Vamos a la Playa #2

Le Jabiru est un drôle d’Oiseau qui travaille avec son chapeau tropical. Un  Cocoyé  » Trade mark »  tressé sur mesure avec des feuilles de cocotier  par son frère Rasta le marin Zabulon,  né sur l’île de Ste.  Lucie, dont le bateau se trouve en bas de chez moi à la Marina d’Oyster Pond. 

Naturel il sèche vite au soleil,  passant du vert au beige clair. Très léger à porter, par son ombrage  il protège agréablement  le visage de la force du soleil tropical et donne à celui qui le porte une adaptation parfaite aux couleurs locales, avec une silhouette moins provocatrice que  celle  du casque colonial. Peu onéreux, nos visiteurs trouveront d’excellents  » Rastas -tresseurs » sur la plage d’Orient-Bay

Une légère cordelette  le retient du vent, c’est un excellent limitateur de vitesse sur le scooter, quoique la marée chaussée refuse de l’homologué ! Accessoirement, il me semble parfaitement  adapté  au profil  du guide du routard officiel de l’île de Saint Martin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vamos a la Playa #1

Série de 16 jolies filles nues, sur une plage des Tropiques

La petite plage peu fréquentée de Coralita  à Oyster Pond, se trouve à l’est de St Martin, le long du littoral de la Réserve Naturelle Maritime. Tranquille et parfaite pour les bonnes résolutions … photographiques. Près de Vénus le coquillage est presque toujours sage !  Comme le disent nos magazines touristiques : « Welcome ( bien veut nus ) on the Friendly Island !  » Paul Gauguin, dans sa Maison du Jouïr disait aux vahinés  » Soyez mystérieuses ». Vamos a la playa. A 25 ans, les jeunes filles sont belles à photographier.

Un jour – ceci est véridique – j’ai lu une petite annonce dans la presse locale  » Photographe recrute modèles féminins pour photos de plage« . Probablement un jeune naïf fortuné et libidineux désireux de tirer des coups !?

Le compact numérique Coolpix de Nikon, dispose d’un écran latéral orientable. Au moment de la prise de vue, ce petit bijou technologique  est formidable pour les portraits. Au lieu de cligner de l’oeil caché derriere le viseur, il permet l’échange croisé des regards et du sourire entre le photographe et son modèle.

L’oeil du Jabiru accompagne le narcissisme des jolies femmes…

Le petit oiseau va sortir, Loock at the Birdy,  Vamos a la playa el Jabiru va salir..