Gouvernement de Dieu, gouvernement des hommes

 

 L’église chrétienne des évangélistes (protestants) a invité Dimanche  26 Fevrier à la CCI les candidats pour la prochaine gouvernance. Chacun disposait de 15 minutes pour exposer sa profession de foi devant 140 personnes en présence des pasteurs Hilton  et Romney.

  Annette Philips,( avec Maud Gibbs et Helen Hunt) pour Daniel Gibbs absent de l’île, le Dr Louis Jeffry, le professeur Marthe Ogundélé, le Politicien Louis Mussington, l’expert-comptable Alain Richardson et le sénateur père du Statut Louis-Constant Fleming t Tintamarre King the French Senator, ont successivement développés leurs points de vue respectifs devant un auditoire  à majorité féminine concluant chaque intervention par des applaudissements plus ou moins fournis.Le pasteur Romney qui anime Radio Maranatha 100.3 FM  dit que son église ne donne pas de consigne de votes à ses fidèles pour l’accomplissement du devoir électoral et précise : « Nous avons besoin de gens qui travaillent pour St Martin en dehors des divisions politiques. Il faut des principes moraux en privilégiant la famille avant tout. La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse. Seul Dieu sait, c’est lui qui nous gouverne»

  Parler en public n’est pas un exercice facile. Séduire le futur électeur  nécessite des qualités oratoires, un savoir-faire  plus ou moins bien maitrisé d’un candidat l’autre. Daniel Gibbs absent était représenté  par Annette Philippe. Ayant « tout remis dans les mains de Dieu » elle prophétise avec certitude que « la volonté parfaite de Dieu s’accomplira » Amen.

 Alain Richardson  qui est Pasteur, précise «  Je n’ai pas honte de ma foi, source de ma force et de mon inspiration ». Pour ceux qui ne   connaissent pas cet homme sincère, je recommande vivement d’écouter son passage à l’émission One of Us.

 Louis Jeffry qui est Adventiste  fait la distinction entre   sphère politique et sphère privée. S’exprimant spontanément avec aisance et brio, il pointe le principe « qu’aspirer aux plus hautes fonctions nécessite une éthique de contrôle pour ne pas dépasser l’intérêt général par les intérêts particuliers. La valeur principale c’est l’intégration de tous, sans discrimination comme dans les églises ». Rassembleur, il dit que «  La vraie valeur du vivre en paix à St Martin c’est être ensemble avec ceux qui sont venus d’ailleurs. » L’accouchement de la liste et du site de Génération Solidaire ne sont pas encore arrivés à terme !

A l’inverse de cette volonté d’intégration de toutes les communautés, Louis Mussington  qui proclame devenir le prochain Président de Saint-Martin,  insiste sur le traitement préférentiel qu’il va « réserver aux vrais saint-martinois par une discrimination positive. » Puis il  fanfaronne qu’il ira à Paris régler les comptes avec l’Etat dans les différents ministères.  Je confesse  volontiers devant l’Eternel et sa Grande Clémence, que ce représentant local sectaire du Parti socialiste préconise un programme démagogique d’apartheid qui me fait froid dans le dos!  Il y a une trentaine d’années cet indépandantriste avait écrit vouloir mettre les blancs à la mer. Le site du Map est toujours « Under Construction ».

 Catholique pratiquante, Marthe Ogundélé déroule studieusement ses propositions chiffrées et son programme, actuellement le seul à avoir été mis en ligne sur le Blog de St Martin pour tous. Sans ressources, pas de moyens. Les 40 millions de déficit du budget nous obligent à réduire les dépenses. Elle renforcera la Démocratie participative par l’attribution de moyens financiers aux Conseils de Quartiers, ouvrira une école de la 2°chance, et des parrainages pour les créations d’entreprises.

Enfin, Louis-Constant Fleming qui n’insiste pas sur sa foi personnelle, précise avoir déjà réalisé 80% de son plan initial pour renforcer les fondations qui assureront le bonheur des 40.000 habitants de la partie française.  Le Sénateur articule la lecture de son discours sur un refrain connu depuis septembre 2011.  D’où venons-nous ? Où sommes-nous ? Où allons-nous ? Après avoir décliné les chiffres  de  la croissance de l’effectif des civils-servants (1.092   personnes, masse salariale mensuelle 3 ,5 millions €)  il indique que son Programme sera prochainement disponible et que son recours de contestation contre la dotation négative de l’Etat pour le transfert de compétences, sera délibéré en Mai prochain. L’adresse du site de l’Union pour le progrès en construction est ici

Depuis la loi de 1905 la République laïque a abandonné la théocratie du royaume de France. La fille aînée de l’église apostolique et romaine estampilla le code noir de la déportation des nègres d’Afrique par la grâce de Dieu en 1685.

Malgré cette loi française de séparation du rôle de l’Eglise et de l’Etat, il est clair que l’influence  Etats-unienne pèse largement dans la conscience collective de la population anglophone saint-Martinoise, dont les pratiques sont intenses et variées. C’est un fait qu’il y a d’avantage de participants dans la centaine d’offices religieux  hebdomadaires, que dans les meetings électoraux.

Le gouvernement de Dieu, les promesses  de l’au-delà éternel pour les derniers qui deviendront les premiers, ont plus de succès populaire que les lendemains que chantent les promesses électorales. Sur notre confetti au manteau partagé, la ferveur et la beauté des chants du Gospel soudent partiellement les liens sociaux dans la fraternité et la non-violence, tout en développant une idéologie créationniste moyenâgeuse en totale opposition avec les programmes scolaires de l’éducation nationale obligatoire, laïque et gratuite.  Les chrétiens devraient lire le Père Theillard de Chardin. Alléluia !

L’engagement citoyen de Jean Paul Fischer

C’était en 2006. Le 19 Février de cette année là je commençais mon activité de blogueur sur Le Monde.fr . Blog +6 ! Pour fêter cet anniversaire, il m’est agréable de mettre en ligne sur ce nouveau Blog (3° version) une interview de Jean Paul Fischer réalisée en collaboration avec Hello St Martin TV .

Ce chef d’entreprise baroudeur est un dominant, puissant et secret. Pas l’genre à rester le cul dans son fauteuil. Jean Paul Fischer affirme que son engagement personnel est conforme à un précepte d’Albert Camus qu’il formule ainsi :  » Si je ne peux pas supprimer la misère du monde, je peux la réduire mathématiquement ». Dont acte, quoique je n’ai jamais compris Camus comme un homme attiré par le Fric.

Directeur d’une Société d’Economie Mixte (la Semsamar) son activité depuis 1985 a marqué de son empreinte la vie locale et le paysage urbain de l’île de Saint-Martin.Tandis que se profilent des élections locales en Mars, l’entretien spontané réalisé «  Auf dem feld », comporte deux séquences.

Partie 1 – 25 années de Semsamar (durée 22 mn) .

Partie 2 – L’engagement du Citoyen Fischer ( durée 19 mn)

Avant de filmer cet entretien, j’avais préalablement rencontrer Jean-Paul Fischer pour connaitre ses choix personnels dans le cadre des quarante questions du Portrait Chinois. Ce contact préalable franc et cordial a facilité notre conversation filmée.

Sur le confetti, beaucoup d’opinions, rumeurs et médisances circulent autour de ce Vosgien de culture germanique et française, qui domine un confetti insulaire tropical au manteau partagé . S’il était un oiseau, il serait un Aigle avait-il répondu à une question du portrait chinois.   Dans la basse-cour et les poulaillers du Marigot, les coqs, les dindons, les paons , les oies et les connards laqués caquettent et jacassent sur cet oiseau rare.

Ces 40 minutes de conversation ont un objectif précis. Donner à voir et entendre, pour que chacun(e) puisse raisonnablement se faire une opinion. Je sais que les préjugés sont tenaces, d’aucuns vont prétendre qu’il m’a payé, que je suis  flagorneur, que j’ai retourné ma veste etc…

Vaine polémique. Je n’suis pas un journaliste corruptible   ou encarté, ayant appris ce noble métier dans une école hôtelière en posant des questions comme on sert les plats. Au royaume d’une presse aveugle et muette mon Blog est roi. J’indique au commencement de notre entretien que je suis aujourd’hui BLOG + 6, après avoir été Bac +4, en sortant de l’Université Panthéon Sorbonne au début des seventies.