Premier épisode du film de Jabiru

jabiru BLOG   Premier épisode du film de Jabiru   I love my neigborhood.  Cette vidéo tournée en 22 épisodes avec un Nikon D 5100 en bandoulière, a pour sujet  la mise en place de la Fête des voisins organisée par le Conseil de Quartier de Concordia, sous  la bannière de la Démocratie Particip’ active.

Le jour de fête est fixé au Vendredi 13 Juin  et sera clôturé à 22 h 00  par un feu d’artifice tiré au sommet du Mont des Accord dans la nuit de pleine Lune.

1er épisode – Tournage le 1er jour de l’an 14 , avec hommage au string Band Tanny & the Boys, reflet de l’élan vital de nos papys musiciens. Durée 7:55

 

jour de l'An 14

Blog Bilan 2013

Huitième année du Blog. Bilan statistique et Top Ten des articles de l’année 2013

Jabiru blog Stats 2013    Cette année 2013 clôture ma huitième année de blogueur.Le bilan statistique est le suivant 266 653 pages visitées par  61 415 visiteurs dont 33 874 visiteurs uniques. Soixante six articles mis en ligne et  170 commentaires postés.Total annuel  bande passante sur le serveur  : 68,5 Go.

Ces précisions permettront au bureau judiciaire   rue du Chateau des rentiers à Paris,  d’instruire   la plainte en diffamation déposée en Novembre par Miss Madame Bellanus, ci-devant directrice de la Semsamar

  Chaque article est enregistrable en format PDF et imprimable avec les photos en couleurs. Depuis la rentrée de septembre la Sté tac Gaz a pris une option publicitaire qui complète les Dons de soutien de 50 € en carte de crédit sécurisé Paypal. 

 

Jabiru Blog

 

Voici la sélection de mon Top Ten 2013. J’étais en France au mois de Mai et n’ai pas pu couvrir la fusillade mortelle du Fish Day. L’année politique a été marquée par l’invalidation d’Alain R. expert-comptable , son remplacement par Aline H. directrice d’école et par l’affaire  des AOT de la Baie Orientale qui s’est achevée par la défaite judiciaire du groupe NTM (Noailles Tricoire Montravers)

 

  1. Janvier  hommage à Lucien Guillaume peintre ayitien parti bien avant l’heure normale.
  2. Février Le Con de travers est le papier qui m’a donné le plus de plaisir a rédigé !
  3. Mars  Un 18 mars super merdique décrit les alinéas de l’existence qui perturbe le quotidien
  4. Avril Territoire français ultra-marin en crise  analyse la déchéance du Président Alain Richardson
  5. Mai Lurel inaugure la médiathèque je revenais de France juste à temps pour rencontrer le Ministre et lui faire part de mes projets pour l’auditorium de la Médiathèque. Vidéo commentée de la visite ministérielle
  6. Juin L’appel de Concordia un Rendez-vous majeur qui explicite mon entrée dans le champ de la Démocratie particip’active locale.
  7. Juillet La Semsamar est dans le rouge cet article fait l’objet d’une plainte en diffamation malgré le Droit de Réponse accordé à la directrice de la Semsamar
  8. Septembre Affaire de la baie orientale en correctionnelle Un compte rendu d’audience incontournable.
  9. Octobre Le radeau des médusés  est un article Culte de ce blog. Une analyse lucide offerte par mon ami J.M.
  10. Novembre   M° Le Borgne,  au royaume des aveugles pour dessiller le citoyen

 

Conseil Territorial du 19 Déc. 2013

Il n’y a rien de positif à attendre des gugusses composant le groupe majoritaire qui siège dans cette enceinte guignolesque. La gouvernance politique de la Collectivité n’est pas médiocre, le mot serait beaucoup trop faible, elle est tout bêtement nulle et incompréhensible.

Il existe des pièces de théâtre parfaitement ridicules. Le spectacle d’une séance de Conseil territorial Saint Martinois corresponds à cette catégorie. Dans le bla-bla-bla désespérant d’interventions absconses, la majorité en place se distingue – sauf rares exceptions – par sa grande faiblesse intellectuelle. Chaque séance du conseil territorial est audible en direct sur la Radio St Martin 101,5 FM . Ceux qui pensent ou espèrent que le groupe RRR maîtrise la gestion et l’avenir de la nouvelle Collectivité se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! 

Le général Carabistouille
Le général Carabistouille

Il n’y a rien de positif à attendre de la plupart des gugusses du groupe  majoritaire guignolesque. La gouvernance politique de la Collectivité n’est pas médiocre, le mot serait trop faible, elle est tout bêtement nulle et incompréhensible. D’ailleurs qui gouverne la boutique ? Certainement pas la Présidente Aline Hanson. Cette honorable potiche qui a fait ses classes professionnelles en école maternelle, a un patron omnipotent au-dessus d’elle : Pascal Averne. L’autisme communicationnel de Général Carabistouille est une seconde nature. Il n’a de compte à rendre à personne, surtout pas aux citoyens ni aux journalistes indépendants. C’est la raison pour laquelle il m’a rayé des destinataires des communiqués aux médias et des convocations aux conférences de Presse !

Doté de quatre collaborateurs invisibles en charge de la Communication de la COM, cette équipe silencieuse est sur le point d’être rejointe en janvier par Nathalie Longato  abandonnant la rédaction du Week’s, recrutée sans appel de candidatures. Soyez certains que ni les citoyens ni les contribuables ne seront mieux servis qu’aujourd’hui pour être correctement informés de la gestion du bien public, chiffres précis à l’appui.

 La transparence promise dans le programme made in Burkano-Fasso par Pierre Marsin  ( alias Alex Richards), restera invisible aux citoyens. L’échec est déjà évident depuis Avril 2012 et la majorité de cette seconde mandature,privée de son leader démissionné par le Conseil d’Etat, ne croit  plus en son succès à en juger par les gueules d’enterrement de ses figurants, pour la plupart inaptes à développer une pensée claire, cohérente, judicieuse, audacieuse,synthétique, précise et chiffrée.

guillaume arnellEn cette période de Noel et de distribution de cadeaux, j’ai plaisir d’attribuer le Premier prix du Grand-Pipoteur-Bonimenteur au Vice- Président coordonnateur en chef des travaux de la rue de Hollande, j’ai nommé Guillaume Arnell le cossard en costard, incapable lui aussi de présenter ses comptes de Campagne conformément aux principes Républicains en vigueur. Cet opportuniste politique  risque hélas d’être notre prochain Sénateur … tout aussi  fanfaron et inutile que le Roi de Tintamarre lui-même ! 

Travaux rue de Hollande
Travaux rue de Hollande

groupe RRR

Afin de prouver que mon constat  est justifié, voici quelques extraits des hautes pensées présidentielles d’Aline Hanson, recueillies avant-hier par ma jeune consœur, l’excellente  Estelle Gasnet  du journal Le Pélican.

 Question. Vous êtes à la tête de la Collectivité depuis huit mois. Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous aujourd’hui ?

Réponse. Malgré le pessimisme de certains, il existe de nombreux espoirs pour Saint-Martin, il faut juste savoir dans quels domaines il faut se positionner, économiquement, culturellement et socialement parlant.

Aline HansonQ. Dans le domaine économique   quelle est votre position ?

 R. Il y a beaucoup de personnes âgées qui veulent rester chez elles mais qui ne le peuvent pas car elles ont besoin de services ; le secteur du service à la personne offre ainsi beaucoup d’opportunités. C’est pourquoi la Collectivité a soutenu la formation de personnes souhaitant travailler dans ce secteur Nous devons exploiter le portage à domicile de repas d’autant plus que le territoire est doté d’une cuisine centrale. Celle-ci pourrait confectionner les repas à porter.

Q.  Sur la liste RRR présentée en mars 2012, deux personnes ont eu des problèmes avec la justice et Alain Richardson a été rendu démissionnaire par le Conseil d’Etat. Votre majorité se sent-elle déstabilisée ?

Wendel Cocks

R.  Être élu demande beaucoup de responsabilités mais aussi des risques. Je crois qu’il devrait exister un vrai statut d’élu. Le parti du RRR a toujours été composé de personnes issues de tous les bords politiques, avec des visions et des idéologies politiques différentes. Je pense qu’au niveau local il est important de mettre toutes les compétences ensemble pour travailler au bénéfice du territoire, de la collectivité.

Q. Lors de sa venue en juin, Victorin Lurel avait proposé de modifier la loi organique pour la rendre plus avantageuse. Quelles réflexions avez-vous jusqu’à présent menées ?

R. Je dois dire que la modification de la loi organique n’est pas une urgence, mais nous y travaillons. Par ailleurs, nous sommes toujours en attente de la réponse du Conseil d’Etat quant à la dotation de compensation de charges.

Q. Si l’Etat  proposait de récupérer la compétence fiscalité, quelle serait votre réponse ?

R.  Il faut réfléchir si la population veut payer des impôts quatre fois plus élevés ! Soit on rend la compétence fiscalité et on paiera nos impôts à l’Etat français, soit on garde la compétence et on continuera de payer nos impôts à la Collectivité de Saint-Martin, c’est-à-dire des impôts quatre fois moins élevés. Peut-être vaut-il mieux garder la compétence et faire l’effort de payer nos impôts ici…Il y a toutefois un vrai problème de recouvrement de l’impôt. Un vrai travail doit être réalisé, notamment en matière de taxe de séjour, de TGCA, de taxe de location de voitures, etc.

Q.  Les chiffres de la croisière sont alarmistes pour cette saison. La construction d’un quai pour les paquebots est plus que nécessaire si on veut espérer sauver ce marché…

R. L’extension du port de Galisbay est indispensable, c’est pourquoi nous avons souhaité faire visiter cet équipement au premier président de la Cour des comptes lors de son récent déplacement à Saint-Martin et à lui présenter le projet d’extension. Concernant la croisière, il faut en effet réfléchir à un projet.

Q. A propos de fonds européens, 28 millions d’euros de fonds Feder et 15 de FSE ont été octroyés à Saint-Martin. Vous en aviez sollicité plus de 150. Pourquoi, selon vous, l’Europe considère-t-elle que le développement de Saint-Martin ne vaut-il pas plus ?

R. Cette répartition me désole car une très grosse quantité de travail a été fournie. Notregroupe RRR groupe a été élu avec l’intention dans un premier temps de redresser la situation budgétaire, ce que nous avons fait, et dans un second temps avec la volonté d’investir. Nous avons tous beaucoup travaillé pour au final, n’obtenir que 28 millions d’euros…

Q. En 2017, à la fin de votre mandat, quelle Collectivité aimeriez-vous laisser ?

R. Si je devais laisser la Collectivité en 2017, j’aimerais qu’à l’intérieur de la COM un grand nombre d’agents aient eu accès à une promotion, j’aimerais qu’il y ait une vraie évolution des compétences. Globalement en terme de compétences, il existe une déficience (sic).

JABI NOEL

 Ce n’est pas moi qui le dit : «  Globalement en terme de compétences, il existe une déficience. »  En effet il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas se rendre compte du fiasco de cette gestion collective tant administrative que politique,un panier de crabes ! La conséquence est prévisible : une contestation populaire jaillira des quartiers au cours de l’année à venir !

D’ici là,  fermez le banc et joyeux Noel .

Dérapage pour N.T.M.

L’enquête diligentée par le procureur de la République Noailles et le Major Tricoire chef des OPJ, se révèle être un total fiasco ! Bref, c’est un zéro pointé par le tribunal correctionnel. Les instructeurs-accusateurs, ont spectaculairement glissé sur leurs propres peaux de banane !

Dans l’affaire de l’attribution de l’AOT de la Baie Orientale, le président Egron-Reverseau du tribunal correctionnel de St Martin a prononcé le 28 Novembre 2013 une relaxe générale au bénéfice des trois prévenus  José Carti (service de l’Urbanisme)  Norbert Luftman  ( Sindextour ) et Guillaume Arnell  (vice Psdt de la Com et futur Sénateur ).

Norbert Luftman
Norbert Luftman

De leur côté, les parties civiles Philippe Just ( Kontiki ) et Elisa Cohen (Bikini)  gratuitement assistées par M° Stephen Montravers, sont déclarées « irrecevables en l’absence de préjudice certain, direct et personnel subit par les plaignants ». Vingt recours en vain, pour vingt défaites ! Cherchez l’erreur ?

Dérapage pour N.T.M. Trois donneurs de leçons :  Noailles, Tricoire et Montravers, dont nous avions  précédemment dénnoncé les faiblesses dans notre article sur le Procès du Procureur. Le tribunal pénal a constaté le défaut de preuves  sur les moyens réels et tangibles de la concertation frauduleuse d’obtention d’AOT. Cela signifie que l’enquête diligentée par le vice- procureur de la République Noailles et le chef des OPJ le Major Tricoire, se révèle être un total fiasco !  Bref, c’est un zéro pointé par le tribunal correctionnel. Les instructeurs-accusateurs  Noailles, Tricoire  et Montravers ont  glissé sur leurs propres peaux de banane ! Laisse pas traîner ton fils si tu veux pas qu’il glisse.

interview du Daily herald, du Week's et du Pélican
Guillaume Arnell- interview du Daily herald, du Week’s et du Pélican

 Le parquet et les parties civiles disposent de  dix jours pour faire appel.

José Carti
José Carti

Pour José Carti, » le mal est fait » et le traumatisme de l’accusation reste présent à son esprit. Guillaume Arnell et Norbert Luftman sont quand à eux satisfaits de cette issue positive et de la reconnaissance de leur honorabilité. Ce dernier bénéficie de la restitution des 10.000 €uros qu’il avait dû consigner en début de procédure.

Malgré les faiblesses évidentes de l’enquête d’instruction diligentée sous l’autorité du vice-procureur Noailles, il résulte de ce jugement que la confiance dans une bonne administration de la justice reste intacte et que la défense d’Arnell & Carti a coûté aux contribuables un montant de 40.000 € d’honoraires d’avocats ( hors Tgca).

miss  tic

Maître Le Borgne, au royaume des aveugles

Ceux que le droit et le théâtre des prétoires indisposent, n’ont aucun intérêt à lire plus avant ce qui suit.  Cette chronique judiciaire concerne l’audience pénale du 21  Novembre au tribunal du Marigot .

RJ Duret  & M° JY Le Borgne
RJ Duret & M° JY Le Borgne

Y plaidait un grand ténor du Barreau français – M° Jean Yves Le Borgne – pour défendre le Conseiller  Territorial , l’honoroble  René-Jean Duret,  ingénieur à la Semsamar. Un citoyen au-dessus de tous soupçons, sauf … sauf dans la tête d’un chevalier blanc nommé Major Tricoire. Il l’a considéré suspect à la lecture des articles de ma  consœur du Pélican, Estelle Gasnet . A force de  conneries dans ses enquêtes, ce Zorro en croisade s’est fait houspiller par la hiérarchie gendarmique. Tandis que sa concubine, une stagiaire géomètre que j’avais vu excitée dans le public à l’audience de l’affaire de la Baie Orientale en correctionnelle   (même que le Président l’avait menacé de l’expulser de la salle) , est en conflit avec l’Ordre des Géomètres. licenciée pour divulgations de documents à la police, bonjour les dégâts !

Tribunal de St Martin

Récemment le bâtonnier Jean-Yves Le Borgne plaidait pour Eric  Woerth l’ancien ministre du Budget. Le jour où il défendra Patrick Balkany, je ferai le déplacement !

En attendant, je me régale à l’écouter plaider, lorsqu’il passe sur notre Friendly Island. Ce fut le cas au grand procès politique de l’année LE PROCES DU PROCUREUR dont le jugement sera rendu dans six jours, le 28 Novembre.  Je m’interrogeais sur le prix payé par nous,contribuables, pour défendre Arnell et Carti. On m’avait dit une somme raisonnable. Je subodore que M° Le Borgne et M° Herzog ont chacun perçu 20.000 roros. Rien à redire.

Croquis d'audience - François Paris
Croquis d’audience – François Paris

Ce grand  ténor du barreau, est un bâtonnier qui facture ses honoraires locaux avec  4% de Tgca , contrairement à son piètre confrère Montravers.

Avant que de plaider, il souleva un truc énorme. Une question prioritaire de Constitutionnalité soumise directement à la Cour de Cassation . Que ceux qui connaissent la Q.P.C.  lèvent le doigt !

Le procureur Flavien Noailles et le Tribunal présidé par  Gérard  Egron-Reverseau ont  acquiescé  d’un seul bloc. «  Il ne faut pas que la justice soit juste, il faut qu’elle en l’air » précisa M° Le Borgne qui a obtenu satisfaction, pour éclaircir l’aveuglement sur la notion  de potentialité de la faute contre  un élu ou un fonctionnaire. Le virtuel conflit d’intérêt, potentiel, et apparent certes, mais nullement réel des articles L 432- 12 & 17 du Code pénal sont critiqués, en vue d’une nouvelle déontologie de la vie publique.

La décision du Tribunal (qui n’a donc pas entendu l’affaire sur le fond) sera prononcée le 20 Mars 2014 prochain en motivant cette Question Prioritaire de Constitutionnalité. La chambre criminelle rejette 90% des QPC qui lui sont transmises. Elle préfère conserver entre ses mains le glaive de la Justice plutôt que de transmettre le soin de trancher à une instance supérieure !

Dans le cadre du projet de loi organique sur la transparence de la vie publique, les sénateurs ont essayé de mieux préciser le délit de prise illégale d’intérêt tel que (très mal) défini par l’article 432-12 du Code Pénal. Ils ont adopté un amendement (n°50 du 25 juillet 2013) à l’article 19 bis du projet de loi, pour remplacer cette mention fourre-tout et léonine du 1er alinéa article 342-12 du Code Pénal, « un intérêt quelconque », par  »un intérêt personnel distinct de l’intérêt général » .

L’application stricto-sensu à St-Martin de l’article 432-12 pour « un intérêt quelconque » serait dévastateur pour un très grand nombre d’élus et de fonctionnaires territoriaux sur notre territoire. Nombre d’entre eux seraient des délinquants qui s’ignorent pour « potentialité de prise illégale d’intérêt », comme l’ont hélas prouvé certaines enquêtes et gardes à vue abusives diligentées par des officiers de Police Judiciaire, sous  couvert du Vice-Procureur Noailles.

Maître Montravers calomniateur

Audience correctionnelle du 14 Novembre au Tribunal de Saint Martin.M° Montravers a été cité à comparaître, sur le fondement de l’art. 226-10 du Code pénal, par Norbert Luftman qui s’estime victime d’une dénonciation calomnieuse. Jugement le 12 Décembre.


Jab signatureChez WBM avocats,  Wizmane, Bouganim, Montravers « La détermination de la stratégie et la mise en œuvre des préconisations, conseils ou procédures constituent la valeur ajoutée, en vue d’apporter les instruments juridiques nécessaires à la préservation des intérêts économiques. Notre approche privilégie la mise en œuvre des instruments juridiques au profit de la réussite économique. »

 M°  Montravers  a rejoint ce cabinet  il y a quatre ans, après l’échec de Montravers & Partners fondé avec Sophie Scemla,   au 66 av des Champs Elysées (2004 – 2009). C’est Roméo Fleming qui me l’avait présenté alors qu’il présidait l’Office du Tourisme, en 2002 si ma mémoire est bonne.

Avant que n’éclate  l’affaire des AOT de la Baie Orientale, nous avions repris contact  en  Aout 2012 pour un dossier sensible sur la déontologie de l’avocat Aude Richards. Dans la foulée, M° Montravers attira mon attention vers la Baie Orientale, où il défendait depuis le mois de Février les droits des restaurants de plage de Philippe Just ( le Kontiki)  et Elisa Cohen ( le Bikini), deux des gérants  des « Five Stars du St Tropez des Caraïbes » concept du promoteur Norbert Luftman, persona grata du Tourisme  sur la French Riviera. Cette tentative de scission des « vassaux contre leur suzerain » (sic)  allait nous entraîner dans une ténébreuse affaire politico-judiciaire aux ingrédients multiples, avec une vingtaine de recours judiciaires tous perdus en cette fin d’année 2013.

le radeau du naufragé du Kon Tiki
le radeau du naufragé du Kon Tiki

 Malgré un  travail personnel opiniâtre, engagé avec grande abnégation financière, M°  Montravers est resté digne et loyal avec ses clients. Sans argent pour contribuer aux honoraires des procédures diligentées  tous azimuts, l’expulsion préfectorale  est finalement tombée en septembre dernier. Les gérants  ont perdu leur gagne-pain. Adieu aux espoirs d’honoraires sur les gains du résultat positif escompté. Le « profit de la réussite économique  » énoncé dans la philosophie de WBM Avocats n’est plus de mise.

Impressionnante chute judiciaire, malgré le concours actif de l’enquête à charge du Major Antoine Tricoire. Cet Officier de Police Judiciaire (dont M° Montravers assure par ailleurs le divorce à Privas) est  un  Zorro gendarmique qui  vient de quitter l’île après passage  « under control »  disciplinaire hiérarchique.

  MON TRAVERS SUR LA SELLETTE

CALOMNIEAudience correctionnelle du 14 Novembre au Tribunal de Saint Martin. M°  Montravers est cité à comparaître par Norbert Luftman qui s’estime victime d’une dénonciation calomnieuse  et diffamatoire. Citation directe sur le fondement  de l’art. 226-10 du Code pénal qui énonce :

 » La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. 

La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d’acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n’a pas été commis ou que celui-ci n’est pas imputable à la personne dénoncée.  En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci. »

M° Stephen Montravers

En effet, M° Montravers avait envoyé deux lettres recommandées au Préfet Philippe Chopin . Pièces qu’il m’avait aimablement communiqué parmi celles de ses conclusions initiales devant le Tribunal administratif de Basse Terre au début du marathon judiciaire. Voici les termes diffamatoires litigieux :

 Paris, le 2 Mai 2012–  Pièce 22  » … Il m’a été rapporté de manière insistante que Monsieur Gumbs, précédent Président de la COM aurait octroyé peu de temps avant son départ une nouvelle AOT à la Sarl Sindextour représentée par Monsieur Luftman, AOT portant sur la parcelle AW 33 et ce, sans avoir jamais répondu à la demande présentée par mes clients dans mon courrier remis à la COM le 23 février.

Certains soutiennent même que cette faveur serait la contrepartie du soutien financier apporté par la famille Luftman et Sindextour (apparemment en espèces), à la récente campagne pour les élections territoriales. J’imagine que vous serez particulièrement vigilant afin de faire vérifier immédiatement cet état de fait… »

 Paris, le 8 Juin 2012 – « …  En dernier état des choses, le Président Alain Richardson que j’ai pu rencontrer le premier juin en ses bureaux à la COM m’a indiqué qu’à sa connaissance aucune AOT n’avait encore été délivrée au renouvelée sur cette parcelle.

Je l’ai appelé pour ma part à faire part de la plus grande prudence, le propriétaire de Sindextour ( précédent titulaire de l’AOT expiré en 2007) racontant à tout va que la nouvelle COM ne pouvait rien lui refuser, tant il avait massivement contribué financièrement à la campagne électorale du Président Richardson. »

Interloqué par cette active propagation d’une rumeur habilement assortie du conditionnel , je lui  demande par Mail du 21 Août :  « Quels sont les éléments probatoires sur lesquels tu fondes ces affirmations ? »  Je vous copie-colle   sa réponse .

Plaque du Boulevard Arago à Paris - Street Plaque in Paris…  » Sur les propos de Norbert en public tels que rapportés par d’autres personnes. Je n’ai pas assisté à ces propos si c’est ce que tu me demandes. Ils m’ont été rapportés par d’autres, comme l’histoire des comptes Off Shore des permanents de l’urbanisme, et Alex le collecteur des dons de campagne .

De toi à moi je m’en fout totalement qu’il fasse élire Pierre, Paul ou Jacques ! Si seulement çà pouvait amener des gens de droits et professionnels à la prise de décision se serait déjà çà ! Qu’en revanche il associe son « pouvoir d’influencer les décisions » aux montants qu’il aurait donné ( il suffit de lui demander combien pour voir si çà colle avec les comptes publiés) çà je ne peux le garder sous silence…

Dans les faits, et vu modestement de l’extérieur, il m’a semblé que la campagne du RRR était plus omni présente que celle des autres … Sans doute par un vrai élan démocratique et partisan, mais sans aucun « financements parallèles », ni côté français, ni côté hollandais ? « 

Cette rumeur,  m’est vite arrivée aux oreilles  par une amie, qui le savait de la bouche de Philippe Just, sur place au Kontiki . J’ai commencé à enquêter le 20 Aout sur cette Affaire louche à la Baie Orientale . Puis j’ai rencontré Norbert Luftman à son Hôtel de la Plantation qui déclare « la calomnie infondée » . Puis le Vice Président Guillaume Arnell en son bureau au service de l’Urbanisme,  nous dit « Je n’ai rien à cacher » 

Analysant sous l’angle critique La Crédibilité chancelante d’Alain Richardson,   cette  position non complaisante m’a procuré une série de commentaires élogieux . J’indiquais notamment après en avoir parlé avec lui au téléphone : » Ce qui déplaît au leader du groupe RRR c’est la rumeur persistante d’un éventuel dessous de table financier provenant de Norbert Luftman à l’occasion de la campagne électorale. »

effet-boomerang
L’effet Boomerang

Le retour de Boomerang ne s’est pas fait attendre. Le contrat d’honoraires d’assistance judiciaire de  Montravers pour  l’Office du Tourisme a été résilié par le Président Alain Richardson.  Ils s’élevaient à 60.000 €uros / an.

 Mentir pour nuire est calomnie, c’est la pire espèce de mensonge.

M° Jan Marc Ferly
M° Jan Marc Ferly

J’ai relevé un gros mensonge dans les conclusions que M° Montravers a transmis pour sa défense à son confrère Jan-Marc Ferly  du barreau de Guadeloupe, qui le défendait à l’audience, face au cabinet Payen-Pradines pour Norbert Luftman. Le mensonge écrit dans les conclusions est celui-ci  « Les commentaires du Blog de Jabiru démontrent que les internautes déclarent que Norbert Luftman a financé les campagnes du RRR » 

 36 commentaires postés sous  quatre  articles en 2012; puis 32 autres commentaires sous mes compléments d’enquête de 2013. Pas un seul internaute  ne parle de cette rumeur sur le financement. ! Cet homme de robe  me prend pour un Jabruti  !

Bref, j’affirme ici que cet avocat est un fieffé menteur !  Mentir pour nuire est calomnie, c’est la pire espèce de mensonge. Je démontre  la vacuité des propos d’un avocat  troublé par les affres du délire paranoïaque. Il nous a balancé une rumeur de face et de travers sur  le boulevard Arago du confetti.  L’incontournable Jabruti du confetti, un condor qui se prend pour un oiseau de grande envergure, use  de sa fonction citoyenne et de la liberté de pensée, pour mettre trois fois les points sur les i : informateur   indépendant   incorruptible

Je blogue depuis Février 2006, lorsque le gendarme Clin est mort suite à une faute professionnelle dans la ligne droite de Bellevue.  Personne n’a jamais osé m’attaquer pour diffamation publique. Une seule fois je me suis fait casser la gueule part un ancien flic et boxeur devenu proxénète, pour avoir publier ça. Lors de son départ de l’île, J.M. Pollyn Capitaine aux Renseignements Généraux m’a dit  après avoir rédigé ma fiche (catégorie Médias) « Jab c’est toi le plus intelligent sur cette île ». C’est flatteur, mais nullement certain.

Les dégâts collatéraux

Norbert Luftman
Norbert Luftman à Port Grimaud

 Dans sa jeunesse estudiantine à  la Sorbonne, Norbert Luftman militait à l’Unef, le syndicat des étudiants de gauche. Nous avons notamment cela en commun.  Aujourd’hui il est  « de droite ». Sur l’échiquier politique local, sa préférence c’est Daniel Gibbs (député UMP) lequel a largement  bénéficié de l’aide financière intéressée des canadiens du groupe Jutras.  Ses relations avec  le maire Albert  Fleming sont  restées mutuellement courtoises et respectueuses. Luftman a 78 ans.  Récent miraculé du pavillon des cancéreux du Professeur Bismuth,  meurtri par la tournure des événements,  il a définitivement renoncé   à investir  comme il l’avait envisagé à la Baie Nettlé.

Par contre son nouveau Kontiki vous étonnera très bientôt !

Jugement  mis en délibéré au 12 Décembre 2013.

Le Radeau des médusés

Pourquoi ces îles continuent-elles malgré tout à fonctionner sur le mode des mythes, que ce soit celui du Bon Sauvage, ou mieux encore celui de la nouvelle Cythère nourrissant l’illusion de l’existence d’un Paradis Terrestre à jamais perdu ?

T R I B U N E    C I T O Y E N N E

par Jacques Marchand

A l’instar d’autres terres tropicales plus éloignées, ces ultimes vestiges insulaires de l’empire colonial français, avec leurs pièces rapportées occidentales à la recherche d’avantages financiers ou malades d’un Ailleurs chimérique, et leurs originaires tout autant aliénés de leurs cultures démolies et égarées, ces îles quoique toutes singulières, présenteraient-elles quelques invariants caractéristiques à ces sociétés si longtemps orphelines de leur propre histoire ?

happy-bay.jpg

De prime abord il faut bien admettre que ces confettis ensoleillés balayés par des alizés complices donnent sans doute toute leur mesure de carte postale. L’illusion d’une sorte de paix enfin retrouvée demeure quasi parfaite, surtout lors d’un séjour trop bref pour être édifiant. D’ailleurs quoi de plus normal aussi que de cultiver l’icône de l’hospitalité à l’accueil des nouveaux arrivants…comme celle de la nostalgie – les chansons et gestes affectueux en témoignent – lors du départ.
Mais pour celui qui s’établit, la question évolue tout autrement. Au bout de quelque temps une réalité moins idyllique se dessine et les tempêtes qui guettent sans cesse ces rivages incertains s’activent progressivement dans les crânes. Certains propos, à défaut d’une superficielle courtoisie ou d’une aimable indolence, renvoient à une discrète image d’agacement, généralement contenue et fort bien maîtrisée.

L’observateur attentif peut alors découvrir le fonctionnement complexe d’une curieuse société bouleversée par des déplacements incessants de populations venues d’ailleurs où les derniers venus se heurtent à l’existence de hiérarchies quasi féodales. Celles-ci paraissent immuables en particulier du fait de subtiles alliances totalement hermétiques aux non initiés et seul subsiste un curieux clivage.

D’un côté des émigrants qui ont cru fuir un système ou un univers auxquels ils ne manquent pourtant jamais de faire référence puisque pour eux, inconsciemment ou non, seules comptent finalement leurs propres valeurs.
De l’autre, des autochtones affichant souvent un dérisoire repli identitaire – que les marchands de rêve exotique tentent de récupérer sans vergogne -, se sentent majoritairement déracinés sur place. Ils n’en font d’ailleurs plus aucun mystère, et leurs représentants politiques n’hésitent pas davantage à entonner selon les circonstances quelques discours nationalistes parfois teintés d’ostracisme, souvent empreints d’amertume.

 griffith.jpg

MYTHES DANS L’INCONSCIENT COLLECTIF 

Alors pourquoi ces îles continuent-elles malgré tout à fonctionner sur le mode des mythes, que ce soit celui du Bon Sauvage, ou mieux encore celui de la nouvelle Cythère nourrissant l’illusion de l’existence d’un Paradis Terrestre à jamais perdu ?
Car c’est bien à cet imaginaire que nous ramène une sorte d’inconscient collectif lorsque fatigué d’un ici devenu trop pénible à vivre l’Occidental souhaite un Ailleurs, où la fuite est structurée par l’objet même de ses refus. N’est-ce pas en terme d’évasion que s’expriment ces voyageurs immobiles lorsque leurs réponses oscillent surtout parmi diverses formes de rupture que ce soit d’avec un amour déçu, un travail peu gratifiant, une famille trop envahissante, un climat maussade, une culture jugée routinière, voire une sorte de spleen en somme où tout cela se mélange …

Et une fois accostées ces lambeaux de terre prisonniers entre ciel et mer, l’européen aborde tout à coup un autre monde que celui escompté ! Il lui faudra alors faire comme si, condamné qu’il est de perpétuer le mythe…ou de passer pour un niais doublé d’une girouette, ne serait-ce que pour prouver à sa parentèle restée au pays qu’il a fait le meilleur choix. Après s’être installé, le tour de l’île – en fait sa nouvelle geôle -, est vite accompli. Le lent travail de déstructuration psychologique, comme chez la plupart des immigrants dans tous les pays du monde, peut progressivement accomplir son œuvre. Mais là, comme supplément au splendide isolement insulaire, s’ajoute un climat tropical émollient à souhait où les repères temporels s’estompent peu à peu.

Reste enfin la fréquentation des « indigènes » habitants des îles qui constitue une autre dimension dans la pratique quotidienne de ces microcosmes. Généralement l’exercice semble d’abord facile. Mais très vite les difficultés d’un échange enrichissant pour tous apparaissent. L’idée s’installe que les originaires certes intéressants restent in fine étranges, parfois irritants, trop souvent incompréhensibles tant leurs structures locales paraissent devoir les préserver contre trop d’ingérences extérieures ou de questions mal perçues.
Et puis dans ces petits pays, comme ailleurs, les habitudes s’installent. « Tout le monde se croise, s’oublie, s’ignore et complote pour passer le temps ». Chacun se prend pour un voyageur innocent qui ne se reconnaît plus guère dans ses congénères, ce milieu où les amis sont si inconstants et où se développent de réelles solitudes et de profonds égoïsmes. Les mémoires jaunissent petit à petit comme d’anciennes cartes postales et le passé se dissipe au rythme des nouveaux arrivages qui alimentent toutes les amnésies.

Au premier degré l’oubli s’installe, favorisant une perte progressive d’identité. Puis, grâce aux acquis dissipés, l’impression d’être des créateurs en puissance finit par s’installer. Mais l’énergie pour le devenir fait la plupart du temps défaut !

Et il arrive alors que l’on se surprenne subitement en présence d’un inconnu qui est soi-même …lequel vient de découvrir soudain que ces paradis sont proprement « infernaux » habités qu’ils sont de saints tourmentés ou de potiches béates.

Ainsi vont ces sociétés îliennes des tropiques, devenues si curieusement cosmopolites et qui se révèlent comme malade d’une sorte d’errance circulaire pour laquelle certains pensent avoir trouvé un remède miracle en y greffant une artificielle bouture statutaire qui demain, en ferait une harmonieuse et nouvelle communauté de vie …

gare-maritime1.jpg

 Mais au fait, ces îles existent-elles vraiment ?

Ne sont-elles pas autant de « radeaux des médusés » qui hésitent encore et toujours entre leur médiocre arrimage à une Métropole lointaine et leur lente dérive autocratique dans un océan de business dépourvu d’horizon ?

Contribution de Jacques Marchand initialement mise en ligne le 15 janvier 2007 

 Relisant cette analyse pessimiste six années plus tard, l’intelligence de ce texte confirme  parfaitement le devenir du confetti insulaire saint-martinois

 

 

Droit de réponse de MP Bélénus Romana

Bélénus Romana me demande de brancher la colonne. Pas sur l’album de la Comtesse, mais sur le Blog de Jab. Je vous laisse lire son droit de réponse, que je commenterai ensuite .

SEMSAMARMarie-Paule Bélénus Romana, a succédé à Jean-Paul Fischer à la direction de la Société d’économie mixte Saint-Martinoise SEMSAMAR. Son Management et son envie de communiquer n’est pas celui  de l’Ours solitaire, secret et puissant autocrate, le célèbre Kirlipoche.

Ce management a été contesté en interne par Michèle Laurent directrice financière.  Le conflit est pendant au Conseil des Prud’hommes, cette cadre étant licenciée pour faute grave.   Nous avons avons utilisé  sa lettre de protestation, pour titrer        La Semsamar est dans le rouge.

Bélénus Romana me demande de brancher la colonne. Pas sur l’album de la Comtesse, mais sur le Blog de Jab. Je vous laisse lire son droit de réponse, que je commenterai ensuite .

“ … la SEMSAMAR ne saurait laisser sans réponse des affirmations ou commentaires selon lesquels elle connaîtrait des difficultés, qu’elle serait “dans le rouge”, du fait, de plus, d’une organisation et d’une gestion financières inadaptées. Tout commerçant, et même tout particulier, sait qu’un crédit ou un découvert autorisé n’est pas assimilable à une position “en rouge”.La réponse la plus incontestable est fournie par les chiffres suivants :

– un chiffre d’affaires moyen de 105 millions d’euros de 2009 à 2012

– pour l’exercice 2012, un chiffre d’affaires de 116 millions d’euros et un résultat positif de 9,5 millions d’euros.Des dépenses d’investissements injectées dans l’économie locale de 273 millions en 2012, et un cumul de 2009 à 2012 de près de 900 millions d’euros.

Cela dans un contexte économique difficile ayant des conséquences sur les marges de manœuvre financières de l’Etat et des collectivités locales. Précisons en effet qu’au 31 décembre 2012 :  Les sommes dues par l’Etat à la SEMSAMAR au titre d’opérations dans les différents territoires s’élèvent à 35 millions d’euros environ. Les sommes dues par les collectivités territoriales à la SEMSAMAR s’élèvent à environ 41 millions d’euros.

La SEMSAMAR a donc mis en place une ingénierie financière pour financer les opérations d’aménagement et de développement économique des collectivités locales, et préserver ce faisant l’emploi et la pérennité des entreprises locales. La SEMSAMAR assure actuellement un logement à près de 12.000 familles à Saint-­‐Martin, en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique. Elle conduit actuellement près de 400 opérations d’aménagement et autres dans ces territoires. Il est incontestable et non contesté que les délais de paiement des entreprises ont été considérablement améliorés, ces dernières années.

Il est également incontestable que, du fait de la crise et des retards des paiements en provenance de l’Etat, certaines collectivités locales se trouvent momentanément dans l’impossibilité de payer les entreprises ou la SEMSAMAR dans les délais convenus. Il est devenu de bon ton, ces derniers mois, de dénigrer la SEMSAMAR et l’ex-salariée a voulu en profiter.

La question principale que doivent se poser les lecteurs et auteurs de telles diffusions est la suivante : “Que se passerait-il si la SEMSAMAR, pour répondre aux critiques et pour faire preuve de la plus grande rigueur, avait immédiatement et systématiquement recours à la procédure de mandatement d’office à l’encontre des collectivités locales ou cesserait de payer les entreprises au motif que la collectivité locale mandante ne lui aurait pas remboursé une avance ou ne lui aurait pas adressé les sommes nécessaires à ces paiements ?”.

La SEMSAMAR, en tant qu’acteur économique et financier responsable, dans la COM de Saint-­Martin et dans les DOM de Guadeloupe, Martinique et Guyane, n’est certes pas une banque mais estime que toute rigueur excessive conduirait à des conséquences systémiques dans l’ensemble de ces territoires. Cela peut-il lui être réellement reproché ? « 

Belenus Romana

Avec des notions assez simples en analyse financière chacun peut comprendre que la SEMSAMAR a dû utiliser/dégonfler sa trésorerie positive excédentaire pour pallier les défaillances de paiement des « mandants » (Etat et Collectivités locales), ce n’est pas grave en soi, tant qu’elle maintient un résultat d’exploitation positif. Elle a une trésorerie « zéro »,  cela peut handicaper ses capacités de développement et  impacter sa politique de distribution de dividendes qui pompe la trésorerie.

Les banques doivent se régaler ! Ce serait intéressant de savoir comment elles financent sur court ou long terme sans risques, puisque les créances de la SEM sur ses « mandants » (solvables) doivent être nanties, mais, les charges d’intérêts dans le compte d’exploitation doivent s’être accrues considérablement et c’est là le risque pour le résultat. Si celui-ci devenait négatif, ce serait « fatal » !

Cette  riche dame me semble toutefois être une très bonne gestionnaire … mais elle reste surpayée dans un contexte de « tension de trésorerie » . Son droit de réponse  a l’avantage d’être court et bien ciblé. Nous ne contestons pas le niveau d’activités de la SEMSAMAR et sa fonction de développement socio économique dans ses territoires d’intervention.

Le relais de trésorerie qu’elle doit supporter liées aux difficultés de recouvrement de ses créances auprès de ses mandants (Etat et collectivités locales),  s’il est toujours soutenable, risque d’affaiblir  à terme l’équilibre d’exploitation de la société et ses capacités opérationnelles.

 Restant dubitatif, je m’interroge sur  la ligne rouge franchie par la détérioration de la situation de trésorerie. Celle-ci pourrait masquer des pertes importantes sur des opérations de placements hasardeux, sur le maintien d’une rémunération disproportionnée pour la Directrice Générale ( héritée de Kirlipoche) dans une situation financière dégradée, nécessitant des mesures de correction par l’ajustement des coûts d’opération de la société.

Le procès du procureur

Contraint de reculer à l’audience par la relaxe de sa cible politique, le donneur de leçon vient d’en recevoir une, pour avoir entraîné le tribunal dans une voie de garage judiciaire, un cul de sac, une impasse.

Vice Procureur Flavien Noailles
Vice Procureur Flavien Noailles

Flavien Noailles victime de ses égarements, vient de prendre une fessée cul-nu devant tout le monde côté Baie Orientale. La honte judiciaire. Il ne s’attendait pas à la visite des ténors du barreau français, l’excellence du droit pénal des affaires. Ils l’ont magistralement déculotté. Contraint  de reculer à l’audience par la relaxe de sa cible politique,  le donneur de leçon vient d’en recevoir une de première grandeur, pour avoir entraîné le tribunal dans une voie de garage judiciaire, un cul de sac, une impasse.

paypal sécuriseJournaliste informant l’opinion publique par le compte-rendu de l’audience des 19 et 20  juin (7 pages + vidéo) place au point de vue du citoyen blogueur. Lecteur(ice) satisfait(e) grand merci à toi de voter  Paypal sécurisé. Ta monnaie plastique dans ma tirelire, en échange de ton plaisir à me lire.

J’ai grand plaisir à vous offrir ci-dessus, la bande sonore de la fin de la plaidoirie du bâtonnier Le Borgne, l’avocat de Guillaume Arnell.

 Donneur de leçon,Flavien Noailles n’a pas su rester à sa place. Usage abusif de son pouvoir, poursuite sur rumeur de corruption dans un service de la COM, la tache d’huile s’étend  pour tout et n’importe quoi. Les avocats locaux  sont-ils capables d’élever le débat au niveau du principe  constitutionnel de la légalité des poursuites ?  Contre cette entorse judiciaire aux débordements mal fondés, M° Patrick Boquet – avocat de la Com – a parfaitement orchestré la préparation de la défense de l’exécutif politique saint-martinois. Un élu du peuple  qui ne sait pas  de quoi on l’accuse, avec  honte sur sa famille, je peux témoigner de visu que « ça casse les pieds » au sens premier et physique du terme tant pour Arnell comme pour le vieux  Luftman, dont tout le monde parle mais que personne ne connait.

Dans le trou de la serrure de l’enquête , malgré de nombreux passages humiliants en cellule de garde à vue, Flavien Noailles n’a strictement rien vu. Hypothèse d’escroquerie frauduleuse?  Aucune preuve concrète n’a été apportée; Ce n’est pas au tribunal de s’excuser des entorses commises par le ministère public. Dans son délibéré il devra se prononcer sur cette poursuite déposée sans preuves.

Méconnaissant le droit des AOT, cette transmission en justice a foiré sur toute la ligne. Le procès verbal de synthèse des OPJ (3 feuillets) a recueilli  un zéro pointé par d’excellents professeurs. Deux grands hommes de robes, belle paire de pierres fines. J’admire ces grands ténors, j’en perds le ton dit la Comtesse.

Pour son jugement du 28 Novembre prochain, le Tribunal  correctionnel de première instance est   invité à stigmatiser un piètre donneur de leçon. Un juge d’instruction n’aurait pas renvoyé une telle enquête d’OPJ sans preuves tangibles.

Baie Orientale

 Pour combien les contribuables ont-ils payé les avocats du gouvernement  local ?

C’est dans notre Loi organique, la Collectivité assiste ses élus en justice.( LO 6325-8). Idem dans le statut des fonctionnaires  territoriaux. Alors combien ont-ils été payés ? A la fin de l’interview avec les deux ténors du barreau, je soulève la question gênante du rôle des contribuables ! M° Herzog fait signe de la main de couper l’enregistrement.  Puis le bâtonnier Le Borgne déclare en direct :  « C’est un égarement, ça peut arriver, faudrait pas que ça se reproduise. »   Avertissement prémonitoire d’une autre glissade sur un prochain faux-pas ? L’avenir nous le diras bientôt, un autre élu va être mis sur la sellette.

 Hors micro M° Herzog dit en souriant « bien joué votre question« . M° Le Borgne dit astucieusement  : « 180 000 € «   (référence au loyer annuel de l’AOT). Air France classe affaire, nuits d’hôtel au Radisson  avec  beauté de site sous  nuit de pleine Lune,rayonnante sur la mer des Caraïbes.

Localement, un déplacement d’avocat en urgence pour assistance en garde à vue c’est 3 500 € pour éviter de passer la nuit au trou. Il est judicieux d’avoir recouru à la liberté de parole des meilleurs spécialistes du droit pénal des affaires, nos avocats locaux ayant des rapports quotidiens avec représentant du ministère public. 

Le jeu en valait la chandelle. Par transitivité, les contribuables ont supporté les honoraires, fruit de l’aide précieuse  apportée à un confetti insulaire où  seulement 20% des contribuables (3500) sont imposables, où le Sénateur UMP a lui-même supprimé l’impôt sur sa fortune.

Le Borgne Herzog

 

Ti’Moun Zantilles

https://youtu.be/l1kQRVqOaEY

 

 

En  République bananière, on fini toujours par glisser   sur une peau de banane.

Il est préférable d’avoir mal au pied,que chuter du piédestal sur lequel notre statut 74 d’autonomie,  l’a fait monter.Guillaume Arnell  que le Conseil d’Etat a momentanément rendu inéligible pour défaut de compte de campagne électoral à la députation, se rêve bientôt Sénateur. Inapte à gérer son compte personnel, peut-on lui faire confiance dans la chose publique ? Sur son fief de la Belle Plaine du Quartier d’Orléans au pied du Pic Paradis, la maison des Jeunes et de la Culture  du village   ne fonctionne plus depuis au moins quatre ans !

Belle plaine de Quartier d'Orléans- fête au village
Belle plaine de Quartier d’Orléans- fête au village

C’est irresponsable d’avoir refusé le tuilage d’une rencontre avec Pierre Aliotti, l’élu qui le précédait dans le pôle dont il a hérité.  Irresponsable de ne pas décacheter  les lettres de l’avocat, en pile de travers sur la table du bureau où il m’a reçu. Après avoir rencontré Norbert Luftman, depuis le 22 Aout, j’ai mis en ligne les contestations du Bikini et du Kontiki. Nous en avons  librement parlé le 26 Aout,  il n’a rien a caché.

  » Verba volant scripta manent.  » Il n’a pas dit la vérité sur la sellette, affirmant au tribunal n’avoir su qu’en Septembre l’existence de la demande des deux restaurateurs. Faute de gouvernance ! C’est un fait indéniable qui concerne au premier chef Alain Richardson. Ils n’ont pas été loyal avec ces deux administrés, tandis que leur programme politique annonce la transparence, comme l’a bien fort justement rappelé M° Montravers, avocat des parties civiles. » Les paroles passent, les écrits restent »

josé cartiJosé Carti  à la tête du service urbanisme depuis 1988 est le plus rusé des renards rusés du Marigot. Rudement déstabilisé. Je m’attendais à ce que le procureur nous démontre comment l’entreprise familiale peut être propriétaire de nombreuses dizaines d’appartements locatifs, avec un traitement de chef de service ? Autodidacte intelligent, il ne reviendra plus dans ce service. L’instruction des dossiers  de permis de construire pour  gros projets, est complexe. C’est sa spécialité et son expérience administrative incontestée. Est-ce que ça avance administrativement plus vite avec un remerciement anticipé par la courtoisie d’une commission? L’aiguilleur  peut faire traîner la demande selon son bon plaisir.  Enveloppes ou comptes Off Shore ? Impossible à prouver.  L’argent est un flux dans les affaires. Les bénéfices  matériels de pouvoir dire oui  et pouvoir dire non, dans un poste clef,  sésame ouvre toi d’un confetti insulaire tropical  dans la backyard de l’oncle Sam.

Le Boom touristique  de la défiscalisation transforme les tropiques dépouillés de leur peau, en les maquillant de bronzage. Sur notre Friendly Island c’est toujours l’été, même en hiver.

Tableau Ursula d'Orléans
Tableau Ursula d’Orléans

Je ne peux en dire plus, n’ayant jamais parlé longtemps avec le plus rusé des renards rusés, qui sait comment se nourrir dans le Babylon System, au dessus du panier de crabes pataugeant dans l’administration communale.

Albert Fleming a toujours protégé ce jeune compère renard aux dents longues. Il a servi le Roi de Tintamarre ci-devant premier sénateur français  en  part d’héritage  foncier familial sur sa circonscription confetti.

En fin d’audience, à sa demande nous  convenons de se revoir rapidement. Ni médire, ni maudire. Comprendre ! dixit Spinoza.

Affaire de la Baie Orientale en correctionnelle.

« Cette poursuite est une honte judiciaire, je tiens à dire à l’opinion publique qu’aucun délit ne peut être établi. Les collectivités publiques ont en matière d’AOT une libre appréciation pour agir en terme d’opportunité  » déclare le bâtonnier M° Jean Yves Le Borgne.

Chronique judiciaireDepuis les cloches de Pâques,  lorsque le Président du Tribunal de Saint Martin a fixé  cette audience pénale des 19 et 20 Septembre,  le feuilleton judiciaire de la Baie Orientale s’est accéléré. Le Conseil d’Etat a rejeté le 3 Juillet 2013 la demande de suspension de l’expulsion. Le 3  Septembre, suite à onze décisions de référés administratif  civil et commercial  toutes perdues par leur avocat, Elisa Cohen et Philippe Just sans droits ni titre, ont été expulsés des restaurants de plage dont Sindextour  leur avait confié la location-gérance, comme pour le Waikiki et Kakao. Avec le concours de la gendarmerie, le préfet a fermé les restaurants Bikini et Kontiki .

Dans un procès, les juges du Tribunal correctionnel seaot prononcent sur les  poursuites engagées par le Ministère Public, confié ici  au vice procureur  Flavien Noailles . Ses méthodes d’instructions avaient été critiquées par un avocat de la Réunion, avant qu’il ne vienne s’inscrire dans les pas de son prédécesseur Jacques Louvier. Il a été mis hors de cause en Juin, en Appel à Paris . Une condamnation pour abus de pouvoir aurait sans doute fait tache dans la carrière du magistrat. Tel n’est pas le cas.

Questions aux trois prévenus

 Interrogeant le titulaire de l’AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire), Gérard  Egron-Reverseau  qui préside cette audience pénale devant une salle comble et attentive, demande à M. Luftman ce qui a déclenché les hostilités ?

«  Un locataire voulait vendre le fond, l’acquéreur est venu me voir. J’ai dit que ce n’était pas possible. Je n’ai jamais laissé un gérant céder un droit quelconque, puisqu’il n’a pas de droit sur le fond de commerce. Je suis responsable vis à vis de la COM et depuis 25 années à la Baie Orientale, j’ai le devoir de veiller à ce que rien ne dérape. Pour une meilleure qualité de notre activité touristique il y a des besoins de rénovation. « 

Le président fait cette remarque :  » On ne peut pas vous reprochez de ne pas avoir payé ».

Réponse : « Le prix a été triplé par M° Ségard liquidateur, c’était ça ou la mise à la porte à défaut de bail précaire. Ce montant est devenu un juste prix en 2007, le succès commercial de la Baie Orientale est réel.  Les autorités locales n’ont pas bougé, ni dit ce que je devais faire et José Carti ne me répondait jamais et avait refusé de me recevoir. Tandis qu’à St Tropez depuis 50 ans le maire prépare et le préfet accorde les AOT annuels. Face à cette enquête, je suis tombé des nues…

Le 4 Aout 2011 j’ai fait mon premier paiement en direct à la COM. Entre Avril et Septembre 2012, du fait du litige et de la tempête, j’ai laissé mes avocats décider.  Je ne suis pas responsable de ce qui s’est passé dans les couloirs de la COM. Je précise que le préfet ne m’a jamais communiqué sa contestation sur le processus de l’ AOT…  N’ayant pas le droit d’entrer en relation avec le Président Alain Richardson, à la mi Aout j’ai rencontré Jeanne Vanterpool à l’office du Tourisme pour lui présenter un projet de développement touristique sur la baie Nettlé. »

M° Montravers, avocat des parties civiles (Elisa Cohen et Philippe Just) est intervenu pour soulever quelques questions, que le président a parfois repoussé parce que sans lien avec l’objet du litige. Sur la production d’un projet transactionnel remis à M. Just gérant du Kontiki, le président a dit lui-même à M. Luftman  » Ne répondez-pas ».

Tribunal de St Martin

 Précision chronologique aux lecteurs

Il convient ici d’ouvrir une parenthèse et préciser à mes lecteurs, comme je l’ai déjà indiqué dans un précédent article  en Aout 2012, que les droits de propriété sur les parcelles AW 30 et AW 33 de la Baie Orientale, ont donné lieu à un très long procès (depuis 1973) déclenchant une situation opaque avec la succession Beauperthuy.

 Entre Septembre 2007 et Décembre 2011, pendant la première mandature de la nouvelle collectivité, comme une épée de Damoclès, cette longue procédure avait suspendu  la poursuite et le renouvellement à l’échéance du 1er Juillet 2009 de l’attribution de l’AOT. Le titre de propriété de la parcelle AW 33 ayant été définitivement attribué à la Collectivité territoriale sur les 50 pas géométriques par le Conseil d’État, la succession n’ayant pas de titre d’Etat.

Il est important de souligner cette chronologie. Car du fait du calendrier électoral,  dès l’installation de la seconde mandature, l’équipe dirigeante élue en Mars 2012 est confrontée à sa responsabilité sur le domaine public de la plage de la parcelle AW 33, bien mieux gérée par Sindextour que la parcelle AW 34 autour de « Chez Pedro », directement « managée »  par la Collectivité. Dans une situation budgétaire négative, plus que tout autre  Jean-Charles Roux cadre territorial efficace et compétent en charge des finances, déclenche l’alerte  pour  récupérer au plus vite le montant des loyers en plus de ceux antérieurement consignés (500.000 €) par M°  Ségard administrateur de la succession Beauperthuy.

 José Carti le deuxième  prévenu, technicien du BTP en charge du service de l’urbanisme depuis 1988 est questionné par le Président. « Y a t-il un tableau de gestion de renouvellement des AOT ?« 

Sa réponse est négative : «  il n’y a pas de service d’alerte interne pour le renouvellement des échéances, c’est M. Roux le directeur financier qui nous alerte« . Le président constate  « une impression de navigation à vue » puis  demande comment est vérifiée une demande d’AOT ?

« Nous demandons le plan de masse et de situation et cherchons à savoir ce que le postulant va investir. Pour l’AOT de Sindextour , la personne étant de bonne foi dans le passé vis à vis de nous, elle payait, on lui a renouvelé notre confiance. Du fait de la pression du service financier pour faire rentrer l’argent, les tribunaux ayant solutionné l’affaire Beauperthuy, nous avons fait passer dès l’installation du nouveau Conseil exécutif deux AOT pour la Baie Orientale, ceux de l’Hoste et Sindextour. »

 Guillaume Arnell, le troisième prévenu précise au Tribunal que « son équipe arrive le 1er Avril 2012, que son entrée en fonction et sa délégation de pouvoir sont intervenues les 10 et 16 Avril suivants, et que malgré son expérience politique au delà des routes et des collèges, il n’avait pas d’expérience sur les AOT. Il dit ne pas avoir rencontré son prédécesseur Pierre Aliotti élu d’un autre groupe politique« .

Il Suspension d'audienceprécise « n’avoir pas donné de faveur, ni reçu de contrepartie de Luftman qui ne m’a jamais rien demandé. Les élus savent que le tribunal administratif est compétent, je me demande ce que je fais en correctionnel ». 

A la question de savoir pourquoi il n’avait pas été donné de réponse à la demande de Philippe Just et d’Elisa Cohen, il dit qu’il n’a appris qu’en Septembre 2012  l’existence des demandes de ces deux administrés, puis précise au Tribunal:   » j’aurai donné l’AOT à Sindextour et immédiatement répondu à Just et Cohen. Où se situe mon implication et ma complicité d’escroquerie dans la délivrance de cet acte et le moyen frauduleux? Où se situe mon implication ? Je ne le sais toujours pas. Comment puis-je m’escroquer moi-même puisque je représente les intérêts de la Collectivité ? » L’élu s’est insurgé contre les conditions inacceptables de sa garde à vue.

 La partie civile

Intervenant au terme de l’audience de la première journée, M° Stephen Montravers porte « la  voix de ceux qui ont souffert » Il dit « l’incompréhension totale d’une ressortissante américaine de se voir mise à la rue avec son personnel après 20 ans d’effort, pour s’affranchir de beaucoup plus cher que si elle avait elle-même bénéficier de l’ AOT.Elle a perdu la foi dans les institutions politiques et administratives. A sa demande d’AOT, la Réserve naturelle et le préfet répondent que le rivage n’est pas de leur compétence. Mais aucune réponse de la COM, ni avant ni après les élections. M Luftman ne veut pas de révolte et veut conserver l’obligation du titulaire. 

Elisa Cohen exploite le Bikini depuis 20 ans et sa confiance aveugle va lui être fatale. De Mai à Juillet 2012 mes six courriers sur l’avancement de notre demande d’AOT restent sans réponse. Ils sont volontairement ignorés. Le 1er Juin 2012, Alain Richardson m’indique qu’il n’y a pas d’AOT en faveur de Sindextour. Nous le rencontrons le 13 Juillet, tandis qu’à ce moment là

Fin d'audience, entre avocats
Fin d’audience, entre avocats

M. Luftman a fait l’aménagement des parkings. M Just rencontre Mr Peyron de la DDE et le cabinet du Préfet qui lui confirment que l’AOT a été accordé le 17 Avril, tandis que le Préfet a constaté que cet AOT sans durée ni prix est illicite. Pourquoi l’AOT n’a pas été mis en redistribution ?  Le 17 Avril la délibération du Conseil exécutif est d’une vacuité abyssale, celle du 4 Septembre « aux petits oignons ». Personne ne se serait rencontré ? Hors de toute paranoïa, il y a l’influence de quelqu’un d’influent. Je ne dis pas que Mr Arnell a été payé, mais ces gens nouveaux ont été élus sur un programme de respect et de transparence. Après un étouffement économique progressif avec des chaises longues disposées sur la plage, le préfet commet l’irréparable avec l’expulsion. Les parties civiles ont tout perdu au niveau du patrimoine, de l’activité économique et des salariés. » Il demande 1,350 M € x 2 en Dommages & Intérêts.

Le Procureur veut crever l’abcès.

Flavien noaillesAyant déclenché l’enquête sur les conditions d’attribution de l’AOT le 17 avril 2012 complété le 4 Septembre( dont l’enregistrement audio a disparu) et qui n’a pas tenu compte de la demande d’attribution concurrente des gérants du Bikini et du Kontiki déposée au service de l’Urbanisme en Février 2012, le vice-procureur Flavien Noailles considère  » qu’un noyau d’hommes connaissant tous les rouages, chacun a sa place de façon bien déterminée, agit pour le fonctionnement d’un petit groupe. Il y a des pourris au sein de la Com, qui en détournant des fonds, manipulent pour s’assurer leur bénéfice: l’argent. »

Son schéma  est explicité ainsi :  « Pouvoir décisionnaire : Arnell élu en charge de l’Urbanisme . Préparateur: José Carti cadre responsable. Financier Luftman. Carti est le cheval de Troie, sur injonction de Luftman, pour écarter le risque de ne pas bénéficier de l’AOT…. J’ai constaté une grande confusion entre pouvoir administratif et pouvoir politique. »

 Battant retraite face aux pressions de l’avocat de l’élu en charge de l’Urbanisme, s’adressant à Guillaume Arnell  dont il offre finalement la relaxe comme  message de confiance, le vice-procureur  souligne: « Les gens dans l’ombre qui en font un cache sexe,  profitent dans votre dos, pour que vous ne sachiez jamais rien. Je suis heureux que vous ayez reconnu à la barre : « il y a des choses que je ne savais pas. » Sur le montant de la redevance AOT versé par Sindextour, Flavien Noailles affirme «  il serait possible pour la COM de collecter plus que 180.000 € / an. »

Le ministère public a engagé les poursuites  « pour que cette enquête judiciaire crève l’abcès. Il y a des gens avec des liens très anciens, motivés par l’argent, l’argent, l’argent. » Les deux autres  prévenus José Carti et Norbert Luftman sont accusés de délit de concussion  d’escroquerie et manœuvres frauduleuses pour l’obtention d’un document administratif.

 Une réquisition de 2 ans de prison avec sursis et mise à l’épreuve de 3 ans et 200 000 € d’amendes est demandée au tribunal, plus cinq ans d’interdiction dans la fonction publique pour José  Carti.

Avocats des trois prévenus
Avocats des trois prévenus

 Les arguments de la défense.

L’avocat parisien de Guillaume Arnell M° Jean-Yves Le Borgne , vice-bâtonnier et ténor du barreau excellent spécialiste en droit Pénal des affaires a réagi en précisant sa ligne de défense.

« Vous devriez être accablé Monsieur le Procureur de la difficulté à cerner une poursuite. Vous avez trempé le code pénal dans un élixir qui rend élastique le réceptacle de tout et n’importe quoi, au préjudice de la COM . Nous sommes à l’intérieur d’un shaker. Ce procès est l’objet d’un fantasme attirant dans la compétence judiciaire, une question politique. Tout mettre dans un saladier où la faiblesse juridique domine, il faut un effort intellectuel considérable pour vous suivre Monsieur le Procureur. Ce procès ne ressemble à rien« 

M° PradinesAvocat de Norbert Luftman (Sté Sindextour) M° Michel Pradines  du barreau de Basse-Terre, précise qu’en droit il ne faut pas confondre la procédure d’attribution d’un appel d’offre public qui est soumis à la concurrence, contrairement à la délivrance d’un AOT  sur le domaine public (les 50 pas géométrique du littoral) d’une Collectivité territoriale, pour laquelle la COM n’est pas légalement obligée de mettre en concurrence. Ce point de droit est essentiel pour juger cette affaire. Le seul titre reconnu aux gérants du Bikini et du Kontiki est un contrat de droit privé en location gérance, qui s’est terminé par l’expulsion préfectorale. M°Pradines du cabinet Payen  a plaidé à six reprises depuis que la contestation judiciaire a été déclenchée par M° Stephen Montravers, avocat des parties civiles, dont la plainte  du 26 juin 2012 est à l’origine de l’enquête des officiers de Police judiciaire.

Il révèle  au tribunal deux connivences troublantes. M° Montravers est concomitamment l’avocat du divorce du major T. le chef des Officiers de Police Judiciaire ayant diligenté l’enquête, d’autre part Elisa Cohen adresse à P.M. l’un des OPJ ayant interrogé les gardés à vue, un courriel commençant  par  » Mon cher Philippe. »  Étrange tutoiement dans l’échange de mail entre victime et enquêteur. Un contrôle hiérarchique est nécessaire.

M° Pradines précise la qualification  juridique  que le 1er président de la Cour d’Appel de Basse Terre a retenu pour Elisa Cohen et Philippe Just.  » Vous avez depuis quinze ans, un contrat précaire annuel,  vous ne pouvez vous prévaloir d’un trouble de jouissance. » Depuis 21 mois, ils ne payaient plus leurs loyers et ils  ne sont pas solvables ( Kontiki, découvert bancaire  -11 000 €).

M° Thierry HerzogM° Thierry Herzog ( affaires Tiberi, Thales, frégates de Taïwan, Jacques Chirac, Clearstream, Nicolas Sarkozy, Mme Bettencourt…) assiste José Carti , dont les frais de défense et ceux de Guillaume Arnell sont directement réglés par la COM et par transitivité par les contribuables. Il précise concernant la demande d’indemnité soulevée par les deux parties civiles (soit 1,350 M € x 2) que cette perte de chance est discutable en Droit Civil, mais pas devant un tribunal correctionnel.

Sur le montant de la redevance, il constate des confusions entre le bâtit et le terrain nu, puis   récapitule les dernières évolutions du loyer annuel. 2004 = 120 000 €, 2006 = 146 000 €, 2009 = 160 000 €, 2012 = 180 000 €.  Ce pénaliste chevronné souligne que « le procureur ne fournit pas le moindre commencement de début de preuve. Aucune démonstration concrète de complicité, ni de concertation préalable entre José Carti et Norbert Luftman. Ce ne sont pas des hypothèses, mais des certitudes, des preuves  évidentes qui incombent à la charge du ministère public.« 

Il mentionne que José Carti , cadre administratif du service de l’urbanisme, n’a pas dissimulé ni fait disparaitre les lettres de demandes d’AOT du Bikini et du Kontiki.  Il conclut qu’il n’y a  » aucune complicité passive pour l’obtention indue de document administratif » et insiste à son tour sur le point de droit essentiel selon lequel  » la COM n’était pas obligée de mettre en concurrence cette nouvelle demande, avec celle du renouvellement de Sindextour ».  Sa plaidoirie s’achève en application du principe «  Si j’ai pas la certitude, au bénéfice du doute c’est la relaxe des prévenus « .

 Le bâtonnier Jean-Yves Le Borgne dont la clarté des formulations  et la retentissante voix de stentor ont  incontestablement marqué cette audience, fait part de son indignation.

M° Jean-Yves Le Borgne « Cette poursuite est une honte judiciaire,  je tiens à dire à l’opinion publique qu’aucun délit ne peut être établi. Au cours de l’audience le procureur s’est rétracté,  relaxant Guillaume Arnell après l’avoir accusé. Le procureur nous a dit que les 180 000 € étaient insuffisants, alors que les collectivités publiques ont en matière d’AOT une libre appréciation pour agir en terme d’opportunité . C’est une vieille attribution renouvelée à quelqu’un qui peut investir.  Pourquoi  faire confiance à des concurrents qui ont cessé de payer depuis 21 mois ?  

Cet imbécile procès verbal de synthèse des OPJ  me scandalise. Il ne nous dit pas en quoi, ni pourquoi il y a délits ? C’est le café du commerce de l’amertume. Un contrat de location-gérance ne peut pas court-circuiter le bailleur vers ceux qui décident de l’attribution d’AOT. C’est un vol à celui qui concède cette mise en location gérance. »

Au terme de l’ultime plaidoirie de la défense qui a le dernier mot, le bâtonnier évoquant Balzac  » A l’origine de toute fortune sans cause apparente se dissimule un crime caché »  a considéré que « le Procureur se comporte en comité de salut public, accusant Luftman le proxénète du Kontiki avec ses doigts crochus qui ramassent les billets. Vous laissez supposer qu’il y a une affaire de corruption, vous voyez des pourris partout, on cherche les preuves . Il n’y a pas de sens en ce qui concerne l’escroquerie.

Vous nous avez brossé Monsieur le Procureur l’hypothèse de je ne sais quelle collusion frauduleuse entre Luftman et Carti. Qu’en savez-vous ? L’avez vous- vu, étiez-vous dans le trou de la serrure  lorsqu’il se serait  dit je ne sais quoi, lorsqu’il se serait donné ou promis je ne sais quoi d’autre ?  Rien. Suppositions. Hypothèses. 

Et vous nous avez dit que vous aviez finalement organisé cette affaire pour qu’il y ait une sorte d’exemple, pour que l’on sache à la collectivité comment il fallait opérer, pour que l’on sache dans les services comment il fallait faire ou ne pas faire. Vous vous êtes érigé en donneur de leçon de l’organisation d’une collectivité publique indépendante. Est-ce votre rôle ?

Vous avez à ne pas entrainer dans la sphère judiciaire surtout pénale, quelque chose qui n’appartient pas à la définition légale. Le principe de légalité Monsieur le Procureur est un principe constitutionnel. L’autorité judiciaire est respectable, mais si elle veut étendre son pouvoir comme une tache d’huile, si elle veut que tout et n’importe quoi arrive devant un tribunal pour vous donner le rôle de l’instituteur morigénant celui-ci ou celui-là,  là vous êtes dans l’abus de pouvoir, là vous êtes dans une situation qui est anormale.

Le problème n’est pas seulement de l’innocence, le problème est de la légitimité d’une telle  transmission en justice. C’est la raison pour laquelle je ne demande pas une relaxe qui est requise par désespoir de cause, je pense  qu’il faut  que votre tribunal, fusse dans des mots à peu près convenables, stigmatise cette façon de donner des leçons.

Et puis parce que je veux vous  dire tout ce j’ai sur l’âme, la question se pose de savoir si vous auriez agi de même s’il était agi de la collectivité territoriale du conseil général de la Corrèze, ou d’une commune de Lorraine, si finalement dans ce besoin que vous ressentez de donner des leçons à ceux qui sont les élus du peuple, vous n’avez pas quelque part l’idée qu’ils seraient incapables d’exercer leur mission ?

Il y a là quelque chose Monsieur le Président qui bien au delà d’une culpabilité ou d’une innocence, pose le problème de la légitimité d’une action judiciaire. Je ne demande pas au tribunal de déposer des excuses pour des phénomènes dont il n’est pas responsable, mais de dire que quelque part au delà d’une déclaration de non culpabilité, il faut aussi que l’inopportunité  – vous voyez que je mesure mes termes- de certaines actions judiciaires soit stigmatisée.

Il faut qu’on sache que lorsqu’on traduit un homme, des hommes en justice, qu’on leur impose des gardes à vue, que finalement on les marque au front au niveau de l’ensemble d’une population, surtout sur un tout petit territoire où le bruit se répand en quelques secondes, on fait une œuvre néfaste, on fait une œuvre d’abus de pouvoir et qu’il faut savoir rester à sa place, si digne soit-elle »

 L’affaire est mise en délibéré. Décision  Jeudi 28 Novembre 2013

 

Spécificités saint-martinoises

Dans un entretien vidéo découpé en trois parties, vous pourrez voir et entendre  l'un de rédacteur du Comité de Rédaction de l'Oiseau des îles.

Schoelcher Le sujet de cet entretien avec mon ami Jean- François,  c’est la compréhension des mentalités locales. Partant des cérémonies républicaines, les commémorations de l’histoire coloniale, il approfondit sa réflexion sur le rôle de Victor Schoelcher dans le processus d’abolition. Sa pensée fait   reliance vers les  mentalités insulaires actuelles, se référant aux livres de Daniella Jeffry, il pointe les Spécificités  positives avec un S majuscule.

Il dénonce les spécificités spécifiques qui lui paraissant négatives, notamment la revendication du bilinguisme subit ici une critique motivée ( voir la deuxième partie)

1ère partie  Introduction  14 minutes

SCHOELCHER

Ci dessous 2° partie  Développements  30 minutes

 

statue-of-abolitionist-victor-schoelcher-

3° partie ci-dessous  Conclusions  12 minutes

La Semsamar est dans le rouge

A la Semsamar, depuis la prise de pouvoir de Madame Romana Bélénus, nous découvrons qu’en trois années de mandature, la trésorerie est très rapidement tombée dans le rouge.

Le rapport de la Mission Interministérielle du Logement Social ( Miilos) avait notamment pointé  il y a six mois (avril 2013)  le  dysfonctionnement du Conseil d’administration et  la rémunération excessive de la  directrice générale de la Semsamar, que Marie Paule Bélénus Romana  hérita du système Kirlipoche ( Jean Paul Fischer ) . Pour les cinq années qui précédant son départ en retraite, j’ai calculé rubis sur l’ongle  une moyenne de 3.000 € par jour, shabbat et Week-end compris (salaire fixe + intéressement aux bénéfices).  L’ours alsacien, gros bosseur style marche ou crève, est un dirigeant autocrate efficace  léguant une trésorerie positive de  44 millions €. Qui dit mieux ?

semsamar La comtesse Ramona-Bélanus , en poste depuis Juillet 2009 ne manque ni de compétences ni  de force de travail  pour justifier un revenu exorbitant de 1 600 000 € / an.  Le superbe document de 124 pages distribué au Conseil Territorial lors de son intervention du 4 juillet dernier, présente les résultats 2012 du Groupe Semsamar,  axes de développement et perspectives. Belle manière pour fêter sa 4° année d’activité à la direction de la Sté d’économie mixte saint-martinoise, qu’elle dirige en conservant le style autocratique qui avait fait ses preuves avec son prédécesseur, unique décisionnaire. Voir iCi mon entretien avec Jean Paul Fischer.

Seulement voilà … Ce même 4 juillet,  Michelle Laurent Directrice adjointe déléguée aux finances, reçoit sa lettre de licenciement immédiat, qui lui reste au travers du Gosier…  SXMinfo  a mis en ligne  ses protestations.  Un licenciement à haut risque alléguant la faute grave, contre laquelle l’intéressée réplique par une lettre  instructive de 12 pages qui  révèle  ce que le beau catalogue distribué au Conseil territorial ne dit pas !

Elle a spectaculairement dégradé  les finances. Déficit de trésorerie au 31 Décembre 2011  -7.497 millions €   et  – 4.203 millions € au 31 Dec 2012.   Le beau document de promotion remis à tous les élus, a caché ce manque de cash.  En trois années de mandature la trésorerie est rapidement tombée dans le rouge. En pointant  « la dilapidation de 2 millions d’euros  d’apports dans la reprise de Guadeloupe TV »  cette lettre  contre la directrice si largement rémunérée, indique par une formule aimablement bien troussée entre femmes  » Non, vous ne vous referez pas une virginité financière sur le lit de mes prétendues fautes ».

Avec les révélations de cette lettre argumentée, je me suis mis dans la peau  du novice Wendel Cocks   quand il la lira.  Je cite encore :  » Non, je ne suis pas en rupture avec la société, je suis en rupture avec vos décisions et stratégies, avec votre gestion   qui creuse sans cesse le déficit de trésorerie de la société »  

Depuis le 12 juillet dernier, Wendel Cocks remplace pour 1 500 € /mois, Aline Hanson à la présidence du Conseil d’administration de la Semsamar. Il y siège avec le sénateur et le député. Dans une société anonyme conformément au  code du commerce art 225-55 il est anormal qu’une directrice financière puisse être révoquée sans passer par le Conseil d’administration. N’est-il pas ?

Wendel Cocks s’est déclaré désireux de « veiller à ce que les intérêts des collectivités que nous représentons soient garantis, et que les travaux qui sont ou seront menés, résultent de choix stratégiques mis en œuvre pour un développement économique durable des territoires ».  Rigoureux ? Qu’il le prouve rapidement par son implication.

Ci-dessous Vidéo de 8 mn 45 – « Politix ( RFO) reçoit Mme Bélénus Romana »  ( You Tube – Oct 2011)

Cet article a fait l’objet d’un Droit de Réponse de la directrice générale de la Semsamar, publié ICI.

Bastille Day Parade

J’ai écouté le discours insipide d’Aline Hanson, notant toutefois son appel « aux efforts individuels pour la réalisation des innovations indispensables  » puis je suis parti avant la remise des trophées aux artisans en friandises, secteur qu’elle considère créateur d’emploi pour la jeunesse !

Voici pour commencer cette chronique de 14 Juillet les images (haute définition) du défilé .

 

Sur le confetti, les autochtones majoritairement anglophones disent Bastille Day. La population n’est que très rarement au rendez-vous de la fête nationale du Napoleon Country. Sur cette île à moitié française, la République ne juge pas nécessaire d’apposer le triptyque Liberté – Egalité – Fraternité aux frontons des écoles !

Bastille Day

Le pianiste n’était pas là. Certains me disent -de source sûre- qu’il part définitivement en Septembre. J’ai moi-même demandé en Avril au préfet Chopin si la rumeur de son départ était fondée ?  Il m’avait répondu Non ! Le Roi de Tintamarre et le député Gibbs étaient également absents, tout comme le feu d’artifice. Petit Millésime.

Offciels

J’ai écouté le discours insipide d’Aline Hanson, notant toutefois son appel « aux efforts individuels pour la réalisation des innovations indispensables  »  puis je confiserie Burkina fasosuis parti avant la remise de quatre médailles (en chocolat ?) aux artisans en confiseries-friandises, secteur que la nouvelle présidente , suppléante du Président pasteurisé ( sous date de péremption) considère créateur d’emplois pour la jeunesse ! Un voyage d’étude de faisabilité s’impose du côté de Ouagadougou pour y prendre modèle, conformément au discours initial de politique générale de la majorité Triple R ! Un Pastille Day guignolesque sans feu d’artifice. Pauvres de nous.

En charge de la démocratie participative
En charge de la démocratie participative

J’avais l’intention de causer avec Rosette Gumbs (ci-contre) élue responsable du développement de la Démocratie participative. Mais j’avoue avoir été fortement intimidé par son plumage.

Ce sera pour une autre fois.

Generation New Statut

Les portables

Débranchés de la présence du voisin immédiat, les parisiens sont coupés d’eux-mêmes. Il n’y a plus d’échange en face à face. Parler à son voisin dans le métropolitain serait incongru ! Barrière du sourire interdit !

Suite à mon Tour de France du mois de Mai dernier, voici un diaporama photographique de l’étape parisienne. 

Le regard  naïf du parisien tropicalisé, dépaysé de sa ville natale depuis seize années, a  été sollicité par l’utilisation des portables. 

 Les silhouettes des quidams, dans la rue et  les transports collectifs de la Régie Autonome des Transports Parisiens,  sont marqués du sceau des nouvelles communications numériques du XXI°. Objet nomade connecté au village planétaire, le Smart-phone, accessoire branché de la communication des citadins entre-eux, possède un double effet amplificateur.

portablePositivement il facilite l’envoi des messages et la réception du feed-back.  Jadis, nous « avions » des pigeons voyageurs ! Images, textes et sons mêlés s’écoutent aujourd’hui dans l’oreille et se tapent pouce et poucette minuscules.  Cons-centrés dans des bulles individuelles.  Négativement débranchés de la présence du voisin immédiat, les  parisiens sont  coupés d’eux-mêmes. Leurs échanges en face à face ont disparu. Parler à son voisin de métropolitain serait incongru ! Barrière du sourire interdit et bannière conviviale en berne.

Ayant trouvé sous les pavés la plage, j’ai bénéficié de l’hospitalité d’une Friendly Island.   Un confetti insulaire à la conquête de son autonomie de gestion; J’y suis devenu, sur le boulevard de mes soixante printemps, un vieux meuble personae grata

« La patrie, c’est  là où l’on vit heureux » disait Voltaire.

La tour Eiffel

Universelle tour de Babel, près de 250 millions de visiteurs sans distinction d’âge ou d’origine sont venus de tous les coins de la planète la découvrir depuis son ouverture en 1889.

 

Eiffel tower by nightLa tour Eiffel a été construite par Gustave Eiffel à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1889 qui célébrait le premier centenaire de la Révolution française. Sa construction en 2 ans, 2 mois et 5 jours, fût une véritable performance technique et architecturale. « Utopie réalisée », prouesse technologique, elle fût à la fin du 19ème siècle la démonstration du génie français incarné par Gustave Eiffel, un point d’orgue de l’ère industrielle. Elle connût immédiatement un immense succès. Pénis parisien pointant à 324 mètres.

Destinée à durer seulement 20 ans, elle fut sauvée par les expériences scientifiques qu’Eiffel favorisa et en particulier les premières transmissions radiographiques, puis de télécommunication : signaux radio de la Tour au Panthéon en 1898, poste radio militaire en 1903, première émission de radio publique en 1925, puis la télévision jusqu’à la TNT plus récemment.

Depuis les années 1980, le monument a régulièrement été rénové, restauré et aménagé pour un public toujours plus nombreux. Comme toutes les tours, elle permet de voir et d‘être vue : ascension spectaculaire, panorama unique sur Paris, signe rayonnant dans le ciel de la Capitale. La Tour, c’est aussi la magie de la lumière. Son éclairage, son scintillement et son phare rayonnent et renouvellent le rêve tous les soirs.

Symbole de la France dans le monde, vitrine de Paris, elle accueille aujourd’hui près de 7 millions de visiteurs par an (dont environ 75% d’étrangers), ce qui en fait le monument payant le plus visité au monde.

element graphique

J’ai deux amours, mon pays et Paris

Mon pays et ParisLa voix de Josephine Baker roucoule ses deux amours. Je suis comme elle …à quoi bon le nier ?  La savane est belle sur mon confetti insulaire, à l’ombre  des palmiers et des flamboyants en fleurs. Mais ce qui m’ensorcelle, c’est Paris où je suis né.

J’ai pas mal voyagé. De Pékin à Moscou en passant par St Petersbourg, Prague  Amsterdam,Venise, Montréal et New York. La plus belle du monde c’est Paris. La ville lumière correspond à son image. Sur les deux rives de la Seine, une architecture inégalée. Fluctutat nec mergitur. Ville de culture et du bon gout français, le luxe de la ville lumière attire les belles étrangères. Il n’est bon bec que de Paris.

En direct sur Youth Radio 92.5 FM

Jab à Youth Radio
Jab à Youth Radio

Ce qui suit parle de l’Appel de Concordia, dans lequel je donne rendez-vous  dans cinq ans , pour fêter les avancées  de la démocratie participative du côté de chez Martin.

Intervenue le 2 mai dernier, la mise en place des six Conseils de Quartier croise le boulevard de mes soixante printemps. Spectateur engagé cool et pénard, journaliste free-lance  éditeur de l’Oiseau des îles. Catégorie des socio-professionnelle Bac + 4 et Blog + 7 un  citoyen retraité actif, ce qui semble titiller  le pianiste préfectoral …

 Fou du Roi d’un confetti dont le Président pasteurisé vient de chuter  en 377 jours, sous la métronomie  républicaine des sièges éjectables pour invalidation  des comptes de campagne électorale. Même durée avant la chute que son prédécesseur, ci-devant Roi de Tintamarre.

En  République bananière où l’impôt sur la fortune est supprimé, on nait pas tous égaux devant l’impôt ! Les leaders politiques y glissent sur leurs propres peaux de bananes. Ceci prouve,  que primo : l »homme descend du singe puisqu’il est parfois connard, et que  secundo  les citoyens choisissent des politichiens bonimenteurs ! Des cossards en costard, même pas foutu ( sauf exception) de  gérer leur  portefeuille, avant celui du Bien public !

Sur le siège éjectable de l’invalidation précoce, un proviseur de lycée puis une directrice d’école primaire prennent la suite ! Il s’appelait Alain, elle s’appelait Aline. Il était son copain, elle était sa copine. Elle aimait le bon vin et lui celui de messe … Chapitre 20 verset two !!!

inspector Youth Radio
inspector Youth Radio
Appel de Londres
Appel de Londres

 Alors voila, en ce mois de juin, entre le solstice d’été du 21  et la pleine lune du 23 j’ai joué la case 22 . Au casino de la vie, sur la roulette de l’harmonie horlogère de la Grande Clémence, ma bille est sortie un 22 novembre. Mon nombre fétiche c’est donc le 22. J’y trouve un réglage poétique à la  synchronicité spatio-temporelle de mon existence.

Jumeau astrologique du 22 Novembre. Je suis  l’année du Tigre, au milieu du XX° siècle à Paris à 4 heures du matin. Comme De Gaulle qui mesure 1 m 93 sans képi. Sous les pavés la plage, j’ai 1 m 95  sous la toise, sans casque et les pieds nus. Vous m’avez compris !

Mon père, est  mort à 39 ans le 22 Décembre 1962. En ce temps là, pas encore de chirurgie cardiaque pour déboucher les  artères.  Ma mère l’a rejoint dans la tombe  le 22 Avril 2009.   Entre temps je me suis marié le  22 juin 1974  et  mon dernier petit-fils est né le 22 octobre 2006.

 

Synchronicité le même  jour que cet Appel de Concordia avec mon fils aîné. “22 v’là les flics”  il vient d’être écroué à Fresnes ce 22 juin 2913.  La Cour d’Appel de Basse Terre lui avait « offert » six mois fermes derrière les barreaux , pour avoir cultiver quelques plants de Pachamama à  usage familial ! Hier soir, face aux questions de l’inspecteur Colombo sur Youth Radio 92.5 FM ,  j’ai filmé les principaux extraits de notre entretien. Dans la deuxième partie de l’interview je cause de la légalisation du Cannabis. C’est à lui que je pensais.