Spécificités saint-martinoises

Schoelcher

Dans un entretien vidéo découpé en trois parties, vous pourrez voir et entendre  l'un de rédacteur du Comité de Rédaction de l'Oiseau des îles.

Schoelcher Le sujet de cet entretien avec mon ami Jean- François,  c’est la compréhension des mentalités locales. Partant des cérémonies républicaines, les commémorations de l’histoire coloniale, il approfondit sa réflexion sur le rôle de Victor Schoelcher dans le processus d’abolition. Sa pensée fait   reliance vers les  mentalités insulaires actuelles, se référant aux livres de Daniella Jeffry, il pointe les Spécificités  positives avec un S majuscule.

Il dénonce les spécificités spécifiques qui lui paraissant négatives, notamment la revendication du bilinguisme subit ici une critique motivée ( voir la deuxième partie)

1ère partie  Introduction  14 minutes

SCHOELCHER

Ci dessous 2° partie  Développements  30 minutes

 

statue-of-abolitionist-victor-schoelcher-

3° partie ci-dessous  Conclusions  12 minutes

Print Friendly, PDF & Email

4 thoughts on “Spécificités saint-martinoises

  1. Julius TREBUCHET

    Cher rédacteur « lambda » du Comité de Rédaction de l’Oiseau des îles,

    Pour information les documents suivants pourraient sans doute compléter avantageusement votre approche des « spécificités saint-martinoises », lesquelles apparaissent en grande partie comme incluses dans certaines analyses structurales de la société antillaise, comme par exemple « L’INCESTE FOCAL DANS LA FAMILLE NOIRE ANTILLAISE – Jacques André – mai 1987 -PUF »

    De même afin d’éviter les dérives dues à la réflexivité – pathologies du sociologue bien décrites par Bourdieu – et s’agissant en particulier de l’éternel débat opposant histoire et mémoire, les textes identifiés et/ou répertoriés dans les recueils suivants :

    – cms.ac-martinique.fr/discipline/histlettres/file/ActesTraiteNegriere.pdf‎
    – « Bibliographie Révolutions coloniales » établie par Frédéric Régent

    vous seront sans doute dans grand secours à l’occasion de vos prochaines interventions.

    Amicales salutations.

    JT

    Reply
  2. jean-francois

    Cher Julius,

    Je vous remercie d’avoir pris quelques secondes de votre pécieux temps pour me répondre.

    Je vois que vous êtes, comme moi-même, un passionné d’Histoire et parfois, l’Histoire peut paraître bien complexe tant les passions se déchaînent.

    Je ne suis pas un positiviste comme Bourdieu, je crois en la Création et à l’intuition. J’essaie au mieux de me sensibiliser aux différentes ondes.
    Dans mon entretien vidéo, il n’y a aucune prétention généraliste, nulle exhaustivité.
    Les champs sont trop larges et trop complexes pour 55 minutes de vidéo.

    J’aime à rappeler cette belle phrase d’Adotevi : « il y a aussi ceux qui ont peur de leur ombre et qui, prophètes du passé, se tuent à retarder l’heure du jugement dernier ».

    Dans la vidéo je me concentre sur le fait que les saint martinois (différents des guadeloupéens dans leurs us et coutumes) ont mené batailles idéologiques contre la domination blanche et française. Cette volonté d’autonomie vient de là, trahie par des pseudo politicards se prenant pour des révolutionnaires en mal d’existence. Je piétine doucement, sans rancœur et avec beaucoup de sagesse l’antagonisme : « we are born here » et l’hommage à Schoelcher.

    Merci pour votre lien, mais il est curieux que l’Histoire africaine soit blanche. Les Afriques sont si belles et complexes : l’esclavage n’est pas terminé, il continue sous d’autres formes et dans d’autres contrées.
    En matière d’humanisme l’Europe n’a de leçon à donner à personne et encore moins la France des Lumières.

    Pour la société antillaise et ses maux, car je vois que cela vous intéresse, on pourrait développer et échanger car c’est effectivement passionnant.
    Mais pour info, au-delà même de la femme antillaise, je place la femme au dessus de tout, elle est supérieure à l’homme qui est une espèce dégénérée.
    Je crois en la femme originelle, mère de tous, le mythe d’Adam et Eve étant le récit d’une séparation de corps par mutagénèse.
    Amicalement,

    Reply
  3. opera

    La « blancheur de l’Histoire africaine », la notion d’ondes:
    « Chacun de nous est un petit émetteur-récepteur qui s’ignore. Si nos ondes se heurtent violemment, naît le ressentiment. »
    l’anti-féminisme par la femme originelle et l’hommage à la femme antillaise….

    en 55 minutes de video????!!!!!!!!!!! nous demandons dès maintenant à notre member de faire mieux la prochaine fois et de mieux étaler sa culture

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *