Mes vœux pour 2014

I Love my neighborhood

Voici mes vœux avec une chanson, illustrée en vidéo postée sur You Tube pour commémorer ce 1er Janvier 2014. Une vision des rapports humain acquise en Mai 68. Baby Boomer de l’après guerre, mon cœur d’adol
mes rêves, dans l’espérance de vie qui me reste de bonne santé, je vais épanouir l’ABC de mes savoirs-faire pour  
Agir sur le Bien Collectif  dans mon voisinage à Concordia .

Agir local. Penser  global, dans la coopération sur Terre entre Hommes de Paix au cœur ouvert.

Dans la société, il y’a deux sortes de gens. Ceux qui pensent qu’il y a deux sortes de gens, et les autres…

I Love my neighborhoodJe distingue quatre catégories.  Les nuls, les médiocres, les connards et les fous. Pour être précis, en bas de la pyramide sociale les nuls à chier sont indécrottables, les médiocres rédhibitoires ne progresseront plus, « leurs yeux, paupières mortes, n’égalent pas leur Destin. » disait Apollinaire, Comte de Vibescu... Troisième catégorie: la grande masse des connards. Les  occasionnels et gros connards permanents.

Au sommet les fous ! Ceux qu’on enferme sous camisole chimique et les fous géniaux: les clowns en Liberté créatrice, ceux qui réalisant leurs rêves personnels ici bas,  servent leurs prochains avant de mourir laissant leurs places aux générations montantes.

bouffon du plancton

On peut se limiter à une compréhension des catégories sociales en trois niveaux : les dominants, les dominés et les hommes libres. 

« L’homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée »  c’est une devise familiale transmise par  Léon Blum, un cousin d’Alsace au front populaire.

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

One thought on “Mes vœux pour 2014

  1. Julius Trébuchet

    Comme en janvier 2007, Vieux frère !

    Liberté, liberté ! N’est-ce pas un peu compliqué à définir et à comprendre ?
    L’île aux fleurs, court métrage, par Jorge Furtado (Dailymotion)
    http://rezo.net/100473

    Mais bien sûr! Cette représentation systémique et intégrative de l’économie et du monde humain dans son environnement, n’est-ce pas là un magnifique exemple de la « complexitude » si chère à ceux qui nous prêchent depuis plus de 30 ans : « Au commencement était l’Action, puis vint l’interaction, puis vint la rétroaction, puis vint l’organisaction [sic] / boucle production de soi – être – existence avec la régulaction [sic], avec la production / Puis vint l’informaction et la communicaction [sic et re-sic], c’est-à-dire l’organisation géno-phénoménale où le Soi devient Autos où l’être et l’existence deviennent vie. »
    ( in La Méthode. I – La nature de la nature, Seuil, 1977, p. 387, 369 et 378. Le chapitre s’intitule « La complexité de la complexité »)

    Avez-vous compris ?
    OK, Vieux frère !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *