Voeux 2013 du Préfet Chopin

Voici l’intervention du représentant de la République, le Préfet Philippe Chopin, à l’occasion de ses vœux 2013 à Saint-Martin. Des propos clairs et précis, à travers lesquels sa volonté d’action et d’engagement est déclinée sans fioritures ni langue de bois.

le prefet chopin

Vif,courtois et non dénué d’humour, n’omettant pas de citer dans ses discours quelques citations, je ne résiste point à mettre ici en exergue cette pensée d’Alain  extraite des Propos d’un normand:  » Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance il assure l’ordre; par la résistance, il assure la liberté. » 

Comme une vache qui regarde passer les trains, j’en ai déjà vu passer sept au cours de mes quinze dernières années  (Petit, Julliard, Latron, Michaud, Lacroix, Simonnet, Chopin). Tandis qu’ils passent, je reste… Perspicace, l’Oiseau des îles observe, expose et précise son point-de-vue  sur ce confetti politichien des îles du Nord.

Dès que les Conseils citoyens des quartiers Concordia & Marigot seront installés, nous allons déposer les statuts d’une régie de quartier,qui s’inscrira dans le CUCS. Ensuite on verra la partition du pianiste pour nous régaler l’innovation économique & solidaire …En attendant je me refuse de tirer sur le pianiste ! A mes 1 600 lecteurs  fidèles  je souhaite une bonne année 2013. Soyez   bien aise.

Lucien Guillaume, peintre et scupteur ayitien, mort trop jeune.

lUCIEN gUILLAUME PEINTRE ET SCULPTEUR HAITIEN
18 aout 1965- 1 janvier 2013

Je suis triste. Triste comme quand un ami meurt, un ami plus jeune que soi, le corps terrassé par un cancer du pancréas. Un  pronostic effroyable, puisque le taux de survie à 5 ans est de 3 à 4 % seulement. Trop tôt disparu. Né le 18 Aout 1965, il n’avait que 47 ans.  Il a précisément rendu son dernier souffle le 1er Janvier à 22 heures, tandis que l’ami Cyrinc Griffith, le doyen des artistes-peintres du confetti, soufflait lui ses 94 bougies.

dec-2007Guillaume était toujours souriant, calme, disponible et de bonne humeur, Jamais médisant, toujours mieux disant avec son large sourire.

Je t’ai rapidement  croisé  avant Noël à Concordia. J’étais pressé et t’ai salué de loin, heureux de te savoir de retour à St Martin. Tu m’as paru bien amaigri et affaibli. La nouvelle de ta mort c’est ton grand frère spirituel Charli  Etchegoyen qui me l’a annoncé. Sous sa protection (il t’a connu en Haiti à Camp Perrin)  tu as tenté ta chance ici à partir de 1991 puis tu t’es installé à Saint Martin.

Notre seconde patrie, est celle que l’on choisi pour y vivre heureux auprès de son arbre. Une boucle vient de se fermer, celle de l’amitié que nous avions tissé ensemble depuis 1998 dans l’association Art et Culture que je présidais pour la promotion des peintres locaux, flambeau depuis repris par l’association Art Lovers.

Sur le luxueux calendrier des peintres que j’avais édité en 1999, ton « Calmos Café » illustrait le mois de Mai. Plus tard pour illustrer le bi-centenaire d’Ayiti en 2004, j’ai publié ton portrait sépia, la palette  et le pinceau à la main. ( Discover Magazine n°19  page 78).

 Avec cette mort prématurée, toute la diaspora haïtienne de St Martin est en deuil. Guillaume était connu et apprécié par la majorité de ses compatriotes, qui comme lui se sont bien  intégrés sur cette île d’accueil. Tous les gosses que tu as éveillé et révélé à eux-mêmes sur le chemin de la création en arts plastiques  (que tu enseignais à l’école Sohane  à Marigot rue de la Liberté) se souviendront longtemps, longtemps de toi. L’Ayitien créatif  né à Port au Prince, qui s’est intégré et épanoui à St Martin, dans la constance de l’action artistique, avec les hauts et bas de l’équilibre financier des artistes.  Tu laisses un fils, Johny Guillaume qui vient de terminer  ses études en droit  international. Tu étais très fier de lui..

MonocycleL’œil de la cocasserie naïve s’exprime dans ses toiles,  certaines sont allées chez des collectionneurs en Bretagne avec l’aide de Sylvie Debonnet, sa compagne française, directrice de l’école Sohane.  J’en ai une qu’il m’a offert pour mon anniversaire en Novembre 2009, tandis que je renaissais à la vie après une lourde opération cardiaque au Chu de Fort de France en Martinique.

 Les tableaux sont des fenêtres ouvertes pour la rêverie. Surtout ceux de l’école ayitienne, les grecs de la Caraïbe que  les deux André – Breton et Malraux – défendirent. Dorénavant ton tableau devient une icône à notre amitié trop tôt rompue par ce clin deuil de la Grande Clémence.

Je me souviens d’une d’observation que tu avais relevé, en me décrivant une scène qui t’avait choqué dans les couloirs du métro de la ville où je suis né.

« J’ai vu dans le métro à Paris, dans les longs couloirs de la station Montparnasse, un homme marcher vite sur un tapis roulant, en mangeant son sandwich ! ». La vision de cet homme  sandwich pressé, m’a laissé rêveur. Comment bander la vie dans le stress des sous-sols  des grandes villes ?

Tout, dans les tableaux de Guillaume est à l’opposé de la fourmilière humaine urbaine. C’est en cela qu’il est profondément caribéen, inspiré par l’indolence sous la chaleur et la caresse des alizés. Les peintres ayitiens, malgré la pauvreté dans la survie quotidienne, poétisent l’existence et subliment la misère par la beauté naïve de leurs créations. Caresses des alizés ? Tu ne dédaignais  pas les lendemains de cyclones, pour stocker ta matière première de sculpteur végétal… Les troncs de cocotiers aux racines renversées, font cheveux sur la tête de tes hommes troncs. Ils sont nombreux à décorer les restaurants des plages de St Martin. On en trouve toujours au Galion  sur la Baie Orientale et au Calmos Café. Qui te remplacera ?

Voici le tableau que Guillaume m’a offert avec générosité, signé le 22.11.09 pour mes 59 ans, avec au verso cette dédicace : » A un amoureux de l’art haïtien, Jabiru mon ami de dix ans ». A la commande j’avais proposé un thème, lui décrivant au téléphone les différents éléments de l’image souhaitée. Auprès d’un « cocotier jacobin »,  ma vision du bonheur terrestre ! Maintenant  ce tableau devient pour moi une icône de haute valeur celle de la Fraternité Humaine. Guillaume je t’aimais bien et c’était réciproque. Nous étions fidèles l’un à l’autre.

Tes toiles sont signées L.Guillaume alors je t’appelais Guillaume, mais ton vrai prénom, c’est Lucien.

La tombe Lucien…

Auprès de mon arbre
Auprès de mon arbre – Collection privée

affiche exposition à l'hôtel de ville de St Martin

 

Chaulmère en Bretagne

 

 

Réveillon Tropical au Waïkiki

Feu d’artifice tiré devant la plage du Waïkiki chez Albert Calimari, un basque énergique et discret. L’unité des Fives Stars du St Tropez des Caraïbes étant rompu par les revendications du Kontiki et du Bikini, un seul tir cette année . Spectacle à 10.000 € .

feu artifice waikiki

Depuis 62 années on Earth, c’est le premier feu d’ Artifice que je cadre en vidéo alors j’ai filmé pour la première fois, comme un gamin émerveillé. « Une vraie âme d’enfant ce Jab, prompt à s’émerveiller » pointe une consoeur journaliste après avoir visionné  le spectacle ci-dessous

Portant témoignage d’un haut lieu du Tourisme local, voici un reportage vidéo et un diaporama photo du réveillon de la St Sylvestre sur la plage de la Baie Orientale au restaurant Waïkiki.

C’est d’un excellent niveau, très pro, jusqu’en cuisine . Et puis les femmes sont belles à voir le soir de la St Sylvestre, …

ma première vidéo 2013

 

la-lune-est-la-copie

La crédibilité chancelante d’Alain Richardson

_Alain RichardsonLe Président du Conseil territorial communique qu’il porte plainte contre X pour violation du secret d’une enquête menée par la Gendarmerie de Saint-Martin, dont sont issus des articles publiés par smn-news.com et par sxminfo.fr  les 14 & 17  Décembre 2012. Cette plainte vise également les directeurs de publication Bibi Shaw et Florent Letuvée, car ces articles présenteraient des allégations et imputations calomnieuses portant gravement atteinte à l’honneur et à la considération de la personne, dépositaire de l’autorité publique.

L’enquête en cours, diligentée sous l’autorité du Vice-Procureur Flavien Noailles  (qui succède à l’honorable Jacques Louvier nommé au Puy en Velay) investigue sur le fonctionnement du service de l’Urbanisme dirigé par José Carti, la délivrance des AOT et sur un éventuel financement électoral occulte.

Les lecteurs de ce blog sont  informés (depuis mon enquête diligentée au mois d’Aout) du trouble provoqué suite au renouvellement d’AOT sur le domaine public de la plage de la Baie Orientale. Une affaire louche a la baie orientale    Norbert Luftman, calomnie infondéGuillaume Arnell: je n’ai rien a caché.

Ce qui déplaît au leader du groupe RRR c’est la rumeur persistante d’un éventuel dessous de table financier provenant de Norbert Luftman à l’occasion de la campagne électorale. Luftman a immédiatement utilisé son droit de réponse sur le site sxminfo.fr pour s’inscrire publiquement en faux contre les propos malveillants qu’il qualifie précisément de « mensonge éhonté ».

Je donne plus de pertinence à l’utilisation du droit de réponse d’un citoyen calme et pondéré, qu’à la circulation d’une rumeur malveillante dont notre confetti est accoutumé. J’ai également plus de  respect pour cette voie de réponse émanant d’une conscience tranquille, que pour une plainte soi-disant fondée sur l’atteinte à l’honneur de notre Président, lequel n’a strictement aucune leçon à donner aux médias en terme de qualité de  communication. Le site officiel de la Com incluant le journal officiel électronique est resté transparent depuis l’accession au pouvoir du groupe RRR, une simple coquille vide !

 Pourquoi Alain Richardson n’a t’il pas simplement utilisé son droit de réponse ? Pourquoi ce communiqué   déclarant la guerre à deux de mes ami(e)s responsables de blogs, n’a-t-il été envoyé qu’aux seules rédactions de la presse écrite :  le Daily Herald, Le Pélican et le Week’s ? C’est quoi ce mic-mac d’un souverain solitaire, déjà critiqué dans son propre camp après neuf mois d’exercice ? Est-il à la hauteur de sa fonction ?  Son leadership est-il renforcé ? Le doute m’habite.

Ce n’est quand même pas compliqué  de dire et d’écrire que le seul versement que Norbert Luftman a effectué, provient d’un chèque du Crédit Mutuel en date du 12 Décembre dernier pour un montant de 514.876,60 €uros au titre des loyers qui reviennent à la COM sur les AOT de la parcelle AW 33 pour la période écoulée de Juillet 2009 au 31 Décembre 2012.  Je ne trahirai aucun secret d’affaire en précisant qu’en accord avec M° Seguard, administrateur de la succession Beauperthuy, les loyers avaient été déposés sous séquestre à la Caisse des dépôts et consignations, dans l’attente d’un arrêt de la Cour de Cassation relatif au droit de propriété des parcelles AW 30 & 33.

Cette nouvelle mandature a été inaugurée le 1er Avril par un faux discours de politique générale intégralement copié au Burkina-Faso… Alex Richards, alias Pierre Marssin n’a subit aucune plainte, ni aucune sanction pour un honteux faux discours. C’est de son propre camp que l’honneur et la considération de sa fonction présidentielle ont été copieusement ridiculisés! Dès le premier jour de sa gouvernance, le nouveau président perdait ainsi une part de sa crédibilité.

 République bananiere

Compte tenu de la nature des articles incriminés, sauf a tordre le cou à la liberté d’expression des médias,  il me semble  peu probable que le procureur donne suite à la plainte déposée par M° Bocquet, l’avocat de la COM. Comme l’effet Boomerang, en République bananière il est fréquent de voir certains  «vertueux » glisser sur leurs propres peaux de banane. N’est-il pas ?

Ni Oui, ni Non

Colonnes BurenLe jeu est connu des enfants. Parler sans prononcer deux mots interdits, le Oui et le Non. Bref, le gagnant est celui qui fait preuve du meilleur contrôle dans ses réponses,  dominant l’expression de sa pensée et le choix du vocabulaire. C’est au jardin du Palais Royal que j’ai filmé mes petits fils que je n’avais pas revu depuis Pâques 2010.

Les chaisieres  Je me souviens  qu’à leur âge, accompagnant ma grand-mère  nous devions précipitamment  déguerpir dès l’arrivée des chaisières – aujourd’hui disparues – pour ne pas payer le droit d’être assis … Elle réservait son porte-monnaie pour un chocolat chaud chez Ruc, prestigieux café de la rue St Honoré.

Il y a le ciel, le soleil et la mer

un métro dans l'métroLa complainte du métro …  Vu d’outre-mer et précisément de l’île de Saint-Martin, tout Blanc-France installé sur le confetti est un métropolitain, de même que les les exilés du Bumidom sont devenus – malgré eux- des « négropolitains ». Je me souviens que de nombreux antillais dans les années soixante étaient poinçonneurs dans les quais des stations, avant l’automatisation des billets.

De retour à Paris, c’est avec appréhension que j’ai circulé sous-terrain, ayant gardé en tête ce couplet de Jacques Brel extrait d’une de ses dernières chansons.

Bien sûr, ces villes épuisées par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider  et nos amours qui ont mal aux dents
Bien sûr, le temps qui va trop vite, ces métros remplis de noyés
La vérité qui nous évite, mais voir un ami pleurer !

Ce sentiment de grande solitude reste puissant, mais c’est avec une grande surprise que j’ai constaté la grande propreté des rames et stations du métro  parisien.

A Paris quand il fait gris

A Paris quand il fait gris Paris est une  ville magnifique, a la première place dans le classement international  avec 15 millions de touristes internationaux par an, devant  Londres et New York. La France est d’ailleurs le pays le plus visité de la planète, par arrivées de touristes internationaux.

Il n’est bon bec que de Paris !

Revoir Paris

sur les quais J’ai quitté Paris en  1997 pour me tropicaliser aux Antilles, où c’est toujours l’été, même en hiver.  Quinze années loin de ma ville natale. Je suis  un imbécile heureux né quelque part bien aise d’avoir pu y fêter mes 62 ans.

Revoir les vieux copains avec lesquels les liens de fraternité restent intacts, malgré la distance du temps. Embrasser les cousins, les cousines sur trois générations. Des boucles se ferment, d’autres s’ouvrent dans ma mémoire familiale.

 

Jabiru versus Jean-Yves Duthel 3/3

Jabiru révèle ici les dessous de la politique, dans l’opération de soutien du groupe Jutras à Daniel Gibbs, tels qu’ils ont été menés par son coach Jean Yves Duthel.

Jean-Yves Duthel que le Dr Gibbs a connu au Rotary Club international en lui proposant d’aider son fils en politique, m’a été présenté le 31 Mai 2010 par un ami commun, à l’issue d’une réunion  mémorable à la CCI. Devant une salle comble de citoyens actifs, Frantz Gumbs avait lamentablement échoué le lancement de la Taxe Générale sur les Chiffres d’affaires (TGCA).

Cherchant une tribune d’expression, nous avons passé un accord financier pour que ses textes soient mis en ligne et illustrés par mes soins sur mon Blog. Il m’a proposé d’utiliser le pseudo de Mirador. Il y en a dans les forêts québécoises, pour l’observation des chasseurs. Mais ça faisait trop Stalag …

C’est ainsi que de Juin 2010  à Décembre 2010  j’ai partagé ma ligne éditoriale avec « Rosa Mirrador » contre le tandem Louis-Constant Poutine & Frantz Medvedev.

Mais, refusant de vendre du rêve aux électeurs, je ne l’ai pas soutenu dans sa propagande autour de l’opération Jutras au Soleil, qui m’est apparue comme mensongère deux mois après la conférence d’Octobre 2010 de Mario Di Palma que j’avais personnellement rencontré à l’hôtel Radisson, puis à Montréal dans ses bureaux rue de Sherbrooke en Mars 2011, malgré les bâtons dans les roues de JY. Duthel.

L’institut Qualistat en Guadeloupe a publié en Septembre 2011 sous la direction d’Ericka MERION une enquête auprès de 300 Saint-Martinois concernant « La Perception de la collectivité de Saint Martin » ( 64 pages) commandité par Duthel en vue des élections au Conseil Territorial de Mars 2012. On connait la suite. Daniel Gibbs  a perdu la bataille pour la Présidence de la Collectivité avec 1 300 voix d’écart (43,15%) sur Alain Richardson. Ses commanditaires canadiens ont  du mettre environ 250.000 $, dans cette opération politique «  Clé en main » à fonds perdus.

Duthel a quitté l’île au lendemain de la défaite de son poulain, laissant à Frantz Acramel venu de Guadeloupe la responsabilité du coaching de la campagne législative victorieuse, mais complètement inutile pour Di Palma.

Suite aux deux premiers articles d’Opéra, dans ce 3° volet je vous invite à découvrir une manipulation de sondage, méthode de voyou par Jean-Yves Duthel  « es sogar ».  Lorsque j’en ai eu connaissance, je n’ai pas souhaité utiliser cette information pendant la campagne électorale des législatives en Juin dernier.

Dans une lettre de trois pages, sur papier  en tête Qualistat a l’attention des « Amis de la démocratie de Saint Martin » en date du 30 Septembre 2011 signée  Ericka Mérion, Duthel a modifié au profit de son poulain les % d’intentions de votes, pour rassurer et conforter ses bailleurs de fond québécois, six mois avant l’échéance électorale !

La conclusion de cette lettre est la suivante:  

 « Notre conseil est à l’effet que Daniel Gibbs, pour assurer une base de votation solide, doit marquer ses efforts sur les personnes de plus de 50 ans ( hommes) qui sont des originaires. Cette catégorie d’âge est traditionnellement plus réticente au changement.

 Les thématiques qui apparaissent dans les diverses prises de positions publiques de Daniel Gibbs, sont les bonnes en référence à cette enquête. Il s’agit de les diffuser plus largement.

Le rejet, profond, de l’administration en place, et le fait que le nom du sénateur y soit associé dans les multiples commentaires que les répondants ont commis en dehors des réponses directes aux questions posées, est une tendance que nous qualifions de lourde. En d’autres termes, « l’ennemi » est Alain Richardson pour une liste Gibbs!

Nous avons également senti, tout au long de cette enquête, que les saint-martinois, toutes origines confondues, aspirent essentiellement à un leadership économique. »

La directrice d’Etudes de Qualistat m’a précisé : «  Je ne connais pas ce document et peux vous assurer qu’il n’a pas été rédigé par mes soins. J’ignore totalement cette conclusion. La police utilisée n’est pas celle de nos documents et surtout, la signature a la fin n’est pas la mienne


dessous de campagneDuthel me dit que dorénavant il « se promène sur la planète en tant que consultant pour le privé dans le domaine des investissements dans les nanotechnologies et le capital de risque.»  
Manipulateur professionnel et affabulateur mythomane, j’ai appris à me méfier de ses mensonges et autres coups tordus. C’est ainsi que j’ai dévoilé l’identité du soit-disant Thierry Jacob, dit l’Iguane.

Jean Yves Duthel reviendra probablement sur l’île pour nous présenter son prochain livre « Terra Incognita » à paraître sur Saint-Martin. 

Le désir de servir la vie de la Cité

Quelles est la place des Blancs-France dans la vie politique locale sur la partie française de St Martin; Ali Laggoune, professionnel du tourisme expose son point de vue citoyen.

LES MÉTROS SONT-ILS SOLUBLES DANS LA COLLECTIVITÉ ?

Par Ali Laggoune

Cet article a été intialement mis en ligne le 12 Octobre 2006 sur mon Blog du Monde.fr

On les accuse de mille maux, on leur flatte la croupe en période électorale comme autant de vaches à suffrages mais ils disparaissent miraculeusement des écrans radars au lendemain des élections.  Comment 50% des électeurs d’une commune peuvent-ils être à ce point courtisés à la veille de chaque consultation électorale pour se retrouver immanquablement à la poubelle de l’histoire au lendemain du scrutin?

CONSTATS DU PASSÉ

 Depuis 1982, quelques (grosses) miettes ont toujours suffi à calmer les ardeurs des métropolitains les plus fortunés. Malheureusement, tous les métros n’ont pas une concession de plage, une marina, des entreprises de travaux publics dépendant des appels d’offres de la SEMSAMAR ou des permis de construire à quémander pour bâtir des lotissements,  des HLM  défiscalisés ou des supermarchés sur des étangs comblés.

Il existe aussi des métros normaux, fonctionnaires, commerçants, cafetiers, retraités, employés, avocats, restaurateurs, hôteliers, des citoyens instruits et responsables, capables de réfléchir sans qu’on les prenne par la main.

En 2001, les tontons flingueurs de la communauté métropolitaine n’ont pas osé se compter. La démocratie leur a donné le vertige et ils ont préféré regagner leur niche comme dans la fable du loup et du chien. Le contact rassurant du précieux collier offert par des élus qui les tiennent en laisse a été plus fort que leur désir de servir la cité. C’est leur droit et ils ont tout à fait raison de se complaire dans un univers douillet et décérébré qui a anesthésié toute une population depuis de  longues années.

Nous avons les élus que nous méritons. Il serait indigne de pleurnicher après la bataille en fustigeant les vainqueurs d’une élection à la quelle trop peu de métros ont participé.Les commentaires de café du commerce ont toujours supplanté les actions responsables. Il faut reconnaître que la communauté Métropolitaine est perçue comme trop favorisée, trop bien nourrie et indifférente aux souffrances et aux interrogations de la population locale.

Pour se marier il faut être deux. Or, jusqu’à présent, les métros n’ont été que la danseuse des élus, la fille de joie que l’on cache aux aurores après l’avoir troussée à l’hôtel. Les promesses faites sur l’oreiller par les candidats n’ont jamais été tenues. L’absence des métros dans la vie politique à Saint-Martin est scandaleuse à plus d’un titre : d’une part, elle traduit mal la réalité démographique mais, plus grave encore, elle laisse à penser que les Métros se désintéressent des problèmes de la commune, ce qui est totalement faux.

 NOS PROPRES INCOMPÉTENCES

 A l’heure où nos égouts débordent tandis que l’eau « potable » aux légionelloses à laquelle nous nous étions habitués, manque cruellement, il est permis de rêver que des métropolitains neufs, dégagés de toute liaison contre nature avec leurs protecteurs locaux, se résoudront enfin à utiliser cette démocratie qui  ne s’use que si on ne s’en sert pas.

Deux communautés aux aguets qui se marient sont préférables à cette soupe honteuse que l’ont sert aux affidés, aux clients, aux copains et aux coquins depuis toujours, sur les deniers publics. L’Etat a raison de traîner les pieds car le spectacle offert par les acteurs de la politique locale donne envie de quitter la salle sans voir la fin du film.

Quel est l’élu local qui n’aura pas honte de s’afficher avec des électeurs métros potentiels sans porter un masque ? Quels sont les métropolitains qui oseront revendiquer le droit à la participation dans la nouvelle collectivité sans trembler devant une telle insolence à l’endroit de ceux qui les ont traités tour à tour de traîne savates et d’étrangers dans leurs discours officiels ?

Au moment où nos élus s’interrogent d’un ton grave et sentencieux sur les responsabilités du transfert des compétences, je crois qu’avec humilité, nous devrions  peut-être songer à traiter nos propres incompétences…Celles qui sont avérées et indéniables… Elles existent !

Après 25 années passées à nous ignorer, seule une action politique basée sur le respect mutuel et l’intérêt général permettra de nettoyer les écuries de la défiscalisation avant la grande aventure de la COM.

Avons-nous envie de continuer à pleurnicher  pour avoir été une fois de plus les dindons de la farce électorale ? Ne pas être d’accord et le dire, c’est cela la démocratie française !

L’HEURE DU BILAN A SONNÉ

Regardez, observez et élisez qui vous voudrez !

Fallait-il construire une marina plutôt qu’un réseau d’assainissement ? Fallait-il signer à nouveau avec l’UCDEM ?  

Fallait-il attendre que les gosses aient 15 ans pour découvrir qu’il leur faudrait un lycée ?  Fallait-il former des fonctionnaires de catégorie A voilà dix ans déjà au lieu d’en découvrir l’utilité aujourd’hui ?

 A-t-on le droit de donner des leçons de civisme et de nationalisme lorsque on investit sa fortune personnelle ailleurs qu’à Saint-Martin ? 

Les miasmes de la décharge ont-elles dérangé quelqu’un parmi les élus ?    Fallait-il autoriser la construction d’HLM à l’Anse Marcel, la privant ainsi à jamais du cachet qui faisait son attrait ? 

Fallait-il saccager un des plus beaux fronts de mer de la Caraïbe pour en faire un parking géant et poussiéreux ?

Libre à vous de réélire ceux-là mêmes qui vous ont laissé patauger dans les étrons, vous doucher avec de l’eau en bouteille et perdre deux heures ou plus dans les embouteillages sur un réseau routier qui n’a pas évolué depuis 30 ans. Tous ces problèmes étaient prévisibles et devaient être traités voilà des années par nos élus municipaux, cantonaux et régionaux.

A l’heure où les copains et les coquins s’activent à partager des maroquins qu’ils n’ont pas décrochés, il serait bon de les rappeler à la dure réalité électorale, celle qui s’abat comme un couperet sur les candidats qui méprisent leur électorat et sont étouffés par un ego surdimensionné.

La clé du scrutin c’est un homme, une voix, et qui sait, peut-être,  la solution pour que d’autres hommes nous montent enfin une autre voie, moins tortueuse, plus transparente.

Cet article a été intialement mis en ligne le 12 Octobre 2006 sur mon Blog du Monde.fr

L’échiquier politique local – 01

Questions posées au Psdt. Alain Richardson, lors de sa conférence de presse du 28 Septembre 2012. Vidéo

Après le marathon électoral local du second trimestre une recomposition politique, tant locale que nationale s’est mise en place. A l’occasion d’une conférence de Presse du Président-Pasteur Alain Richardson le 28 septembre dernier, je lui ai posé deux questions.

La première est relative aux relations avec les deux parlementaires, le sénateur LC Fleming, ci-devant Roi de Tintamarre et le nouveau député Daniel Gibbs, tous deux dans l’opposition de Droite sur des sièges UMP.  La seconde question porte sur la réforme du management des employés de la Collectivité, à laquelle la nouvelle équipe dit vouloir s’engager.

Concernant les relations avec les parlementaires, pour le moment  les échanges sont de nature épistolaire. Au-delà des divergences de positionnement politique il s’agit de défendre ensemble les intérêts du confetti. Dont acte.

Pour ce qui concerne les ressources humaines, bien que les contribuables assurent par leurs impôts et taxes le coût de la masse salariale, il  s’agit d’une question qui ne se discute pas «sur la voie publique» (sic). Les citoyens devront donc faire confiance à la nouvelle majorité pour faire bouger l’inertie. Que la prudence et le silence soient revendiqués, ceci est acceptable. Mais aucun délai n’étant mentionné, tout en prenant acte de la volonté de changement à intervenir … il ne s’agit pas d’attendre les calendes grecques! Nous en reparlerons donc avant Noël.

Le pyromane du Boo Boo Jam

Qui est le pyromane du Boo Boo Jam. L’ancien manager , premier suspecte.

En sa qualité de mandataire judiciaire, M° Dumoulin avait programmé une adjudication des biens du Restaurant  « Boo Boo Jam »  sur la plage d’Orient Bay. La vente aux enchères prévue pour le 1er Octobre  n’aura pas lieu. Tout le restaurant a brûlé. Boo Boo Jam c’est un lieu culte des St Martinois.  Ruben au cigare et à l’accordéon. Dancing en bord de mer avec Lobsters pêchés au large. Zouké, collé-serré. 

Le Boo Boo Jam est mort brûlé, le soir du 26 Septembre 2012.

 On se souvient qu’un conflit du travail  avait entraîné l’arrêt de l’activité, les gérants ayant déposé leur bilan en Juin dernier au Tribunal de Commerce de Basse-Terre. Pourtant, ils respectaient le droit social, tout le personnel était déclaré, ce qui n’est pas le cas  des effectifs du Waikiki, plus loin sur un Aot de la parcelle AW 30…

 L’étincelle du conflit est venue d’une rixe entre Stéphane G. le manager et Cocks, plagiste saint-martinois  habitant French Quarter, où son cousin Rudy Hyman a pris la lutte en main avec grève illimitée sous l’étendard intrépide de la CGTG jusqu’à la victoire finale. Parmi les revendications : le départ du manager et la réintégration du plagiste.  

 Il s’agit d’un incendie volontaire. Le pyromane venu avec sa jeep blanche, a déclenché le feu avec de l’essence en début de soirée Mercredi 26 Septembre, tandis que  dans la nuit étoilée, la Lune passait devant  le Verseau. L’enquête de gendarmerie est en cours. 

 Stéphane G.Compte tenu du témoignage du petit-fils de Ruben Beauperthuy propriétaire des lieux vivant sur place,  le manager sera rapidement entendu par les enquêteurs et pourrait bien être  inculpé. Je le connais, un mec pas net: un agité du bocal. Une amie restauratrice qui l’a employé  confirme l’analyse.

Cet homme  a probablement vécu la fermeture du Boo Boo Jam comme son échec personnel , de plus il  vient corrélaté râlement de subir le départ de sa conjointe. Enième épisode  sur la longue route d’un scénario de vie où se succédent comme en chapelet négatif, des merdouilles professionnelles et personnelles.

Un pyromane impuissant, un travailleur en échec sur ses désirs de réussite, un homme en crise? Exécutoire symbolique de ses rêves partant en fumée ? Il avait rêvé de continuer avec sa femme la gestion du lieu, il l’avait même dit. Elle est partie. Est-il plus à plaindre qu’à condamner ?  Vengeance ou complainte ?  » Ni médire, ni maudire. Comprendre » Spinoza.

Ne laissez pas les enfants jouer avec des allumettes

Bernard Lavilliers en concert à St Martin

Avec la Courtoisie de Laurent du Friars Beach Café, voici une vidéo extraite du récital de Bernrad Lavilliers, qui interprète « New-York, Juillet » et « Les mains d’or ».

Bernard Lavilliers va fêter ses 66 rouleaux de printemps dans deux semaines. Il est né le 7 Octobre 1946 à St Etienne.  Balance …  acoustique ascendant Taureau machiste !  Belle  santé pour ce nomade troubadour,  dont les voyages (dernièrement de Beyrouth à la Jamaïque) ont souvent ressourcé ses inspirations musicales, au long de sa carrière.

Johnny Halliday  de trois ans son aîné, dispose d’une villa somptueuse sur l’île voisine de St Barth. Malgré sa robustesse, Johnny  a épuisé beaucoup d’énergie dans sa vie rockeuse.  Menaçant, son coeur fibrille, tandis que notre costaud guitariste aux mains d’or affiche son programme : Travailler encore !

N’ayant pas l’autorisation de filmer le concert intégral, avec la courtoisie de Laurent qui a réalisé l’un de ses rêves en faisant venir Lavilliers, vous pourrez voir ici le début et à la fin du spectacle avec deux chansons : NewYork, Juillet et Les mains d’or.

Quatre excellents musiciens accompagnent cette tournée : Thierry Fanfan, bassiste antillais, Gilou Gimenez pianiste et accordéoniste, Marco Ogounisté et Olivier Bodson à la guitare et aux cuivres .

 

 

 

 


Guillaume Arnell : « Je n’ai rien à cacher »

Rencontre avec le Vice-Président Guillaume Arnell, dans le cadre de mon enquête sur l’AOT de la Baie Orientale, accordé par le Conseil exécutif du 17 avril 2012.

27 Aout 2012  ~  655 mots

Dans un précédent article  relatif à l’affaire de la Baie Orientale Norbert Luftman : « Calomnie infondée », titulaire de l’AOT  sur la parcelle AW 33 a précisément  mentionné qu’il considérait son renouvellement ( durée 15 ans) tacitement acquis au 1er Juillet 2009. 

Pour faire simple, une Autorisation d’Occupation Temporaire sur le domaine public (dans notre cas  une superbe plage touristique en bord de mer) permet de construire et d’exploiter des restaurants en contrepartie d’un loyer versé à la Collectivité territoriale par Norbert Luftman détenteur de l’AOT depuis 1988. Ce loyer est  de 180.000 €uros annuels /15.000€ mois

Sur le remarquable site  touristique de l’ilet Pinel géré sous la responsabilité de la Réserve Naturelle, la valeur  du loyer des AOT (durée 3 ans) est de 22 €uros le m², avec un cahier des charges très précis. A Galisbay, la centrale EDF et l’Ucdem (usine de dessalement des eaux)   sont également bénéficiaires d’AOT.

Sur les plages, lieu public protégé en zone NDa une AOT n’est pas un engagement à long terme, deux ou trois puis cinq années sont souvent consenties pour des infrastructures légères style carbet.  

Rencontrant  le Vice-Président Guillaume Arnell, mon objectif est de comprendre les circonstances du renouvellement officiel  intervenu lors de la délibération du conseil exécutif du 17 Avril 2012.

Cette délibération est contestée par les locataires gérants du Bikini et Kontiki. Assistés par M° Montravers, ils ont déposé une demande d’AOT le 20 Février 2012. Mais « l’appel d’offre » n’a pas fonctionné. Dès lors, un référé sera plaidé devant le Tribunal administratif de Saint-Martin à Basse-Terre le 18 Septembre prochain, pour annuler cette délibération. Une requête sur le fond a également été introduite.

Guillaume Arnell  succède à Pierre Aliotti  à la direction politique du pôle aménagement du territoire,  travaux et urbanisme, dans lequel travaillent 96 agents territoriaux, dont ceux du Service Technique. L’arrêté de délégation de signature a pris effet le 4 Avril 2012. Il est responsable du Plan d’Occupation des sols et du Plan Local d’Urbanisme (Pos-Plu). Il signe les permis de construire et les certificats d’urbanisme. Le Conseil exécutif  délibère collectivement sur l’opportunité des droits de préemptions. Le Président Alain Richardson  reçoit lui-même les investisseurs potentiels.

« Quand j’ai pris mes fonctions, le service de l’Urbanisme était en pleine tourmente » faisant  référence à l’arrêt de la construction de la Villa Sayan aux Terres Basses et d’autres permis de construire litigieux.

Pour ma part et de sources sûres je savais en effet qu’il y avait des mises en examen dont certaines sous contrôle judiciaire. Certains seront probablement inculpés, tandis qu’a l’inverse d’autres bénéficieront d’une mise hors de cause et d’un non-lieu, conformément au déroulement habituel dans ce type d’enquête.

Guillaume Arnell  m’indique également que du fait d’un arrêt maladie longue durée de l’instructeur des permis de construire qui n’a pas été remplacé, les réponses sur de nombreux dossiers étaient hors délais.

Toujours est-il que dans le cadre de ce conseil exécutif litigieux une douzaine de permis de construire ont été successivement examinés comme le révèle les tableaux annexés à la délibération sur la version papier du Journal Officiel de la Collectivité. Mais je n’ai pu en savoir plus concernant le parcours d’instruction du dossier d’attribution de l’AOT, sinon le fait que « chacun sait ici que Norbert Luftman est fiable, qu’il sous-loue les restaurants et que les loyers de sa concession ont toujours été honorés. On sait qu’il a les moyens de payer.  J’ai pris connaissance de nombreux courriers d’avocats, si  il y a procès, ça regarde les juges et les plaignants, pas moi. »

Il me précise n’avoir rencontré qu’une seule fois Norbert Luftman, c’était en 2007 tandis qu’il présidait un bureau électoral lors du scrutin des premières élections territoriales et ne pas l’avoir pas revu depuis. « Je  n’ai pas reçu d’enveloppes, ni de lui, ni de Fischer, ni de la Semsamar. Des amis Saint Martinois m’ont soutenu pour la campagne à la députation, et je n’ai rien a cacher. »

 Notre conversation amicale s’est achevée avec un euphémisme relatif à son échec à la députation « Les électeurs ont préféré que je reste ici à St-Martin » !

Norbert Luftman: « Calomnie infondée »

Poursuite de l’enquête sur l’affaire de la Baie Orientale. Rencontre avec l’homme d’affaire Norbert Luftman

22 Aout 2012  ~ 580 mots

 Ce n’est pas sur le boulevard Arago, mais en son hôtel « La Plantation » à la Baie Orientale que j’ai rencontré Norbert Luftman, après la mise en ligne de mon article  Une affaire louche à la Baie Orientale  que j’ai imprimé pour lui remettre.

 En échange il me donne copie du Journal Officiel  de la Collectivité  ( n° 35 du 14 mai 2012) dans lequel sont publiées   les délibérations du Conseil Territorial  et du Conseil exécutif du 1er au 30 Avril de la nouvelle mandature, hélas  introuvables sur la rubrique J.O. du site internet de la COM. La délibération litigieuse n° 2-3-2012  du 17 avril (page 19 + tableau annexe page 35) est reproduite ci-dessous.

Suite au renouvellement de son AOT par le conseil exécutif, les ragots l’ont rendu colère. Se considérant calomnié par la propagation des rumeurs, Norbert Luftman  affirme  qu’il n’a pas financièrement soutenu la campagne électorale du groupe d’Alain Richardson.

A la question de savoir s’il a effectivement bien déposé sa demande de renouvellement d’AOT le 19 Mars 2012 pour la parcelle AW 33 comme il est indiqué dans le tableau annexé, il me répond par la négative !  Ce sur quoi j’espère obtenir des précisions lors de ma prochaine rencontre avec Guillaume Arnell.

 Puis  notre robuste homme d’affaire de 74 ans (né en Avril 1938) sort son ordinateur portable pour me montrer rapidement  à l’écran les documents scannés des étapes successives des renouvellements des AOT initialement acquis  à partir de1988; il avait 50 ans lorsque ses hôtels Esmeralda et La Plantation ont été autorisés à construire leurs extensions sur la plage.

_dsc4381En décembre 1992 l’AOT est directement délivrée par la préfecture de Guadeloupe à la société Sindextour  dont il est Gérant.  Puis les éléments préfectoraux sont renouvelés par la municipalité le 30 Juin 1994 : Autorisation d’Occupation Temporaire à caractère personnel ne pouvant être cédée à un tiers, sur les lots cadastrés AW 30 & 33 pour une durée de 15 ans.

Son renouvellement devait être demandé six mois avant le terme, ce qui fût fait le 15 Octobre 2008 auprès du Président de la COM. N’ayant obtenu aucune  réponse, il   a  réitéré sa demande le 10  Avril 2009, précisant « qu’en cas d’absence de réponse ou remarque il considérera le renouvellement tacitement acquis au 1er Juillet 2009″

Pour expliquer ce silence de la Collectivité, Norbert Luftman précise l’Historique ! Depuis  l’arrêt de  la Cour d’appel de Basse-Terre du 3 Septembre 2007, une épée de Damoclès  flottait judiciairement au-dessus   de la parcelle  AW   33 sur la zone des 50 pas géométriques, validant les droits acquis en Juin 1840 par la succession de feu Daniel Beauperthuy . 

Un second arrêt de cette cour d’appel rendu le 17 janvier 2011, confirmait que la parcelle AW 30 appartenait toujours  à la succession Beauperthuy, tandis que la parcelle AW 33 revenait à l’Etat. Du  fait de ces indécisions successives, pendant l’intervalle  ses loyers ont été versés sans interruption à la Caisse des Dépôts et Consignations, puis à la COM à partir de juillet 2011. 

 Pour finir, revenons sur la délibération litigieuse du Conseil exécutif du 17 Avril dernier.

Je ne peux pas résister au plaisir de livrer à votre perspicacité une énigmatique équivoque.  Tandis que les uns affirment qu’Alain Richardson les assure que  le 1er juin et le 13 Juillet aucune AOT ni aucun renouvellement d’AOT n’a été accordé à Sindextour ou  Norbert Luftman.

Celui-ci m’a montré une lettre  envoyée  le 14 Juin au nouveau Président de la COM après l’avoir rencontré le 11 Juin. Il le remercie pour le renouvellement de l’AOT  en  précisant qu’il a programmé un plan d’aménagement et de rénovation sur l’ensemble des  équipements de la plage pour  un montant 2,5 millions d’€uros. Elémentaire mon cher Watson ?

Enquête à suivre…

Une affaire louche à la Baie Orientale

Enquête sur la soit-disante Autorisation dOccupation Temporaire (AOT) accordée à Norbert Luftman sur une parcelle de la Baie Orientale. Un parfum de scandale…

 Dans son programme électoral, le groupe RRR avait promis la transparence dans la gestion du bien public pour « restaurer la confiance, raviver l’espoir », indiquant  notamment vouloir «  restructurer l’administration afin  d’atteindre efficacité et efficience ».

Hélas, au delà des déclarations d’intentions,  cette promesse porteuse de changement dans les mœurs opaques de notre vie politique locale  ne s’est pas traduite dans les faits. Cinq mois après la victoire des amis d’Alain Richardson, la communication officielle n’est pas au rendez-vous.  Le site officiel de la COM  est particulièrement significatif de cette faiblesse. Par exemple, la rubrique du Journal Officiel n’est pas tenue à jour concernant les dernières délibérations du Conseil territorial . Aucune des délibérations du nouveau Conseil exécutif n’est publiée. 

 Dans le contexte d’incertitudes économiques de survie des entreprises, d’incohérences fiscales  et de risques d’explosion  sociale, le bureau de la FIPCOM  (fédération Interprofessionnelle de Saint Martin) s’est inquiété le 25 Juillet dernier du «  peu de communication entre nos élus et les différents acteurs de la vie économique locale », tandis que les menaces inquiétantes pèsent sur l’avenir de l’aéroport de l’Espérance de Grand Case.

Une affaire louche, relative à la soit-disante obtention d’une AOT ( Autorisation d’Occupation Temporaire) par le promoteur Norbert Luftman sur la parcelle AW 33 de la Baie Orientale, au détriment des gérants des restaurants de plage du Kontiki et du Bikini, est révélatrice  d’un climat nauséabond. Des travaux  ont été effectués  à la mi-juillet pour aménager les parkings.

Les gérants de ces deux restaurants, Elisa Cohen et Philippe Just ont déposé une demande d’AOT en Février 2012. De son côté, Norbert Luftman  aurait déposé le 29 Mars 2012 au service de l’Urbanisme   une demande de renouvellement d’AOT (n° 2012-003). Il se targue d’avoir obtenu un avis favorable du   Conseil exécutif en date du 17 Avril 2012.

Juste après la victoire électorale du groupe RRR, l’instruction de l’AOT  aurait donc été diligentée en trois semaines,  déclenchant ainsi les soupçons de fraude et de passe-droit exorbitant.  En l’absence de communication claire et précise, un boulevard s’ouvre aux rumeurs. Le fameux boulevard Arago! D’aucuns allèguent sans preuves un renvoi d’ascenseur consécutif au financement occulte sur un compte off shore,  pour la campagne électorale  du  groupe RRR dont le recordman  des copiés-collés  frauduleux était le trésorier.

Cependant, Alain Richardson a lui-même précisé sans ambiguité le 13  Juillet aux gérants du Kontiki et du Bikini que le Conseil exécutif du 17 avril n’a accordé  aucune AOT à Monsieur Luftman et à sa société Sindextour. Le Tribunal Administratif de Saint-Martin a été saisi en contestation de cette délibération litigieuse.

La « décision » du 17 avril est d’une vacuité abyssale. En fait elle se limite à un tableau  annexé à la délibération du Conseil exécutif car nulle part ailleurs on ne parle d’AOT. Il n’y a pas d’emplacement précis ni délimité sur la grande parcelle AW 33, pas de durée, pas d’activité précise indiquée, pas de prix, pas d’obligations spécifiques mises à la charge de l’occupant,  pas de description des travaux autorisés ( type raser la dune, couper des arbres, et mettre des pierres pour privatiser les parkings sur la voie de circulation précédemment libre…) . Il n’y a pas de mise en concurrence, alors que deux autres demandes antérieures sont déposées sur une partie de cette parcelle. Il n’y a pas d’information préalable détaillée au Préfet concernant l’Ordre du Jour précis du Conseil Exécutif en totale contravention de la Loi Organique . Or c’est important l’avis du Préfet puisque la parcelle dont on parle a été confiée  en gestion par l’Etat à la Mairie – devenue COM – par une Convention du 15 février 1993.  

J’ai pris RV avec le Vice-Président Guillaume Arnell responsable politique de  l’aménagement du territoire, des travaux et de l’urbanisme, pour connaitre son point de vue sur cette éventuelle  tricherie.

Serait-il possible qu’après ce conseil exécutif du 17 Avril et avant sa transmission en Préfecture dès le lendemain, une page de  tableau supplémentaire eût été rajoutée aux trois pages de tableaux des douze permis de construire annexés à l’objet de la délibération ?  Pascal Averne et José Carti auraient-ils voulu renvoyer l’ascenseur à Norbert Luftman ?

 Dans une République bananière, à force de faire traîner leurs épluchures, certains finissent un jour par glisser sur leurs propres peaux de bananes…

Escroc d’un jour, escroc toujours

Je suis étonné de constater que les journalistes encartés au Week’s et au Pélican n’aient pas jugé utile d’informer leurs lecteurs de cette décision judiciaire.

Avant d’exercer sa profession, l’avocat  Aude Richards avait prêté ce serment : « Je jure, comme Avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».

La déontologie de cette profession prestigieuse  vient d’être piétinée malhonnêtement by a crook, un écornifleur, un escroc qui a trompé la confiance  des citoyens du confetti insulaire.  Pour un avocat, le droit n’est pas simplement un gagne-pain honorable, c’est une donnée centrale de sa conscience, de sa structure mentale, de sa projection publique. Un escroc n’a pas cette dignité là.

Poursuivi pour un délit d’escroquerie au jugement, fait rarissime dans la chronique des barreaux,  condamné  à la suspension pour un an de son activité professionnelle et à verser des Dommages et intérêts aux parties civiles, Aude Richards n’a pas hésité à faire appel du jugement rendu en  1ère instance par le Tribunal Correctionnel de Basse-Terre.

Ceci  veut dire qu’il ne comprend pas la décision qui lui a été infligée,  ni les risques d’augmenter le montant de ses dommages intérêts, ni l’intervention du Ministère Public permettant à la Cour d’Appel d’entrer en voie de condamnations pénales plus sévères (peine privatrice de liberté, amendes) que ce qui a été prononcé par le Tribunal Correctionnel. L’avocat est au service de la Justice… dans le cas de Aude Richards il a voulu mettre la Justice à son service !

 Sans aucun consentement de  Josiane  Arsten-Fleming , Aude Ascent-Gibbs et Noreen Brooks, trois citoyennes actives dans la vie publique, l’arnaqueur  avait malhonnêtement  introduit une action en justice en leurs noms. Unique objectif, tenter de défendre les intérêts de son frère qui venait d’être licencié de la Direction de l’Office du Tourisme, pour une faute grave, un plagiat  honteux.…

Un avocat indigné précise :  » Il est vrai que les faits pour lesquels Aude Richards a été condamné touchent au plus sacré de notre profession : ce droit que nous avons de dire « je suis l’avocat de Mr Machin » sans que normalement personne ne puisse en douter… Mentir en s’inventant des clients pour servir nos intérêts personnels ou ceux de nos proches c’est non seulement une faute pénale, mais une faute morale impardonnable. C’est un sacrilège!  » 

Dans la série « mon frère est un tricheur », ces deux imbus d’eux-mêmes font la paire honteuse.

L’esprit de justice doit pénétrer nos moeurs citoyennes. Le fait d’avoir aussi mis en cause la liberté d’information de ma consoeur Bibi Shaw qui informait simplement les internautes des étapes de la procédure du procès sur son site St Martin News est particulièrement odieux.

Partie civile, depuis 2006 l’Office du Tourisme au cours de cette longue procédure a successivement été représenté par Roméo Fleming, Daniel Gibbs puis Alain Richardson. Le positionnement politique de ce dernier est vivement critiqué, tant par ses adversaires que par ses soutiens, en ce qu’il conserve à ses côtés les services d’un kleptomane intellectuel   récidiviste, par ailleurs incapable de représenter dignement notre île à l’international.

L’indéniable coupable Aude Richards a décidé de faire appel en soufflant sur les braises de mensonges perfides et la honte de sa condamnation. Il faudra considèrer que nous sommes en République bananière si Alain Richardson ne se sépare pas du frère escroc. D’autant que le Président de l’Office du Tourisme est partie civile au procès. C’est une question d’honneur, d’exemplarité de la conscience morale du bien public. La réputation des frères Richards, hommes de cours au bras long, diffuse la honte au détriment de la notoriété de la partie française.

Etant moi-même quelque peu juriste et homme de lettres, je pointe avec clairvoyance l’indignité du comportement  nuisible des frères Richards et la portée méprisante de leur attitude publique. Je suis étonné de constater que les journalistes encartés au Week’s et au Pélican n’aient pas jugé utile d’informer leurs lecteurs de cette décision judiciaire.

Vrais faux-clients, vrais faux-discours

Pour avoir manipuler de vrais-faux clients, un avocat du Barreau de Guadeloupe, M°Aude Richards a été reconnu coupable d’ « Escroquerie au jugement » par le Tribunal Correctionnel de Basse Terre, le 31 Juillet 2012

Pour avoir  manipulé de vrais-faux clients, un avocat du Barreau de Guadeloupe, M°Aude Richards a été reconnu coupable d’ « Escroquerie au jugement » par le Tribunal Correctionnel de Basse Terre, le 31 Juillet 2012 . Il lui est interdit d’exercer pendant 1 an sa profession d’avocat. La honte du Barreau de Guadeloupe rejaillit sur  la réputation de l’île de Saint Martin.

Ce délit d’escroquerie est lié au licenciement de son frère Alex Richards  qui le 12 Décembre 2006, a présenté un schéma directeur de développement  touristique au Conseil d’Administration de l’Office du Tourisme pour l’île de Saint-Martin,   plagiat  via Internet d’un document concernant le département de la Nièvre. Cette affaire avait soulevé une large indignation dont ce Blog témoigne encore . La honte et  l’indignation étaient unanimes. L’opinion publique saint-martinoise n’a pas la mémoire courte, d’autant que le même Alex Richards  a récidivé le 1er Avril dernier, avec un discours de politique générale intégralement copié-collé sur le Burkina-Faso.

Vrais-faux discours, vrais-faux clients, deux frères escrocs manipulateurs et une réputation honteuse. Ces propos ainsi formulés ne sont pas diffamatoires ! Le glaive de la justice a tranché.

 

Au terme d’une longue et couteuse  procédure judiciaire  déclenchée par les plaintes de l’Office du Tourisme, Josiane Artsen, Maud Ascent Gibbs et Noreen Brooks, les parties civiles obtiennent gain de cause et un montant global de 45.000 €uros en réparation de leurs préjudices.

M° Aude Richards n’a pas été en mesure de produire un élément matériel ni aucune preuve objective permettant de penser qu’il avait été mandaté  pour introduire  au nom de ses vrais faux-clients, une procédure contre le conseil d’administration dont elles étaient membres. Elles ont été manipulés et la justice a reconnu les faits délictueux.

Aucune demande d’honoraires aux clientes, il paye lui-même l’huissier pour la délivrance de l’assignation en référé qu’il a rédigé contre des délibérations du Conseil d’administration de l’Office. L’avocat escroc a usé et abusé de l’identité de quatre faux demandeurs non consentants, en trompant le magistrat afin d’obtenir une décision utile pour la cause de son frère, tentant de faire annuler les décisions intervenues après le 18 Décembre 2006.

Compte tenu de la faute grave du plagiat ( cadre dirigeant payé 6 000€ mensuel + voiture de fonction +frais de voyages exhorbitants) la voie prud’homale était perdue d’avance. M° Richards a tenté d’utiliser une voie détournée pour faire annuler la délibération prononçant le licenciement .  Restant discret pendant la manœuvre,  il avait confié le dossier à feu M° JM Foy, qui a été mis hors de cause par Fabien Terrier le juge d’instruction dans son ordonnance de renvoi devant le Tribunal Correctionnel.

La défense du prévenu Aude Richards, un drôle d’oiseau, était – ça ne s’invente pas-  dans les mains de son confrère Jabot et du bâtonnier Plumasseau, dont le cui-cui n’a pas convaincu. Toute leur défense a été d’expliquer que dans tout çà, si quelque chose est délictueux, c’est  feu Jean Marc FOY qui l’avait fait… pas Aude Richards !  Essuyer ses fautes sur la tombe d’un confrère c’est grand non ?!

Dix jours pour faire Appel suspensif. L’œil de M° Jabiru l’oiseau rare des chroniques du confetti insulaire a noté une synchronicité spatio-temporelle de la Grande Clémence. Aude Richards est né le 13 Aout 1957.  Tentation d’une énième manœuvre dilatoire, après ce coûteux marathon judiciaire ?  L’escroc soufflera t’il sur le feu de la honte pour ses 55 ans ? 

Alex Richards à Bruxelles

Vidéo de l’intervention d’Alex Richard au 2° Forum des régions ultrapériphériques à Bruxelles, sur le thème  » La mer, pour une croissance bleue des RUP ».

Spécialiste notoire de la kleptomanie intellectuelle, consistant à copier-coller les discours des autres pour s’en approprier la paternité,  Alex Richards  est également  piètre orateur.

Représentant les citoyens de Saint-Martin  à Bruxelles au 2° Forum des régions ultrapériphériques les 2 et 3 Juillet 2012 à côté d’Alain Richardson et Jeanne Vanterpool, son intervention a été filmée par Philippe Bouvier de Lucha Press.

Grace à la courtoisie de ce confrère, nous pouvons juger sur pièce  la «performance internationale» de cet homme de l’ombre qui crapaute au Cabinet du Président de la Collectivité Territoriale dans un poste duquel il a été licencié suite au scandale Burkinabé .

Ce pompeux usurpateur aime à se présenter es qualité de  « Chargé de la Coopération internationale et des relations avec l’Europe ». Ambassadeur, qu’elle excellence ! 

Ce forum européen proposait quatre tables rondes.

  1. La mer, pour une croissance bleue des Rup
  2. L’agriculture et le développement rural des Rup
  3. Les défis sociétaux et la croissance inclusive dans les Rup
  4. Compétitivité et entrepreneuriat dans les Rup, pour une croissance intelligente

 Pour alimenter la première Table ronde, le discours d’Alex Richards a été rédigé par « Pierre Marssin » lui-même.  Sur le fond comme sur la forme, l’image qu’il offre de notre île dans ces instances internationales est  très décevante.  Ce médiocre « examen de passage »  n’est pas du tout probant. Quand il ne sombre pas dans le copié-collé, il patauge dans le « Ni fait, ni à faire ». Revendiquer une fonction d’ambassade avec si peu d’entregent, en dit long sur la suffisance du personnage. 

 

Par souci d’objectivité, par contraste et pour comparaison, voici en Podcast de 3 Mn. le début de l’intervention de Nicolas Diaz- Secrétaire Général du Comité Régional des Pêches maritimes et des Elevages Marins de la Guadeloupe.

Lors de la Conférence de Presse d’Alain Richardson de retour de Bruxelles, je lui ai demandé si nous devions dorénavant considérer son responsable de Cabinet , comme Chargé de la Coopération internationale. Sa réponse est précise :  » il s’est fait inviter par la Cee et je n’ai à ce jour signé aucune nomination le concernant. »

Incontestablement, nous sommes les témoins d’une spécificité saint-martinoise déplaisante: la transparence démocratique n’est toujours  pas de mise dans les eaux troubles et glauques du Marigot.

En Janvier 2007, j’avais dénoncé Les délices de la Nièvrerie d’Alex Richards  licencié de son poste de Directeur de l’Office du Tourisme, définissant ainsi l’état de Nièvrerie  : « Etat mental d’un rêveur éveillé, vivant comme certains bipèdes , les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Il peut advenir un écart entre le sujet qui se régale des fastueux délices et les contingences de la réalité triviale. Cet écart entraîne parfois la chute. »

Fastueux délices … les administrateurs du Conseil d’administration de l’Office du Tourisme s’en souviennent, les frais de fonctionnement  avaient grimpé à 900.000 € au cours de l’année 2006, incluant un voyage à Dubaï, probablement attiré par l’underground  de la vie nocturne. Sur sa page Facebook, Alex Richards mentionne sa citation favorite : « When you get the choice to sit it out or dance, I hope you dance. »  Tout n’est-il pas dit là avec ingénuité ?

Toujours sur sa page Facebook,  il se définit ainsi avec  grandiloquence : « I was told that in the world there are three categories of persons, the intellectuals, the manuals and the gifted or talented. I probably fall in the third category… that probably explains my passion for art..! »   Passion de l’art de la dissimulation …  en utilisant sa position inamovible dans la fonction territoriale locale, pour assouvir ses gais et légitimes émois intimes.

 « A la fin de l’envoi je touche« . Par une cocasse synchronicité spatio-temporelle voici ce que « Pierre Marssin » dit Pisse-Copia déniché dans son fameux copié-collé du Discours de Politique générale Burkinabé au chapitre de la Coopération internationale, propos cités par le Président Alain Richardson dans son discours Poisson d’Avril d’investiture :

« Abordant le dernier pôle de concentration de l’action gouvernementale, le renforcement de la coopération internationale, c’est avec une réelle et légitime fierté que je relève que depuis quelques années, Saint-Martin a considérablement élargi le cercle de ses amis... »  (sic)

Entretien avec le Préfet Philippe Chopin

Sortant de son obligation de réserve au terme de la période électorale, dans un bref entretien, le Préfet Philippe Chopin s’exprime.

La période des consultations électorales est arrivée à son terme. Depuis trois mois le représentant de l’Etat était soumis à une obligation de réserve.  Délesté de cette contrainte le préfet Philippe Chopin  exprime sa hâte de pouvoir  communiquer sur l’action de l’Etat.  

Dans cet entretien réalisé le soir de l’élection de Daniel Gibbs comme député de la circonscription des îles du Nord,  Philippe Chopin  fait notamment référence à la Politique de la ville et au Contrat Urbain de Cohésion Sociale 

 

 

Victoire! Souriez Gibbs!

Victoire de la persévérance pour Daniel Gibbs 44 ans, quadra UMP  qui devient le 1er député de la nouvelle circonscription des ïles du Nord. Victoire de la persévérance, victoire   incontestable avec 351 voix d’avance sur son adversaire  Guillaume Arnell divers auche ,  soutenu par le le Pasteur Alain Richardson au nom de Dieu et  de la Collectivité d’Outre Mer qu’il préside secondé par son homme de Cabinet, Pierre Marssin de Ouagada goulou goulu. Arnell Vice Psdt du Conseil éxécutif à Marigot, local ne cumulera point  le deuxième mandat qu’il  convoitait.

J’avais parié 22$ sur le petit chauve, casque Orange Ralph Lauren monté sur  l’avocate strobiscopique.  Triomphe à Gustavia, petit retard du côté de Marigot, au bout du compte plus de trois centaines longueurs d’avance. Poulidor à gagné sa place au Palais Bourbon, sur le tandem parlementaire avec son père putatif, notre Monsieur Jourdain qui n’écrit pas lui même sa prose, restera le grand vécu du Marathon électoral  2012.   Le  Roi de Tintamarre en son château, par ses  sujets abandonné.

 

 

 


 

Myriam Herault , Roger Moreau , Dr Victor Gibbs, Frantz Acramel

Pierre Marssin le pisse-copie a encore frappé !

Encore une récidive inadmissible d’Alex Richards, dit Pierre Marssin, spécialiste de l’escroquerie du copié-collé dans les documents officiels.

La réunion matinale du Conseil Territorial délibérait  ce 12 Juin sur le Budget Primitif 2012 avec mise au vote d’une motion pour la création d’un Programme Opérationnel (P.O.) spécifique à St. Martin. Les documents ont été distribués à la Presse.

Entre deux portes, j’y ai croisé Alex Richards dont chacun sait qu’il n’exerce plus officiellement la fonction de Directeur du Cabinet du Président Alain Richardson, après l’affaire du copié-collé du discours de politique générale du Burkina-Faso.

Avec spontanéité et courtoisie je lui ai demandé :  » Pierre Marssin va t’il bien ? » Il ne m’a pas répondu. Mais je peux vous le confirmer, c’est un Scoop : oui Pierre Marssin va bien , il est même en pleine forme  le bougre puisqu’il  continue  ses  » conneries » ,pour reprendre le qualificatif de Guillaume Arnell. Jugez vous-même …

L’attendu introductif  de cette motion pour la création du Programme Opérationnel spécifique à St Martin figurant à la page 14 du document remis aux Conseillers Territoriaux  et à la Presse,  provient cette fois-ci de l’île de Chypre. C’est court, mais c’est très net.

INTRODUCTION DE LA MOTION  dans une police plus petite que le reste du texte  Source : Cahier de la Méditerranée n°68 – Alain Blondy  CHYPRE OU L’EUROPE
 Saint-Martin est le territoire européen de la Caraïbe à l’histoire la plus riche, la plus contrastée, la plus difficile. Aujourd’hui, les vieux démons historiques troublent l’avenir. L’entrée dans l’Union Européenne en tant que Région Ultrapériphérique à part entière semble l’ultime chance à saisir.  « Chypre est le pays européen à l’histoire la plus riche, la plus contrastée, la plus difficile…. Aujourd’hui, les vieux démons historiques troublent l’avenir. L’entrée dans l’Union européenne semble l’ultime chance à saisir. »

Pierre Marssin chypriote, celui qui chipe aux autres, est l’ombre  kleptomaniaque et maladive d’Alex Richards.Par ses escroqueries intellectuelles récidivantes il contamine  la profession d’intellectuel politique avec cette manie de pisse-copie et le mépris de l’apostille. Jusqu’où s’arrêtera t’il docteur ?

Vigilante de la brigade des moeurs politiques,  Jénovefa Eche journaliste au Fax info, celle qui pige vite a rapidement trouvé sur la Toile  cette nouvelle escroquerie.  Marssin est un homme de récidive dit-elle.   » Après nous avoir fait voyager de Dakar à Ouagadougou, Richards nous emmène à Nicosie. Il a pillé le verbiage de l’historien Alain Blondy,  dans le numéro 68 des “Cahiers de la Méditerranée” . Bref, le multirécidiviste du copié-collé prend vraiment les Saint-Martinois pour des têtes de Turcs.« 

Mon amie Jéno m’a passé le flambeau de l’information libre. Trop surmenée et  écoeurée  par ces conneries qui l’épuisent, elle nous a déclenché une méchante alerte cardiaque. Le journalisme serait-il un métier à risques ?

 Votez Paypal !