EDiTO AVANT MAi 2018

marigot-bay

Aujourd’hui c’est Vendredi 13,  Shabbat de Nissan au Calendrier hébraïque. Le prochain Vendredi 13 tombera  la veille du  prochain 14 Juillet. Jour de chance pour les uns et  malheur pour d’autres …

Une paire de jumelles, les zygolotes de mon cadet, sont nées  un Vendredi 13 avril, aujourd’hui elles ont soufflé  six bougies. Leur prochain Vendredi 13 avril coïncidera avec leurs 17 Printemps en 2029… De son côté, Papy Biru  se  prépare à fêter  les 50 ans de Mai 68.  Confidences intimes  du papy-boomer …

« J’adore avoir le choix dans les dates  » comme dit la Comtesse Romana-Bellenus

La date du 22 Mai prochain m’a semblé souhaitable pour un lever de rideau Officiel sur le futur emplacement de l’Entrée des Artistes et  du Café des Arts au 50 rue  de la Liberté, au coin de la rue des Pêcheurs que nous allons élargir dans un périmètre architectural  et urbain  sur le Front de mer à Marigot Bay conçu par Mauricio Lanari (l’architecte du West Indies).

 Si ce n’est pas possible – je veux dire si le compromis de vente n’est pas  signé d’ici là avec les héritiers de ce bâtiment en ruines – je reporterai au 18 Juin l’appel ZADiste* de LOiseau des îLes pour que fleurisse une Saint m’ART’in attitude post-cyclonique.

* Zone Artistique à Déployer

Mai 68, j’avais 18 ans. Prise de conscience pour l’a venir de quelques mots d’ordre restés vivaces dans mes objectifs de vie …  Il est interdit d’interdire !  Les murs ont la parole ! Sous les pavés la plage ! J’en ai déjà causé ici :  il-fut-une-fois-mai-68 .

Mes grand-pères ont fait la guerre de 14 contre les Boches. En 42 ils ont quitté Paris, menacés par le port d’une l’Etoile jaune. J’aurais donc vécu en temps de Paix, trop jeune pour partir en Algérie, mais à l’écoute des slogans du joli mois de Mai 68, sans passer longtemps du col Mao au Rotary Club.

Le Chant du départ, celui de la Liberté guidant nos pas, je l’ai fait mien trois années avant l’an 2.000 à l’approche de ma cinquantaine  en tirant la carte  Sous les pavés la plage « pour des raisons qui font que nos raisons sont belles… »

jouissez-sans-entraves-cartier-bresson-mai-68J’ai le plaisir d’être soutenu à 100 % dans le concept Street  Art  Murmures des murs et pour le projet Fresqu’île, par un frangin de six mois mon cadet, qui a fêté ses 17 Printemps pendant l’occupation de la Sorbonne, où passant à bras raccourci aux actes du « Jouissez sans entraves » il s’est profondément débridé l’goujon ! Notre rapprochement  après le siphonnage de l’œil  d’Irma n’est pas un hasard, mais une féconde synchronicité spatio-temporelle qui permet d’accorder nos Stradivarius dans la Symphonie d’la vie. J’ai observé la rapidité avec laquelle il a réussi  à restaurer son Hôtel submergé entre mer  & lagon à la Baie Nettlé . Bourse à la main,  sa planète Mercure est redevenue un écrin aux  Arts majeurs, Peinture & Sculpture. Les touristes apprécient. Ses confrères du Riu à l’Anse Marcel, Belmont à la Samana et le Beach Plazza licencient dans l’attente des ré-ouvertures prévues pour la  saison touristique 2019. 1.000 licenciés dans le secteur hôtellerie, 150 millions de dégâts. Prévisions pas plus de 500 chambres ouvertes en 2018.

Sur ce confetti dont le manteau partagé est dorénavant déchiré, il nous faut penser aux mois prochains lorsque les Tours Opérateurs examineront la renaissance de  notre Friendly Island, comparant le touristique Front Street de Philipsburg, à la capitale française en berne et détruite à 50% sur la route d’entrée à partir de la zone de Bellevue qui a été pillée , via la rue de Hollande avec ses venelles de Favela squattée par la pauvreté caribéenne.

 Le renouveau que fut Mai 68, nous avons le profond désir d’en faire ici & maintenant un rebirth collectif au milieu des ruines, en invitant des  artistes peintres contemporains reconnus dans leurs pays d’origine, solidaires en Art, Humour et Poésie pour redonner  sourire aux îliens sinistrés.

Je caresse l’espoir de bricoler un été tropical pour Miss Tic,  la poétesse  du Street Art Parisien, qui donnera une French Touch à notre île sous ruineuse résilience. J’ai noté un parallèle entre sa carte de vœux 2018 et mes portraits de rue Smile again SXM

miss-tic-2018

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *