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châtaignes:
Le vingt-deux de septembre, aujourd´hui, je m´en fous.

Et c´est triste de n´être plus triste sans vous

 

 

 De la mort de mon père, je garde  le souvenir de deux chansons de Georges Chelon

Morte saison et le Père prodigue, dont les mots mêlés ont poétisés la peine de l’abandon

 accompagnant  la tristesse d’un orphelin de douze ans.

« J’étais vraiment à fleur de jeunesse, quand tu nous a laissé tombé »

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

One thought on “Le 22 Septembre

  1. LEDU Jacques

    La vie n’a pas à s’encombrer des morts , les pommiers n’ont ils pas un droit sur les ifs….?.. une fois écrit ou dit les yeux peuvent toutefois restés embrumés de quelques larmes…..la disparition d’un être aimé marque au coeur et de son indébilité,une ride dont on se serait bien passé…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *