Jeux Olympiques & Black Power

jo Mexico 1968

 Mexico 17 octobre 1968 –  Il était une fois… il y a 44 ans 

Sur le podium d’athlétisme des Jeux Olympiques, deux sprinters noirs, pieds nus, bras levés  et poings gantés. Deux athlètes américains médaillés olympiques. Tommie Smith et John Carlos, l’or et le bronze du 200 mètres avaient dénoncé et manifesté  contre la Marginalité et l’exclusion des Noirs aux U.S.A. 

Le pasteur Martin Luther King, leader non violent de la lutte pour les droits civiques, prix Nobel de la Paix venait d’être assassiné  en Avril 68.

Chaque 3° lundi de janvier, it’s the Martin luther King Day aux Etats-Unis. Dans la culture des afro-caribéens, c’est une part de  leur mémoire du XX° siècle.  L’année 1968  s »est caractérisée à travers le monde, par une liste impressionnante et jamais égalée, de soulèvements de colères et de protestations populaires  

BLACK POWER

 Libérer l’histoire et l’identité des Noirs du « terrorisme culturel », de la déprédation dont elles ont été victimes par la faute des Blancs, qui voulaient ainsi justifier leur sentiment de supériorité.

Le peuple noir doit se construire une image positive de lui-même : celle d’un peuple énergique, courageux, intelligent, beau et épris de paix et non paresseux, apathique, mou comme le disent les Blancs.

Les Noirs doivent aussi prendre conscience que le lien qui les unit entre eux, les unit aussi à leurs frères africains.

L’origine de l’histoire afro-américaine se trouve sur le continent africain et le peuple noir doit connaître ses racines et son héritage culturel.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

A l’époque, j’avais dix huit ans. Je me souviens de la force contestataire de ce geste audacieux. Le gant  signifiait : lutte pour la dignité et révolte de dignité des hommes dont la peau brille comme la couleur du cuir.

 

UNE BELLE HISTOIRE D’AMITIÉ

Jusqu’à la récente réception d’un mail ( novembre 2oo6), je n’avais jamais fait attention à l’athlète blanc qui était arrivé second. Il s’agit d’un australien : Peter Norman. Cet athlète, est mort la semaine dernière… Voici l’histoire.( source Yeti Blog )

Après la course, dans l’attente de la remise des médailles, les deux athlètes noirs américains se seraient rapprochés de Norman et lui auraient demandé : Crois-tu aux Droits de l’Homme ? – Oui, je crois. – Et en Dieu ? – Oui, de tout mon cœur. Aussi, lui faisant confiance, les deux Noirs lui ont expliqué leur plan qui a séduit Norman, jusqu’à le faire participer à cette protestation…

– Dites-moi ce qu’il convient de faire et je le ferai, ajouta Norman.

L’idée d’une paire de gants en cuir noir vient de Norman, qui s’arrange pour se procurer ces gants et les donner à ses deux comparses…

La main droite sera utilisée par Tommie et la main gauche par John… De plus, pour symboliser la pauvreté de leurs conditions, les athlètes se présenteront pieds nus.

Vous connaissez la suite… La remise des médailles, les poings levés, et aussi, pour montrer sa solidarité, Norman qui affiche sur sa poitrine une cocarde où est inscrit : « Un projet olympique pour les droits de l’homme »…Tout ceci, durant l’hymne national américain…Certes ces athlètes eurent quelques déboires avec certaines instances sportives immédiatement après, mais à terme devinrent des symboles.

-Peter Norman n’a pas eu une vie marrante mais c’est dû à une gangrène + amputation. Les 20 sec 6/100 èmes de Norman lors de la finale du 200 m à Mexico sont toujours le record national australien, 44 ans après.

John Carlos : début de carrière de footballeur professionnel puis poste chez Puma ( l’équipementier de sport) puis poste au comité olympique américain et de la ville de Los Angeles.

Tommie Smith : poursuivit sa carrière d’athlète ( plusieurs records qui le place encore dans le gratin) puis coach sportif, puis prof de sociologie à Oberlin ( bonne fac)  en Californie et les deux américains furent honorés officiellement par diverses instances.

Ceci étant, ces trois personnes, ces trois hommes d’exception,sont restés en contact… Ils sont devenus les meilleurs amis du monde… Et ceci a duré tout au long de leurs vies…Le sprinter australien est mort le 3 Octobre 2006 d’une crise cardiaque à l’âge de 64 ans.

Tommie Smith et John Carlos ont porté le cercueil de Norman aux funérailles. Les trois amis étaient encore réunis…   « Ce que nous représentions… était bien plus grand que tout exploit sportif », a déclaré Carlos aux funérailles. « Alors que nous nous tenons ici, nous remémorant Peter Norman, pensons à la grandeur de cet homme qui a dit « je suis avec vous », non pas « je suis devant vous » ou « je suis derrière vous », mais bien « je suis avec vous », a-t-il continué. « Je le respecte. Peter n’a jamais reculé. Il n’a jamais détourné les yeux ou la tête. Il n’a jamais renié ce qui s’est passé ce jour-là », a ajouté Carlos. 

initialement publié le 17 Octobre 2008

          

J’ai vingt ans. Dans ma piaule d’étudiant sous les toits gris du 160 Bd  Diderot , entre la Place de la Nation et de la caserne de Reuilly, un poster de Lénine est épinglé sur le mur de la chambre, au dessus du bureau.

La révolte de Mai 68 se poursuivait. Je défilais sur les pavés de Paname en criant  » Paix au Vietnam « et « Freedom for Angela Davis »,  femme noire, diplômée, et communiste combattue par le FBI. Une soeur de combat contre l’impérialisme américain. Ma génération n’avait pas vécue la libération de la France après le débarquement sur nos plages de Normandie. Les lances flammes au Napalm brulait les villageois Vietcongs.

Mon horizon c’était sous les pavés la plage. Je reste un soixante-huitard, utopiste marxiste, vivant en doux rebelle avec les plages de sable blond et la mer chaude et turquoise d’un confetti insulaire Tropical, où c’est toujours l’été, même en hiver, et la population afro-caribéenne. J’y ai agréablement cultivé ma saint-martinitude.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

5 thoughts on “Jeux Olympiques & Black Power

  1. Courpavite Post author

    « L’idée d’une paire de gants en cuir noir vient de Norman, qui s’arrange pour se procurer ces gants et les donner à ses deux comparses… La main droite sera utilisée par Tommie et la main gauche par John »
    …ce serait donc ça l’histoire?
    Moi j’ai toujours entendu dire que l’idée était bien de Carlos et Smith mais comme Carlos avait oublié ses gants Norman leur a alors suggéré qu’ils se partagent la pair de gants de smith…
    pas tout à fait le même son de cloche, n’est-ce pas?
    Est-ce que vous pouvez citer vos sources pour votre note Jabiru svp ? merci

    REPONSE : Source http://www.yetiblog.org

    Reply
  2. Roro

    Et les gants ?

    Pour être précis et en reprenant l’originale métaphore de M. Courpavite, il s’agirait peut-être davantage d’un 5 x 200 m puisque M. Jabiru indique dans la mise en page de cet article que « Jusqu’à la réception d’un mail, je n’avais jamais fait attention à l’athlète blanc qui était arrivé second … » Peut-être pourrait-on donc encore faire grief à M. Jabiru de ne pas avoir reproduit immédiatement avec exactitude toutes les sources liées au courriel dont il est fait mention ?
    En fait le véritable objectif qui consistait ici à rappeler cette belle histoire d’amitié entre ces athlètes (que tout pouvait alors contribuer à séparer) a été atteint, … puisque au moins deux lecteurs de ce blog ont réagi à ce texte …
    En tous cas sur la photo illustrant les funérailles de Norman où l’on voit Smith et Carlos portant le cercueil de leur ami, chacun vérifiera avec intérêt que ce jour-là ils n’avaient plus les mains gantées… bien sûr, sauf « nouveau trucage » de M. Jabiru !

    Roro

    Reply
  3. sophie

    Vous avez laissé une erreur s’infiltrer dans votre article: L’idée d’une paire de gants… Ne vient pas de ce M.Norman, en réalité, il y seulement suggéré que les deux athlètes partagent la paire de gants de Tommie Smith suite à l’oubli de celle de John Carlos. L’idée vient donc bel et bien des athlètes, seul le partage leur a été suggéré.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *